fbpx
X
Faire un don

Turquie – La messe du pape François dans la cathédrale latine d’Istanbul

Le vrai visage de l’Église universelle

Sébastien de Courtois, AED International

Adaptation Robert Lalonde, AED Canada  

TURQUIE 3

À Istamboul, le samedi 29 novembre dernier, une foule de catholique attendait depuis 15 heures le pape François sur le parvis de la cathédrale Saint-Esprit. « Nous allons chanter pour le pape, pour les chrétiens et la paix au Proche-Orient » dit Maria, une jeune chaldéenne qui participe à la chorale. Elles sont une vingtaine de jeunes filles comme elle, de plusieurs origines, à participer à ce service hors du commun. La cathédrale est pleine. « Nous pouvons à peine recevoir 1 200 personnes… Nous aurions aimé recevoir beaucoup plus de monde, mais ce n’était pas possible », dit Mgr Louis Pelâtre, l’évêque catholique d’Istanbul.

À l’extérieur, sur le boulevard, les télévisions turques filment l’arrivée du Saint Père. La cour intérieure est pleine. Dès son arrivée, ce sont des : « Viva el papa ! » qui fusent de la foule. Il y a une petite délégation de Colombie, d’Argentine et des Philippines. Le pape s’approche de chacun dès qu’il le peut pour serrer des mains et sourire aux gens. Un homme s’approche avec une boîte qui contient des colombes pour les offrir à François qui les prend et les laisse s’envoler aussitôt dans le ciel gris d’Istanbul, en signe de paix.

Un moment historique

Dans l’église, les gens sont debout sur leurs bancs pour l’acclamer. Sur la tribune, à l’étage, des journalistes du monde entier sont aussi présents dont beaucoup d’Italiens venus dans l’avion du Saint Père. Les services de sécurité turcs, à l’extérieur, et ceux du Vatican à l’intérieur, sont sur les dents. Il ne faut pas qu’il y ait de faux pas.

La messe commence. Le pape est entouré de plusieurs prélats orientaux, dont le patriarche des Syriaques catholiques, Ignace Younan, qui va participer à la célébration. Le patriarche œcuménique, Bartholomé est aussi présent, comme les représentants des Églises Arméniennes, grégorienne et catholique, l’archevêque Syriaque orthodoxe Yusuf Çetin et le vicaire des Chaldéens de Turquie François Yakan. Plus de cinquante prêtres représentants les diocèses de Turquie, et d’ailleurs, sont encore présents.

Le pape prend un moment pour chacun. « Nous sommes très heureux de le voir ainsi. Il nous apporte de la joie et du réconfort… », déclare une dame levantine venue d’Izmir, l’ancienne Smyrne, une grande ville sur le bord de la mer Egée. Des Turcs catholiques entonnent les premiers chants en turcs. Après, ce sont des chants et des paroles lancées depuis le chœur de la cathédrale en français, espagnol, anglais et italien bien entendu. « Je suis arrivé de Mardin hier pour assister à ce moment historique, dit une jeune fille Febronia, car nous savons qu’il s’agit d’un moment historique. Surtout, dans le contexte actuel de la violence qui est faites aux chrétiens en Orient… »

TURQUIE1

En effet, plusieurs délégations de réfugiés de Syrie et d’Irak ont été reçues par le Saint Père. Il se sent très concerné par la question des déplacés et celle de l’avenir des chrétiens au Proche-Orient. Plusieurs fois pendant la messe, des intentions de prières sont offertes à cette attention, surtout pendant son homélie. Si le latin redevient dans ce genre de circonstances exceptionnelles la langue commune de l’église, des chants arméniens, arabes et syriaques sont aussi chantés.

Un renouvellement de la promesse d’unité

Au moment de la communion une chorale africaine se met à chanter des mots pleins d’émotions à l’intention de Jésus : «  Jésus-Christ, tu es le pain, le pain de la vie des chrétiens, pour communier aujourd’hui… » Pendant deux heures, la politique est mise de côté, oubliée peut-être. Les chrétiens de toutes origines se retrouvent entre eux « pour être heureux » comme dit un homme turc de cinquante ans converti au christianisme : « C’est le vrai visage de l’Église universelle que nous voyons-là, celui des langues et des peuples différents. »

Il ne peut terminer sa phrase tellement il est ému. La bénédiction finale arrive, les gens se lèvent, les flashs crépitent. Tout le monde sort sont téléphone pour immortaliser ce moment de grâce. À nouveau, infatigable, le pape prend le temps d’aller vers les gens au moment de la sortie. Ils sourit, prend des mains quand il le peut et se dirige lentement vers la sortie…

Le lendemain matin, il assistera au service orthodoxe pour la fête de Saint-André dans l’église grecque du Phanar, lieu du patriarcat œcuménique. Comme l’église est plus petite, il y aura des déçus, mais le symbole de cette réunion entre les deux représentants des Églises sœurs sera un renouvellement de la promesse d’unité.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents