fbpx

MONDE

 

Communiqué AED: Mercredi Rouge 2019 – Une seconde édition au Canada

24.10.2019 in ACN Canada, ACN International, Mercredi Rouge, Miséricorde, MONDE, Par Mario Bard, Persécution, Rapport d'activités, Violences, Voyagez avec AED

Mercredi Rouge 2019

Une seconde édition au Canada Serez-vous solidaire ?

 

Montréal, 23 octobre 2019 – Alors que les résultats du dernier rapport international de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) sur la persécution des chrétiens 2017-19 sortent ces jours-ci dans le monde entier, le bureau national de l’AED au Canada annonce que la 2e édition du Mercredi Rouge, activité destinée à sensibiliser éduquer à propos de la persécution dont sont victimes les chrétiens dans le monde ainsi qu’à l’importance de la liberté religieuse, se tiendra le mercredi 20 novembre prochain. Le Mercredi Rouge est également un temps de solidarité avec les chrétiens persécutés.

 Comme l’an dernier, une messe sera célébrée à 19 h 30 à la basilique-cathédrale Marie-Reine du monde à Montréal, alors qu’une vigile œcuménique de prière aura lieu à la cathédrale St. Michael de Toronto, aussi prévue à 19 h 30. Les deux événements seront présidés par les archevêques de ces deux diocèses, respectivement Mgr Christian Lépine et M. Le Cardinal Thomas Collins.

Marie-Claude Lalonde, directrice nationale de l’AED au Canada, se réjouit de l’attention que porte à l’événement cette année, le recteur du Grand Séminaire de Montréal, M. Guy Guindon, sulpicien. « L’édifice historique du grand séminaire de Montréal sera illuminé de rouge et les séminaristes tiendront une vigile le jeudi 21 novembre à la chapelle historique », indique-t-elle avant d’ajouter : « Nous attendons aussi des nouvelles du diocèse de Calgary. L’année dernière, plus de 50 activités y avaient été organisées. » La tradition du Mercredi Rouge a débuté en Grande-Bretagne il y a quelques années et a été reprise par plusieurs bureaux nationaux de l’AED dans le monde, dont ceux de France, d’Italie et des Philippines.

Les personnes intéressées à souligner cette journée peuvent dès maintenant consulter la micropage créée par le bureau canadien à l’adresse www.acn-canada.org/fr/mercredi-rouge. Que ce soit en préparant un temps de prière dans une paroisse, une messe, ou bien encore en illuminant de rouge l’un ou l’autre des édifices emblématiques de leur coin de pays — église, centre diocésain, cathédrale, basilique, etc. — elles sont invitées à nous joindre afin que nous puissions faire connaître l’ampleur de ce geste de solidarité à tous les Canadiens. Au 1-800-585-6333 ou encore à l’adresse courriel info@acn-canada.org.

Irak : 90 % de moins qu’en 2003

Par ailleurs, l’AED annonce la sortie de son tout nouveau rapport consacré exclusivement à la persécution des chrétiens dans le monde. Parmi les grands points abordés dans ce rapport, dont la situation au Nigeria et celle en Asie du Sud et en Asie du Sud-est.

La carte que l’on retrouve dans le nouveau rapport Persécutés et oubliés 2017-19, disponible en format PDF sur le site web canadien de l’AED dès la semaine prochaine (Photo © AED).

Par ailleurs, celle des communautés chrétiennes du Moyen-Orient est tout simplement alarmante. « Elles sont plus que jamais en danger de disparaître », explique Marie-Claude Lalonde. Par exemple en Irak en 2003, on comptait 1,5 million de chrétiens. « En un peu plus d’une génération, leur nombre a tragiquement diminué de 90 % pour atteindre 150 000 ! Malheureusement, nous croyons que la communauté internationale n’a pas su donner de suite concrète aux inquiétudes très vives exprimées en 2016 lorsque certains gouvernements ont reconnu le génocide des chrétiens par le groupe État islamique (Daech/ÉI). Selon ce que disent nos partenaires sur le terrain, si ces terroristes devaient revenir en force et réattaquer la plaine de Ninive, lieu historique des chrétiens d’Irak, ce serait pratiquement la mort du christianisme en Irak, pourtant vieux de plus de 1 900 ans ! », s’attriste Mme Lalonde.

 

Les conclusions complètes du rapport seront disponibles en format PDF sur le site web du bureau canadien, dans la semaine du 28 octobre.

Pour plus d’information sur le Mercredi Rouge ainsi que sur l’Aide à l’Église en Détresse, visiter le site web : www.acn-canada.org/fr/mercredi-rouge.

 

Communiqué – l’AED soutient un rapport gouvernemental sur la persécution des chrétiens

16.07.2019 in ACN International, Actualités, adaptation : Mario Bard, Communiqué, MONDE, Persécution, Persecution of Christians

Persécution des chrétiens
Aide à l’Église en Détresse soutient la publication d’un rapport gouvernemental en Grande-Bretagne

Montréal/Londres/Königstein, lundi 15 juillet 2019Un rapport indépendant sur la persécution des chrétiens dans le monde commandé par le ministre britannique des Affaires étrangères est publié aujourd’hui. C’est la première étude du genre à être menée par un gouvernement national. Elle a été commandée par Jeremy Hunt, Secrétaire d’État des Affaires étrangères du Royaume uni, et a été supervisée par le Révérend Philip Mounstephen, évêque anglican de Truro. Le bureau britannique de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) a soutenu sa publication.

Dans l’introduction du rapport, Mgr Mounstephen souligne que la persécution religieuse des chrétiens n’est pas un événement isolé, mais un « phénomène mondial ». Selon lui, l’accent mis dans le rapport sur le christianisme « n’est pas une plaidoirie particulière en faveur des chrétiens, mais compense plutôt un déficit important », étant donné que les chrétiens forment le groupe qui, dans le monde, subit le plus d’attaques basées sur des raisons religieuses. L’évêque anglican regrette que les pays occidentaux « ferment les yeux sur cette réalité » et souhaite que le rapport soit un appel à « cesser d’être de simples spectateurs et à devenir des acteurs ». Il souligne en même temps le fait que la persécution des chrétiens est une question de droits universels de la personne et doit être considérée comme telle.

Les 176 pages du document analysent les tendances mondiales, détaillent la situation dans des pays tels que l’Irak, le Nigeria, la Chine, le Sri Lanka, le Pakistan ou la Syrie, et finissent par une liste de 22 recommandations adressées au Ministère des Affaires étrangères. Le document appelle le gouvernement à agir davantage pour répondre à la violence contre les chrétiens, qui a parfois atteint « des niveaux proches du génocide ». Il appelle le gouvernement britannique à s’assurer que « la liberté de religion ou de croyance reste au cœur des priorités de la politique étrangère du Royaume-Uni » et l’encourage à « être le leader mondial dans la défense de la liberté religieuse ».

Sri Lanka : enterrement de victimes des attentats antichrétiens de Pâques 2019

 

Le rapport a été préparé par une commission de fonctionnaires du Ministère des Affaires étrangères, des membres d’ONG ayant de l’expérience dans le domaine de la liberté religieuse, et d’autres membres indépendants. L’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED ou ACN au niveau international) y a participé. Depuis plus de 70 ans, l’AED soutient les chrétiens persécutés dans le monde et a été étroitement impliquée dans la préparation de la première partie du document, grâce à un travail d’enquête essentiel sur l’ampleur des persécutions en Afrique, au Proche-Orient et en Asie du Sud.

L’ADN de l’AED : dire et redire l’importance de la liberté religieuse

« Nous sommes heureux comme organisme international de pouvoir donner une voix aux sans voix » indique Marie-Claude Lalonde, directrice de l’AED au Canada. « Dès le départ, notre fondateur le père Werenfried a averti les pays occidentaux dans les années 50 de la terrible tragédie que vivaient les chrétiens sous des Régimes autoritaires, dont le communisme. Et, encore aujourd’hui, notre travail avec nos partenaires dans 139 pays nous permet de constater l’ampleur de la discrimination et de la persécution exercée contre les chrétiens. J’espère que cette action du gouvernement britannique inspirera d’autres gouvernements dans le monde à oser se pencher sur la question – plus vaste – des libertés religieuses. »

Neville Kyrke-Smith, directeur du bureau britannique de l’AED, a souligné quant à lui l’importance de ce type de rapport : « Nous sommes heureux d’avoir été impliqués dans ce rapport. Le fait que ces problèmes soient enfin reconnus au niveau politique est un encouragement pour notre travail ». Il souligne en même temps l’importance de protéger les minorités chrétiennes dans les pays où elles sont victimes de persécutions et d’oppressions : « Il est essentiel de soutenir cette présence chrétienne, car les chrétiens sont souvent des bâtisseurs de ponts et des instruments de paix dans de nombreux pays ».

 

Image créée pour les réseaux sociaux en Grande-Bretagne qui dit: ne fermez pas les yeux sur la persécution religieuse.


 

Communiqué : Rapport annuel 2018 Aide à l’Église en Détresse (AED)

20.06.2019 in Adaptation Mario Bard, MONDE, Par Marta Petrosillo, PROJETS AED

RAPPORT ANNUEL 2018 DE L’AIDE À L’ÉGLISE EN DÉTRESSE 

Aide à l’Église en Détresse (AED)
Plus de 166,5 millions de dollars pour soutenir l’Église du monde entier

Plus de 166,5 millions de dollars pour l’Église souffrante, opprimée et persécutée dans le monde entier. C’est le total des dons collectés en 2018 par l’Aide à l’Église en Détresse (désignée au niveau international par le sigle ACN ou bien AED dans les pays francophones), grâce à ses 23 bureaux et son bureau international situé en Allemagne.

Par Marta Petrosillo pour ACN International

adapté par Mario Bard pour AED-Canada

publié le 20 juin 2019.

 

Une telle collecte obtenue grâce aux dons de plus de 330 000 bienfaiteurs, a permis de réaliser 5 019 projets dans 139 pays.

Une telle collecte, obtenue grâce aux dons de plus de 330 000 bienfaiteurs compte dans le monde, a permis de réaliser 5 019 projets dans 139 pays.

« Nous sommes émus par la générosité de nos bienfaiteurs du monde entier », a déclaré Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l’œuvre, lors de la présentation du rapport. « Leur sacrifice et leur foi ont une fois de plus déplacé des montagnes ! »

« Chaque année, je me réjouis de la générosité des bienfaiteurs qui ne cessent de soutenir les projets qui nous sont confiés. En même temps, il nous faut relever le défi de mieux faire connaître cette Église pauvre et persécutée aux générations les plus jeunes », souligne quant à elle la directrice nationale au Canada, Marie-Claude Lalonde. « Ainsi, nous explorons de nouvelles manières de rejoindre les gens et de leur parler de l’Église d’ailleurs et de ses besoins et de sa grande vivacité. »

L’an dernier, le bureau canadien a reçu près de 2,6 millions de dollars pour soutenir une foule de projets, dont plusieurs au Nigeria. « La visite de Mgr Ignatius Kaigama, acteur pour la paix et le dialogue dans son pays, a été un moment fort de notre année. Aujourd’hui, l’un des fruits de cet événement sera la tenue d’expositions photo de l’AED sur la persécution dans le diocèse de Vancouver. Sans compter le Mercredi rouge qui pour cette deuxième édition le 20 novembre prochain, se déroulera de nouveau dans plusieurs diocèses, dont ceux de Toronto, Montréal et Calgary. »

Un soutien sur tous les continents

Un enfant en Éthiopie tient une image de l’Évangile, distribuée grâce à l’AED.

La réalité fondamentale qui se dégage des chiffres du rapport annuel (voir plus bas) est le soutien à l’Église universelle. Celui-ci s’exerce aussi – et surtout ! – en étant proche de l’Église opprimée et persécutée, et en étant capable de réagir concrètement aux attaques qui visent de plus en plus, dans le monde, les communautés chrétiennes. À l’occasion d’attentats tragiques tels que les récents massacres au Sri Lanka le jour de Pâques, ou des attaques fréquentes dans des pays comme le Pakistan et le Nigeria, l’Aide à l’Église en Détresse a toujours réagi rapidement en permettant aux communautés blessées de se relever et de renforcer leur présence, même dans les pays où les chrétiens représentent une petite minorité opprimée. Elle démontre ainsi que la foi a le pouvoir de vaincre la haine.

Soutenir les religieuses qui travaillent en situation de conflit : ici en Syrie.

Les faits saillants

Comme par les années passées, une grande partie des dons a été affectée à des projets en Afrique (27%) et au Moyen Orient (25%). Ces dernières années, l’aide attribuée à la région du Moyen Orient a connu une augmentation significative. Depuis le début du « printemps arabes » en 2011, l’œuvre pontificale de charité y a en effet réalisé des projets pour un montant total de, dont plus de 27 millions de dollars rien qu’en 2018. L’aide d’urgence aux milliers de chrétiens et de réfugiés déplacés, en particulier au Moyen Orient, a représenté plus de 12 % des aides accordées l’année dernière. Il est particulièrement important de souligner l’excellent travail de reconstruction des maisons de chrétiens, rendu possible grâce au soutien de l’AED en Syrie et en Irak. En effet, il y a eu 1 479 habitations de chrétiens reconstruites au Moyen Orient grâce à l’intervention de l’œuvre de charité.

Dans cette partie du monde, se trouve le pays qui, en 2018, a le plus bénéficié du soutien de l’AED. Il s’agit de la Syrie, où des interventions ont été réalisées pour pas moins de 12,9 millions dollars, soit plus de 4,35 millions de dollars de plus qu’en 2017. Un autre pays moyen oriental se trouve dans la liste des bénéficiaires, l’Irak, où des projets d’un total de 9,75 millions de dollars ont été financés l’année dernière. Viennent ensuite l’Inde (7,8), l’Ukraine (4,8) et la République Démocratique du Congo (4,2).

Un diacre entre de nouveau dans une église d’Alep en Syrie, lourdement endommagée par les bombes et les tirs de mortiers. L’espoir est au rendez-vous, grâce à nos bienfaiteurs ! 

Une messe toutes les 22 secondes !

En ce qui concerne les domaines d’intervention, les projets de construction et de reconstruction se retrouvent toujours à la première place (31,9% de l’aide) avec plus de 34,8 millions de dollars au total, pour la construction de 2 470 maisons, chapelles, églises, couvents, séminaires et centres pastoraux.

Viennent ensuite les offrandes de messe (16,4%). En 2018, 40 569 prêtres ont bénéficié de ce soutien particulier et ce sont au total, l’an dernier, 1 421 001 messes qui ont été célébrées aux intentions des bienfaiteurs de l’AED, c’est-à-dire une messe toutes les 22 secondes.

Viennent ensuite les offrandes de messe (16,4%). En 2018, 40 569 prêtres ont bénéficié de ce soutien particulier, fondamental dans les régions pauvres où les prêtres ne peuvent compter sur aucune autre forme de subsistance. Cela représente un prêtre sur dix dans le monde. Au total, l’an dernier, 1 421 001 messes ont été célébrées aux intentions des bienfaiteurs de l’AED, c’est-à-dire une messe toutes les 22 secondes.

Parmi les types d’aide, ce sont les aides d’urgences qui arrivent en troisième position, au même niveau que les interventions en faveur de la formation des prêtres et des religieuses (12,4%). En 2018, la formation de 11 817 séminaristes a été soutenue, ce qui représente un séminariste sur dix dans le monde, et les études complémentaires de 4 370 prêtres ont été financées. Les intentions de messe ont également permis de soutenir 1 383 prêtres qui enseignent dans les grands séminaires.

Une très grand importance est également accordée à l’éducation à la foi des laïcs, qui arrive en cinquième position et a représenté 11,2% de l’aide. L’an dernier, la formation de 14 169 catéchistes et laïcs engagés a été financée.

La sixième catégorie d’intervention est liée aux moyens de transport pour la pastorale (6,8%), avec 907 véhicules offerts, dont 370 voitures, 189 motos, 342 vélos, 2 camions, 2 autocars et 2 bateaux. Vient ensuite le soutien aux médias chrétiens et à la publication de Bibles et d’autres textes religieux (4,6 %). En 2018, a permis la publication et la diffusion de 1 103 480 textes sacrés et publications religieuses.

Le désespoir – ici dans l’État du Bihar en Inde. Discrimination et persécution religieuse sont le lot dans bien des pays, même démocratiques.

L’Aide à l’Église en Détresse (AED) lauréate du prix 2019 de la fondation “Path to Peace”

13.05.2019 in Adaptation Mario Bard, MONDE, PAIX, Par Joop Koompan, Voyagez avec AED

New York

L’Aide à l’Église en Détresse (AED) lauréate du prix 2019 de la fondation “Path to Peace”


NEWYORK/KÖNIGSTEIN/MONTRÉAL  Le 15 avril dernier, Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et président de la fondation Path to Peace a annoncé que le prix 2019 de cet organisme sera décerné à l’Aide à l’Église en Détresse (AED).
Par Joop Koopman, pour ACN International
Adaptation par Mario Bard pour le bureau canadien
Publié sur le web – 13 mai , 2019
 

Thomas Heine-Geldern, président de l’AED internationale, recevra le prix au nom de l’organisme lors du dîner de gala annuel de Path to Peace le 22 mai prochain à New York. « Recevoir ce prix exceptionnel est un grand honneur pour l’Aide à l’Église en Détresse », affirme-t-il, avant d’ajouter : « C’est une reconnaissance extraordinaire du pont d’amour construit par la générosité de nos bienfaiteurs et l’Église souffrante et persécutée dans le monde entier. »a mission du Saint-Siège explique avoir choisi de rendre hommage à l’AED en reconnaissance de son soutien humanitaire et pastoral aux chrétiens persécutés.

 

Reconnaissance dans une année sombre

« Je suis bien sûr extrêmement heureuse que notre organisationrecoive cet honneur exceptionnel pour son travail », indique quant à elle Marie-Claude Lalonde, directrice nationale l’AED-Canada. « Ce prix arrive à point nommé : depuis le début de 2019, il semble que nous soyons entrés dans l’une des pires années en ce qui concerne la persécution des chrétiens ».

Dans un article récent – à lire sur notre site web –, Monsieur Heine-Geldern rappelait qu’au moins quatre attaques majeures contre des chrétiens ont déjà eu lieu dans le monde depuis le début de l’année, dont la dernière au Sri Lanka qui a tué plus de 268 personnes, principalement des participants aux messes de Pâques, et blessées plus de 500 autres. «  Aide à l’Église en Détresse se bat jours après jours pour soutenir ces Églises locales, et pour informer à leurs propos », indique encore Mme Lalonde. « La liberté religieuse dont un bon nombre d’entre elles ne disposent pas est une liberté fondamentale inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. L’hommage que l’on reçoit invite l’AED à continuer son travail avec la plus grande diligence. »

La fondation Path to Peace soutient divers aspects du travail de la Mission du Saint-Siège auprès de l’ONU. Elle finance également des projets humanitaires dans différents pays en développement.

Parmi les précédents lauréats du Prix Path to Peace figurent le Cardinal Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie et la Reine Sofia d’Espagne.

Fondée en 1947 par le Père Werenfried van Straaten) pour aider les réfugiés et les personnes déplacées dans l’Allemagne de l’après-guerre, l’AED soutient plus de 5 000 projets chaque année dans plus de 140 pays. Ces projets sont dédiés à la construction d’églises et de chapelles, à la formation de séminaristes, de religieux, de religieuses et de catéchistes laïcs, à l’aide d’urgence, notamment aux chrétiens persécutés et aux moyens de transport pour faciliter le travail pastoral. L’an dernier, les bienfaiteurs de l’AED ont donné plus de 150 millions de dollars, provenant principalement des 23 bureaux nationaux, dont celui du Canada. 

Depuis 2011, l’AED a alloué plus de 105 millions de dollars aux chrétiens syriens et irakiens menacés par le groupe État islamique et d’autres groupes islamistes, permettant ainsi de maintenir le christianisme dans la région.

Le dîner de gala de la fondation Path to Peace se déroulera le 22 mai prochain, à Manhattan.

La situation des chrétiens dans le monde – 2019

06.05.2019 in Adaptation Mario Bard, Adaptation Mario Bard, MONDE, Persécution, Voyager avec l'AED, Voyagez avec AED

MONDE

 

2019 s’annonce sanglante pour les chrétiens

 

L’œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED) s’inquiète de l’augmentation des attaques perpétrées dans le monde entier contre des chrétiens. « Les attentats à l’explosif commis avec une extrême brutalité contre des églises et des hôtels au Sri Lanka le matin du dimanche de Pâques montrent que dès à présent, 2019 s’avère être l’une des années les plus sanglantes pour les chrétiens », a déclaré Thomas Heine-Geldern, président de l’AED-International.

Rien que durant les quatre premiers mois de cette année, l’œuvre de bienfaisance qui s’engage en faveur des chrétiens persécutés et en détresse dans plus de 140 pays a parlé publiquement des exactions suivantes :

    • – Attaques des islamistes de la Séléka contre une mission dans l’évêché de Bangassou en République centrafricaine au tournant de l’année, avec des douzaines de morts et environ 20 000 personnes déplacées qui ont fui les violences ;

 

    • – Attentat islamiste contre la cathédrale de Jolo, au sud des Philippines, qui a fait vingt morts et environ 90 blessés fin janvier ;

 

    • – Attentats commis à la mi-mars contre des villageois chrétiens par des membres de la tribu majoritairement musulmane des Foulani, dans l’État fédéral nigérian de Kaduna, et qui ont coûté la vie à plus de 130 personnes ;

 

  • – Exactions de nationalistes extrémistes hindous commises fins mars contre un établissement scolaire catholique dans l’État fédéral indien du Tamil Nadu, lors desquelles s’est déroulée une véritable chasse aux religieuses qui y travaillent.

