fbpx
X
Faire un don

Terreur avant Noël
des chrétiens menacés

Appel du président international de l’Aide à l’Église en Détresse

Les attaques contre les chrétiens se sont multipliées ces derniers jours dans trois pays : au Nigeria, en Inde et, dimanche dernier – troisième dimanche de l’Avent –, au sud-ouest du Pakistan. Dans ce dernier, deux kamikazes du groupe terroriste Daech ont commis un attentat suicide aux explosifs contre environ 400 chrétiens réunis dans l’église Bethel Memorial de la ville de Quetta. Huit personnes au moins sont mortes et plus d’une douzaine, dont plusieurs enfants, ont été blessées.

 

M. Johannes Freiherr Heereman, président de Aide à l’Église en Détresse (AED)

Johannes Heereman, président de l’œuvre internationale de charité catholique Aide à l’Église en Détresse (AED) est extrêmement préoccupé : « Il s’agit là d’une nouvelle attaque lâche contre des gens sans défense, qui n’ont rien fait d’autre que de se rendre à l’église pour participer à la messe. » Il a condamné cette attaque brutale et souligné : « Nous sommes profondément affligés et toutes nos pensées vont aux victimes. Cependant, nos prières se poursuivent, et elles, on ne peut les abattre. Voilà pourquoi, une semaine avant le réveillon de Noël, nous lançons un appel particulier à la prière : priez pour la paix. Le Dieu qui s’est fait tout petit dans la crèche est un Dieu qui donne la vie, et non un Dieu qui donne la mort. »

 

Inde : des chants de Noël provoquent une émeute 

En Inde, le week-end dernier a très mal commencé : dans la province du Madhya Pradesh, des activistes hindous de la ville de Satna ont frappé huit prêtres chrétiens et mis le feu à leur véhicule. Le 14 décembre, trente séminaristes et deux prêtres ont été arrêtés. Une émeute a éclaté dans un village des environs alors que les séminaristes y chantaient des chants de Noël. Le père Georges Mangalappaly a raconté au portail d’information catholique indien ucanews.com qu’une foule en furie les a accusés d’avoir incité à la conversion, et contacté les forces de police. Selon cette source d’information en ligne, plus de 650 agressions contre des chrétiens ont été recensées cette année en Inde.

Inde, diocèse de Berhampur, Orissa, septembre 2011. L’intérieur complètement détruit de l’église Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, alors dans cet état à la suite des émeutes antichrétiennes de 2008. 

 

Trois catéchètes tués au Nigeria

Dans le nord du Nigeria – diocèse de Maidaguri –, deux femmes kamikazes se sont fait exploser devant l’église de Pulka, tuant trois catéchètes, dont un père de dix enfants. Des témoins ont raconté à des agences d’informations appartenant à l’Église que les deux femmes se sont approchées de l’une des victimes et ont commencé à l’enlacer. Devant ce geste inusité, des personnes ont accouru pour dégager l’homme et c’est à ce moment qu’elles ont déclenché les explosifs. Selon plusieurs sources, d’autres attentats ont été aussi commis en novembre dans ce diocèse. Au printemps 2017, une délégation de l’Aide à l’Église en Détresse s’est rendue rencontrer des victimes, toujours traumatisées par la violence et la persécution qu’elles ont vécue.

 

Les mains de femmes devenues veuves à cause de Boko Haram.

 

Documentation unique de l’AED sur la persécution

Commentant les deux autres récents événements, Johannes Hereeman a indiqué : « Le risque existe que nous nous habituions à de tels incidents, et qu’en dehors des médias ecclésiaux, ces nouvelles sombrent dans l’indifférence. Il faut cependant considérer les événements dans leur contexte respectif », rappelle Heereman : « Dans beaucoup de pays, les chrétiens subissent actuellement une pression incomparable. » C’est d’ailleurs ce que documente également le Rapport sur la liberté religieuse de l’AED, unique sur le plan international.

Depuis de nombreuses années, l’œuvre de charité internationale compare des informations à ce sujet en provenance de tous les continents. Les données sont actualisées tous les deux ans. Celles concernant les chrétiens ont paru cette année dans le rapport Persecuted and Forgotten/Persécutés et oubliés ?, dont la traduction française du Rapport abrégé a été assurée par le bureau canadien. De cette manière, l’AED insiste avec ténacité sur l’ampleur particulière et systématique de la persécution et de la discrimination des chrétiens. L’AED publiera donc en 2018 le prochain Rapport sur la liberté religieuse. « Notre œuvre souligne ainsi que le droit à la liberté religieuse n’est pas négociable. C’est un droit fondamental de l’être humain », conclut M. Hereeman.

 

Texte : Karla Sponar et Mario Bard,

respectivement de ACN-International et AED-Canada

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents