fbpx
X
Faire un don

Histoire de succès au Guatemala

Former pour aimer les prisonniers

D’abord, un peu d’histoire ! Au huitième siècle, les Maures conquièrent toute la péninsule ibérique. Le combat des Espagnols contre l’occupant a duré 700 ans. Durant cette période, les Maures ont  enlevé beaucoup de prisonniers pour les vendre comme esclaves.

 

Non seulement privés de leur liberté, ces chrétiens risquaient de perdre leur foi. Il faut faire quelque chose pour eux, conclut le jeune Pedro Nolasco (Pierre Nolasque), de Barcelone. Dès son adolescence, il rachète 300 prisonniers avec l’héritage que son père lui avait légué.

 

En 1218, il déclare avoir vu la Mère de Dieu lui apparaître. Elle lui demande de fonder un ordre destiné à défendre les prisonniers. C’est ainsi que naît la Congrégation des Mercédaires titre inspiré de « Notre-Dame-de-la-Merci » (en latin « Ordo Beatae Mariae de Mercede redemptionis captivorum », et en espagnol « Nuestra Señora de Las Mercedes»).

 

Les membres de l’ordre ont racheté d’innombrables prisonniers chrétiens aux Maures et ont même souvent offert leur propre liberté, voire leur propre vie, en rançon pour les malheureux. D’ailleurs, en plus des trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, la règle de l’ordre en prévoit une quatrième : le vœu de racheter les esclaves chrétiens, y compris au prix de leur propre liberté et de leur propre vie.

Aujourd’hui…

Cet ordre religieux est particulièrement présent en Amérique latine. Aujourd’hui encore, ses membres s’occupent toujours des prisonniers. Ils sont engagés dans la pastorale auprès d’eux, fournissent une assistance matérielle aux familles démunies de détenus, et donnent des conseils aux personnes qui rencontrent des problèmes avec le système judiciaire. La communauté continue d’accompagner les anciens prisonniers, même après la fin de leur détention. En effet, beaucoup de prisonniers n’ont pas de famille et sont confrontés au néant après leur libération. Alors, les Mercédaires les soutiennent pour qu’ils trouvent un emploi et se réintègrent dans la société.

L’ordre se réjouit de compter des vocations. Ainsi, 15 jeunes hommes se préparent actuellement au sacerdoce au séminaire de l’ordre, au Guatemala. Aide à l’Église en Détresse a soutenu leur formation l’an dernier à hauteur de 7 100 dollars.

Les futurs prêtres vous remercient de tout cœur pour cette aide !

 


 

Articles récents