 

Jesus

La persécution chrétienne ne connaît plus de limite

Heine-Geldern

 

« Les attentats au Sri Lanka constituent l’apogée sanglant d’une évolution qui dure depuis quelques années déjà : la persécution des chrétiens ne connaît aucune limite », estime M. Heine-Geldern. « Elle ne s’arrête jamais, même durant les plus grandes fêtes de la chrétienté. Elle se montre sans pitié envers les innocents, qui sont souvent considérés comme boucs émissaires des évolutions mondiales ». Après les attentats au Sri Lanka, le groupe État islamique (ÉI) a revendiqué ces violences. Les services de sécurité supposent que les attentats à la bombe ont pu avoir été organisés et commis en tant qu’actes de vengeance du massacre de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. À la mi-mars, un homme âgé de 28 ans y a tué 49 personnes, dans deux mosquées.

Aide à l’Église en Détresse insiste sur le fait que la menace islamiste persiste au Moyen-Orient, ainsi qu’en Afrique, avec la violence exercée par Boko Haram au nord du Nigéria. « C’est une fausse idée de croire que le groupe ÉI est vaincu sur le plan militaire et n’existe donc plus. En effet, l’idéologie est bien vivante, les adeptes sont toujours en vie, les voies de communication semblent fonctionner. Nos partenaires de projet au Moyen-Orient restent toujours extrêmement préoccupés », poursuit Thomas Heine-Geldern.

 

La religion, utilisée pour créer le chaos. Plus récemment, la situation dans des pays du continent américain comme le Mexique, le Nicaragua et le Venezuela a également suscité des inquiétudes à l’AED. À la suite des turbulences politiques, des évêques et des prêtres sont sans cesse victimes d’exactions. « Il s’agit ici d’un mélange d’idéologies politiques et de reproches selon lesquellesl’Église interviendrait de manière injustifiée parce qu’elle appelle à la résistance contre des gouvernements autoritaires ou contre la corruption. L’Église devient la cible d’agressions et de violences », explique Monsieur Heine-Geldern.

La religion : une arme utilisée à tort

Dans de nombreuses régions du monde, la religion est utilisée comme une arme politique afin de déséquilibrer des pays et de les entraîner dans le chaos. Actuellement, c’est exactement ce qui se passe au Sri Lanka. Là, l’Église s’efforce de manière intensive d’empêcher que la douleur causée par les actes de violence n’engendre un cercle vicieux. « L’équilibre de la société repose en grande partie sur la coexistence pacifique des différentes religions. C’est l’objectif en faveur duquel s’engagent nos partenaires de projet », assure le président de l’AED.

Malheureusement, il est rare que le grand public obtienne des informations sur les exactions antichrétiennes. Le cas d’Asia Bibi, cette mère de famille chrétienne pakistanaise initialement condamnée à la peine de mort pour blasphème et acquittée en dernier recours, est un bon exemple. Grâce à ce cas, Le monde a pu entendre parler de la situation dangereuse et parfois mortelle dans laquelle vit la minorité chrétienne du Pakistan. Conjointement avec d’autres organisations, l’AED s’était engagé en faveur de sa libération. Cependant, le destin d’Asia Bibi reste incertain.

Les extrémismes religieux et politiques : causes principales de la persécution

L’islamisme fondamentaliste, les nationalismes exacerbés et les idéologies autoritaires restent les moteurs principaux de la persécution des chrétiens et d’autres minorités religieuses. Tel est le constat du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde (Religious Freedom Report), que l’AED a présenté en novembre 2018 et qui met en lumière la situation dans 196 pays.

« C’est avec une très grande préoccupation que nous observons que ces trois évolutions ne décroissent malheureusement pas – bien au contraire. Ce peut être observé actuellement dans des États africains tels que le Burkina Faso, le Niger et le Bénin. Les hostilités contre les missions, les prêtres et les religieuses y prennent des proportions dramatiques. La population a de plus en plus peur », constate Thomas Heine-Geldern.

Il est impératif de donner un nom à cette évolution amère. « Il appartient aux gouvernements du monde et à l’ONU d’être des artisans de la paix, de garantir la liberté religieuse et d’assurer la défense des minorités contre les exactions antireligieuses », a dit Thomas Heine-Geldern. Du côté des pouvoirs religieux, il s’agit de soutenir les chrétiens persécutés, à travers la prière et des aides actives, ainsi que de leur donner une voix et un visage, demande Thomas Heine-Geldern.

« C’est l’objectif en faveur duquel l’AED s’engage depuis plus de 70 ans. Et compte tenu de la violence croissante contre les chrétiens, cela mérite tout type de soutien et tous les efforts possibles. »

Le Rapport sur la liberté religieuse 2018 est disponible à l’adresse suivante : www.religious-freedom-report.org.
Pour les gens pressés, une version abrégée existe en format PDF sur le site web de l’AED-Canada : Rapport 2018

Vues d’ailleurs – Chine – Mieux comprendre – 7 mars, 19 h 00

02.03.2018 in AED Canada, Aide à l'Église en détresse., Chine, MONDE, Radio Ville Marie, Radio VM, Voyagez avec AED, Vues D'ailleurs

Émission radiophonique de l’Aide à l’Église en Détresse Canada

Vues d’ailleurs – Chine : mieux comprendre ! 

Pour mieux comprendre l’Église locale d’un pays, il importe parfois de mieux comprendre sa géopolitique.
C’est ce que nous ferons le 7 mars prochain, à 19 h, dans le cadre de l’émission Vues d’ailleurs, diffusée sur les ondes de Radio VM.

Nous nous intéresserons à l’Empire du Milieu, la Chine, pays en pleine ébullition, que les uns craignent, et que les autres admirent. Tous s’entendent pour dire que, depuis les 40 dernières années, elle est devenue une puissance mondiale incontournable. Redevenue pourraient-ont demander? Après tout, la Chine est le berceau de la plus ancienne civilisation encore vivante sur la terre.

Notre invité est Mathieu Duchâtel, Directeur général du programme Asie et Chine au Conseil européen des relations internationales (ECFR).
Ses travaux portent sur la politique étrangère et de sécurité de la Chine. Son dernier ouvrage, publié dans la célèbre collection Que sais-je? , Géopolitique de la Chine. 

 

Mathieu Duchâtel, en entrevue à Vues d’ailleurs. (Photo : Conseil européen des relations internationales)

Rendez-vous dès 19 h, mercredi 7 mars, sur les ondes du réseau de Radio VM.

En rediffusion le vendredi à 16 h, le lundi 22 h et le mercredi à 13 h 30.

Présentée par Aide à l’Église en Détresse Canada.


 

Rapport Annuel 2016 – Nouvelle année record

05.07.2017 in AED Canada, Aide, Aide à l'Église en détresse., MONDE, Rapport annuel

Aide d’urgence au Moyen-Orient : un soutien qui se continue en 2017 tout comme en 2016. (© AED)

Aide à l’Église en Détresse
Nouvelle année record

 

Königstein/Montréal, 5 juillet 2017 – En 2016, Aide à l’Église en Détresse (AED) a de nouveau battu tous les records. Le montant amassé par l’œuvre pontificale de charité s’élève à 189 550 370 $, c’est-à-dire une augmentation de 13,5 millions $ par rapport à 2015. Ce montant a permis de financer 5 303 projets dans 148 pays. L’Afrique récolte la part du lion avec 34 pour cents de projets réalisés sur le continent.

 

Ce nombre élevé reflète en grande partie la croissance de l’Église en Afrique. Une attention particulière est apportée à des pays de la zone sahélienne, ainsi que le nord du Nigéria, la Tanzanie et le Kenya puisqu’il s’y répand une forme agressive d’Islam. Par ailleurs au Moyen-Orient, berceau du christianisme, les soutiens d’urgence et l’aide à la subsistance pèsent lourd dans les livres comptables. Ces appuis assurent la présence des chrétiens dans la région. D’ailleurs, l’Irak et la Syrie sont les pays ayant bénéficié des plus grands apports d’AED en 2016 avec respectivement plus de 14,2 millions $ et 8,7 millions $, ce qui est dû en grande partie à la situation politique qui règne dans la région. Depuis 2011, plus de 87,9 millions $ ont été versés dans les régions en crise du Moyen-Orient, et rien que pour l’année dernière, le montant a atteint plus 26,6 millions $ au total. Loin de diminuer, l’aide dans ce coin du globe devrait encore s’accroître considérablement en 2017.

 

Syrie – de l’aide pour les déplacées

 

Par exemple, le programme de reconstruction mis en place par AED, et auquel participent trois Églises dans la région de la Plaine de Ninive en Irak, n’est pas étranger à cette situation. Il a pour objectif de permettre aux chrétiens de retourner dans les villes et villages libérés de l’emprise de l’État islamique.

 

Vicariat de Chaco, Paraguay : des religieuses peuvent soutenir les gens les plus pauvres – éducation, catéchèse, écoute, etc. – sans s’inquiéter de ce qu’elles mangeront demain, grâce aux bienfaiteurs d’AED. (© AED)

 

De la construction au soutien des religieuses

Comme pour les années précédentes, la majeure partie de l’aide globale a servi au soutien à la construction, soit 30 pour cent du montant total. À l’échelle mondiale, la construction ou la reconstruction de plus de 1 200 chapelles, églises, cathédrales et séminaires a été cofinancée, en majeure partie dans des régions dévastées par des cataclysmes. Un tiers des projets de construction a été réalisé en Afrique.

 

 

Ensuite vient l’aide d’urgence au Moyen-Orient et à la subsistance pour les religieuses, ainsi que le soutien à la formation, notamment celle d’environ 30 000 catéchistes et assistants pastoraux. En Europe centrale et de l’Est, l’aide à la formation professionnelle et continue a dépassé celle attribuée aux projets de construction. Dans cette partie du monde, l’accent a été mis sur les pays des Balkans où des formes radicales de l’islam s’installent.

 

Intentions de messe  : un prêtre sur neuf dans le monde ! (© AED)

Puis, grâce à des intentions de messe, un prêtre sur neuf (43 015 au total) a bénéficié de soutien, surtout en Afrique (14 403) et en Asie (11 293). L’aide est également allée à 10 760 jeunes séminaristes, c’est-à-dire à une vocation sacerdotale sur onze à l’échelle mondiale. La plupart d’entre eux se préparaient à la prêtrise en Afrique (4 667), puis en Amérique latine (2 900) et en Europe de l’Est (1 577).

 

Du côté des religieuses, 11 080 d’entre elles ont obtenu une aide à la subsistance ou une formation. Dans le monde, une religieuse sur 62 a bénéficié de ce soutien, tandis qu’en 2015, il ne revenait encore qu’à une religieuse sur 67. Dans la majeure partie des cas, il s’agissait d’aide à la subsistance aux religieuses contemplatives. Côté transport, 375 automobiles, 149 motos et 239 bicyclettes ainsi que deux bateaux ont été financés.

 

 

Jamais auparavant Aide à l’Église en Détresse n’avait amassé autant d’argent en une seule année. Presque deux tiers de ces sommes (65 pour cent) émanaient de dons individuels, tandis qu’un peu plus d’un cinquième (21,8 pour cent) provenait de legs. L’œuvre pontificale a obtenu la plus grande partie des dons en France (plus de 43,2 millions $), suivie par la Grande-Bretagne (plus de 26,6 millions $), l’Espagne (plus de 19,3 millions $), l’Allemagne (plus de 18 millions) et la Suisse y compris le Liechtenstein (plus de 13,3 millions $).

 

 

TOGO Construction des salles de catéchèses pour la paroisse de St Paul Apôtre des nations.

L’Équipe canadienne a quant à elle amassé près de 3 millions $. Au total, l’œuvre de bienfaisance gère des bureaux nationaux, qui assurent des activités de collecte de fonds, dans 23 pays. Finalement, 2 109 projets examinés ont fait l’objet d’une décision négative. Les coûts d’administration ont représenté 6,4 pour cent du budget global (en 2015 : 6,5 pour cent). Ces chiffres et statistiques ont été vérifiés par la société internationale d’audit KPMG.

 

Cliquer pour lire le rapport annuel de AED 2016

 


 

 

Communiqué – Pèlerinage à Fatima avec Aide à l’Église en Détresse

07.03.2017 in AED Canada, Communiqué, Mario Bard, MONDE, Père au Lard, Père Werenfried van Straaten, Voyager avec l'AED

 Les 70 ans d’Aide à l’Église en Détresse !

Pèlerinage à Notre-Dame de Fatima

 

« Le père Werenfried, fondateur d’Aide à l’Église en Détresse, était un fervent priant de Marie, et il y a 50 ans cette année, il a consacré l’œuvre à Notre-Dame de Fatima. Une dévotion qui est restée chère à notre organisation et dont nous voulons partager la très grande importance aujourd’hui avec nos bienfaiteurs et bienfaitrices », indique Marie-Claude Lalonde, directrice nationale d’Aide à l’Église en Détresse.

Notre-Dame de Fatima

 

Du 9 au 18 septembre 2017, l’organisme international de charité catholique organise, en collaboration avec l’agence spécialisée en voyage de ressourcement Spiritours, un pèlerinage au Portugal. Si Fatima est le cœur du périple, d’autres villes sont incluses, dont la capitale Lisbonne, Coimbra — où vécut jusqu’à sa mort Sœur Lucie, l’une des voyantes de Fatima —, Porto et Saint-Jacques de Compostelle.

 

« Les pèlerins canadiens pourront vivre des moments inoubliables comme la grande messe internationale ou encore une nuit d’adoration eucharistique organisée en collaboration avec Aide à l’Église en Détresse. Dans ce cadre, des milliers de bienfaiteurs et de bienfaitrices de partout dans le monde sont attendus », précise Mme Lalonde.

 

« Une occasion unique de communier à la cause qui leur est chère, au cœur de ce sanctuaire où le père Werenfried a confié son œuvre à Notre-Dame. Je ferai partie du voyage, et j’ai bien hâte de partager ce temps précieux avec ceux et celles qui rendent possibles plus de 6 000 projets par an dans une moyenne de 140 pays. »

 

L’œuvre du « Père au lard » est en pleine effervescence

 

Depuis 70 ans, les projets soutenus par Aide à l’Église en Détresse sont extrêmement diversifiés, mais ont un seul but : aider l’Église, la communauté chrétienne, là où elle répond aux besoins du monde.

Mai 1992 : le père Werenfried rencontre Soeur Lucie, l’une des voyantes de Fatima.

 

« Le père Werenfried — aussi appelé Père au lard à cause des origines de l’œuvre — a toujours été attentif aux demandes de l’Église, quel que soit l’endroit. Que ce soit pour construire une chapelle ou une cathédrale, ou bien encore afin d’aider l’Église à nourrir les millions de déplacés et réfugiés, en passant par la formation pastorale des prêtres, des religieuses, des laïcs. Notre fondateur savait écouter et comprendre les tenants et aboutissants d’un besoin », raconte Mme Lalonde. « Pour lui, tous ces projets servent une seule cause : l’annonce de l’Évangile et de ses bienfaits, en parole et en action. Et c’est ce que nous continuons aujourd’hui. »

 

 

 

 

Pour s’inscrire, connaître le prix et les détails du voyage, contacter Mikaël Maniscalco chez Spiritours, au 514-374-7965, poste 207.
http://spiritours.com/voyage/portugal-et-espagne-sept2017/ 

 

Les bienfaiteurs et collaborateurs de l’AED se rendent depuis des années au sanctuaire de Fatima. Ici, un pèlerinage en 2013. 


 

Communiqué – Le pape François prie pour tous les chrétiens persécutés

02.03.2017 in Adaptation Mario Bard, AED, liberté religieuse, Miséricorde, MONDE, PAIX, Pape, Pape François, Prière

Intention de prière de mars


Le pape François prie pour tous les chrétiens persécutés

Produite par le « Réseau mondial de la prière du Pape » et cofinancée par Aide à l’Église en Détresse (AED), l’édition de mars de la vidéo du Pape* est consacrée à la situation des chrétiens persécutés et discriminés en raison de leur foi dans le monde entier – sans distinction de rite ou de confession.

