fbpx
X
Faire un don

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui:  Tanzanie

Construction d’un presbytère pour les Pères Clarétains

 

AED International

Adaptation Robert Lalonde, AED Canada

 

La congrégation des Clarétains a été fondée en 1849 par Saint-Antoine-Marie Claret. Elle compte aujourd’hui 19 évêques, plus de 2000 prêtres et 3000 frères dans 63 pays du monde entier. Depuis 2003, les Clarétains sont également actifs dans l’archidiocèse de Dar-es-Salaam, en Tanzanie. Entre-temps, ils y sont présents dans huit localités.

 

Ils sont engagés dans la formation et de l’éducation des enfants dans les établissements scolaires ; ils assurent les soins médicaux de base ou s’occupent des personnes défavorisées, notamment les membres d’ethnies minoritaires ; ils soutiennent les mères qui élèvent leurs enfants seules et créent des associations d’entraide ; ils perçoivent « le monde par les yeux des pauvres » et s’efforcent d’atténuer les peines du corps et de l’âme.

 

La paroisse Sainte-Marie, à Kimara, est l’un des endroits où ils exercent leurs activités, à quelque 290 kilomètres de la capitale. Les religieux y dirigent une paroisse extrêmement active comptant presque 11 000 catholiques. Toutefois, leur hébergement reste encore tout à fait provisoire.  Ils n’ont même pas d’eau courante.

TANZANIE 1

Pour faciliter le travail des Clarétains de Kimara, Son Éminence le cardinal de Dar-Es-Salaam, l’archevêque Mgr Pengo, souhaiterait construire un presbytère. Il nous a donc demandé de l’aider : «  Votre soutien encouragera visiblement les frères à poursuivre leurs activités de missionnaires. L’absence de presbytère dans un environnement où sévissent les maladies telles que la malaria engendre de fréquentes maladies chez les missionnaires, qui ne peuvent donc pas réaliser leur travail vaste et exigeant de manière aussi régulière que prévu. L’absence de locaux appropriés et d’eau potable crée des circonstances de vie malsaines. Les catéchèses et les cours sont dispensés à l’intérieur de l’église. Il n’y a aucune possibilité d’héberger ne serait-ce qu’un seul visiteur. Vient s’y ajouter le fait que l’hébergement momentané ne satisfait même pas aux standards de sécurité les plus simples alors que les attaques à main armées augmentent dans la région. Toutes ces circonstances rendent la vie très dure et très difficile. »

 

Les difficultés des fidèles

 

De plus en plus nombreux, les fidèles aiment leur paroisse et apprécient de se rendre aux eucharisties, de participer aux prières communes et d’échanger leurs expériences. Tous les jours, il y a un office religieux à Kimara, tandis que trois offices par semaine se déroulent dans les trois missions extérieures. Les Clarétains sont devenus indispensables pour leur engagement pour le développement social et économique ainsi que le salut des âmes. De nombreux habitants sont de pauvres paysans vivent de la vente de leurs récoltes.

 

Dans la plupart des cas, leurs revenus suffisent juste à survivre. Et pourtant, ils donnent une partie de ce faible revenu pour la construction du presbytère. Ils veulent rendre quelque chose aux frères. Les jeunes gens de la paroisse même participeront à la construction. Ils apprécient le travail des frères. Plusieurs d’entre eux ont grandi avec un seul parent. Dès leur plus jeune âge, les enfants travaillent pour nourrir leurs familles. Certains vivent dans la rue. Il y a de nombreux problèmes : pour les filles, leur fertilité constitue une grande valeur. C’est pourquoi elles donnent souvent très jeunes le jour à des enfants, même sans être mariées.

 

Un autre problème consiste dans le traditionnel système de dot. Comme beaucoup de familles n’ont pas les moyens de se payer la dot nécessaire lors d’un mariage, de nombreux jeunes couples vivent simplement en concubinage. Les structures familiales s’étiolent. Relations sexuelles précoces, grossesses chez des adolescentes, avortements et criminalité sont fréquents.

 

Le travail des Clarétains est une véritable bénédiction pour la population. Le monastère leur permettra de consacrer tout leur temps et toute leur énergie aux nécessiteux. L’Aide à l’Église en Détresse souhaiterait contribuer à la construction du presbytère par un don de 21 000 $.

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226
Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents