fbpx
X
Faire un don

Ukraine – Le soutien de l’AED-ACN aux Ukrainiens frappés par la guerre atteint plus de 7,5 millions de dollars

Königstein/Montréal, 2 août 2022 —

Cinq mois après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) fait le bilan du soutien apporté au pays. Ce sont plus de 7,5 millions de dollars d’aide d’urgence et d’autres initiatives pour aider l’Église catholique des deux rites qui ont contribué à ses efforts soutenus et inébranlables pour rester auprès de ses fidèles.

Une religieuse de Saint-Joseph de Kyiv montre une boîte de vivres.

À la suite de premiers plans d’aide immédiate, l’œuvre internationale de charité a promis 3,75 millions de dollars supplémentaires au cours des trois derniers mois, de mai à juillet, pour aider l’Église en Ukraine. Avec l’approbation en juillet de 34 nouveaux projets, le soutien apporté par l’AED-ACN a atteint plus de 7,5 millions de dollars en 2022.

« Les pires conséquences de la guerre ne se feront pas sentir immédiatement : les effets psychologiques, physiques et humanitaires ne seront ressentis que plus tard. Seul Dieu peut guérir les blessures les plus profondes, mais nous pouvons essayer d’adoucir les besoins les plus immédiats et de soutenir l’Église locale afin qu’elle puisse rester sur le terrain et aider », déclare Thomas Heine-Geldern, Président du Conseil exécutif de l’AED-ACN International.

Merci aux bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) de leur soutien.

« Grâce aux bienfaiteurs de l’AED-ACN, les prêtres et les religieuses peuvent suppléer les pénuries de nourriture, de produits d’hygiène, de première nécessité et de produits médicaux que doivent subir de nombreux déplacés internes. Par ailleurs, ils peuvent aussi apporter un soutien psychologique et spirituel à tous ceux qui sont traumatisés par la perte de leur maison ou de leurs proches », explique Thomas Heine-Geldern.

La délégation de l’AED-ACN en avril dernier a pu constater les besoins immenses, matériels mais aussi spirituels et psychologiques.

« Nous sommes en contact quotidien dans tout le pays », ajoute Magda Kaczmarek, responsable des projets l’AED-ACN en Ukraine depuis 14 ans. « Nous pouvons ainsi identifier les projets que l’Église locale considère comme une priorité, et être flexibles dans notre aide mensuelle ».

Une population bouleversée

« La douleur est immense », poursuit Magda Kaczmarek, qui s’est rendue en Ukraine en avril. « Ce fut une expérience très émotionnelle. Nous avons rencontré des réfugiés qui ne faisaient que pleurer. L’important n’était que de les serrer dans nos bras. Mais il y avait aussi des réfugiés qui étaient complètement sans voix. Je me souviens d’un jeune homme — il devait avoir environ 30 ans — qui n’avait pas prononcé un mot depuis le début de la guerre ».

Magda Kaczmarek : « La part principale des dépenses est constitué des frais de base : électricité, eau, chauffage, etc. Au cours de ces cinq mois, nous avons été en mesure de fournir beaucoup d’aide, et nous continuerons de le faire. Nous devons donner de l’espoir ».

« L’Église est comme une ancre qui maintient la stabilité du bateau dans la tempête », estime Magda Kaczmarek. « La principale préoccupation et la principale crainte que tout le monde ressent concernent l’arrivée de l’hiver, mais maintenant, les gens ont également peur que d’ici à la fin du mois d’août, la pénurie de nourriture et de carburant ne se soit encore aggravée », explique-t-elle.

Grâce à la générosité des bienfaiteurs de l’AED-ACN du monde entier, l’œuvre internationale a fourni une aide d’une valeur de plus de 7,5 millions de dollars. Les projets réalisés au cours des cinq premiers mois de la guerre comprennent :

• 4,8 millions de dollars d’aide d’urgence et de subsistance, répartis comme suit :

  • 1,95 million de dollars envoyés aux districts ecclésiastiques d’Ukraine, juste après le déclenchement de la guerre, pour compenser les besoins les plus urgents dans chacun d’entre eux.
  • 1,2 million de dollars d’aide aux prêtres ukrainiens, sous forme d’offrandes de messe pour couvrir, par exemple, leurs frais de subsistance, de déplacements et de travail pastoral et social.
  • 975 000 dollars pour un total de 14 projets, afin de permettre aux diocèses et aux ordres religieux d’accueillir des déplacés internes dans des paroisses, couvents, séminaires, etc.
  • 675 000 dollars d’aide à la subsistance, dans 17 projets, notamment pour les religieux et religieuses et pour soutenir les religieuses âgées ou malades.

Puis :

• 1,65 million de dollars, pour un total de 23 projets, pour la construction, la restauration et la rénovation de bâtiments, comme la réparation du séminaire de Vorzel, dans la banlieue de Kyiv, qui avait été pillé lors de la première phase de la guerre, ou l’achat de 17 générateurs.

• 900 000 dollars pour l’achat de 29 véhicules. C’est actuellement une priorité, car l’aide humanitaire doit être transportée sur de longues distances, sur des routes en mauvais état ou détruites.

• 150 000 dollars pour 21 petits projets pastoraux, par exemple 60 valises chapelle pour des célébrations liturgiques, et des projets de formation et de médias.

Cérémonie à la mémoire de disparus de la guerre avec des séminaristes.

Magda Kaczmarek explique que l’Église agit comme un refuge, au propre comme au figuré. « Les églises ont ouvert leurs portes à tous et accueillent maintenant des milliers de déplacés internes dans tous les diocèses. Cependant, cela représente un défi financier. La part principale des dépenses porte sur les frais de base : électricité, eau, chauffage, etc. Au cours de ces cinq mois, nous avons été en mesure de fournir beaucoup d’aide, et nous continuerons de le faire. Nous devons donner de l’espoir à notre peuple », conclut-elle.

Au Canada, les dons peuvent être faits en ligne, à l’adresse https://acn-canada.org/fr/donnez, puis choisir Aide pour l’Ukraine, ou bien par téléphone au 1-800-585-6333, poste 222.

Comptant des bureaux dans 23 pays, l’AED-ACN approuve en moyenne 6000 projets chaque année dans environ 150 pays, le tout grâce à des dons privés, puisque l’organisation ne reçoit aucune aide publique.

Fondée en 1947 en tant qu’organisation catholique d’aide aux réfugiés de guerre, et reconnue comme Œuvre pontificale de charité en 2011, l’Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) se consacre au service des chrétiens du monde entier, partout où ils souffrent de persécutions, discriminations ou détresses matérielles, par la prière, l’information et la charité.

En ukrainien, les religieuses et le prêtre vous disent : Merci !

Articles récents