Le Pape François ne cesse de rappeler que « tant de gens sont persécutés à cause de leur foi et sont forcés de fuir leurs maisons, leurs lieux de culte, leur terre, leurs proches ! » Nous devons nous montrer solidaires avec nos frères et sœurs qui souffrent de la discrimination, de la violence ou de persécution à cause de leur foi, estime le pape.Selon le dernier Rapport sur la liberté religieuse dans le monde publié en novembre dernier, les chrétiens constituent le groupe religieux souffrant le plus de persécutions. Ce droit humain fondamental qu’est la liberté religieuse — Article 18 de la Déclaration des droits de l’homme — est gravement violé dans 38 pays du monde, et dans 23 d’entre eux, cette violation est même classée comme étant de la persécution.

 

Rapport abrégé et rapport complet disponible à l’adresse web suivante :http://bit.ly/LiberteReligieuse

Dans son intention de prière, le Saint-Père lance un appel à la prière en faveur de ces chrétiens persécutés : « Je vous demande ceci : combien d’entre vous prient pour les chrétiens persécutés ? Je vous demande de prier avec moi pour qu’ils éprouvent le soutien de toutes les Églises et communautés à travers la prière et l’aide matérielle. »

 

« Nous remercions le Saint-Père de la préoccupation constante qu’il manifeste pour les chrétiens persécutés », indique Johannes Heereman, président exécutif d’AED.« Depuis sa fondation, Aide à l’Église en Détresse soutient l’Église en souffrance. Malheureusement, la situation dans le monde ne s’est pas améliorée avec le temps. Les circonstances sont différentes, mais la souffrance persiste toujours. Jadis, il s’agissait du communisme, aujourd’hui du fondamentalisme islamique. Cet appel est plus actuel que jamais. »

Les intentions de prière du pape pour Mars : « L’aide pour les chrétiens persécutés : pour qu’ils éprouvent le soutien de toute l’Église à travers la prière et l’aide matérielle. »

À propos d’Aide à l’Église en Détresse

Aide à l’Église en Détresse est une œuvre pontificale qui relève directement du Saint-Siège. En tant qu’œuvre de charité catholique, AED soutient les fidèles là où ils sont opprimés ou persécutés, où ils souffrent de la misère — à travers l’information, la prière et des programmes d’aide. L’AED a été fondée en 1947 par le père Werenfried van Straaten, que saint Jean-Paul II a qualifié « d’apôtre exceptionnel de l’amour du prochain ». Actuellement, l’œuvre déploie ses activités dans plus de 140 pays du monde entier. À travers des milliers de projets par an, elle fournit une aide d’urgence aux persécutés, des aides au transport pour le service de l’Église, des Bibles pour les enfants, du soutien aux médias et aux projets d’évangélisation, des intentions de messe ainsi que d’autres soutiens pour les prêtres, les religieuses et la formation des séminaristes.

*À propos de la vidéo du Pape

La « Vidéo du Pape » est une initiative du Réseau mondial de prière du Pape (Apostolat de la prière), afin de diffuser l’intention mensuelle de prière du Saint-Père concernant les défis de l’humanité aujourd’hui. L’objectif de ces vidéos développées par La Machi Communication pour les bonnes causes est d’unir les hommes et les femmes du monde entier à Sa Sainteté le Pape François, au sein d’une intention de prière commune. Le projet est soutenu par Vatican Television Center (CTV).

 

À propos du Réseau mondial de prière du Pape

L’Apostolat de la Prière est le Réseau Mondial de Prière du Pape au service des défis de l’humanité et de la mission de l’Église. Sa mission est de prier et vivre les défis de l’humanité qui préoccupent le Saint-Père, exprimés dans ses intentions mensuelles. Le réseau permet d’être comme des apôtres dans le quotidien de nos vies, à travers un chemin spirituel appelé « chemin du cœur », qui transforme notre façon d’être au service de la mission du Christ. Fondé en 1844, il est présent dans plus de 98 pays. Plus de 35 millions de personnes intègrent ce réseau, y compris sa branche jeunesse, le Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ). Pour plus d’information : www.prieredupape.net.

 


 

 

Voir Marie-Claude Lalonde à l’émision Église en sortie

16.02.2017 in liberté religieuse, Marie-Claude Lalonde, MONDE, Rapport d'activités

Marie-Claude Lalonde, directrice nationale de l’AED

invitée à l’émission Église en sortie

La liberté religieuse est menacée partout dans le monde et de différentes manières.

Plus particulièrement, il y a 38 pays — dont la Corée du Nord, le Nigeria, l’Irak et la Syrie — où pratiquer sa tradition religieuse peut mener à la prison, ou pire encore, à la mort.

Le Rapport sur la liberté religieuse 2016 d’Aide à l’Église en Détresse est un outil essentiel pour comprendre l’ampleur de la situation et alerter l’opinion publique. S’informer, pour mieux agir !

Marie-Claude Lalonde, directrice d’Aide à l’Église en Détresse Canada, répond aux questions de Francis Denis.
Voyez ou revoyez l’émission Église en sortie, diffusée lundi le 13 février 2016 sur les ondes de Sel et Lumière TV.

Merci de faire connaître cette émission et le lien de notre rapport international autour de vous.

Lire davantage sur la liberté religieuse dans le monde dans notre Rapport 2016 .