fbpx

droits humain Tag

 

Corée du Nord : Un peuple crucifié !

06.04.2017 in Adapted by Amanda Bridget Griffin, AED Canada, Chrétiens Catholique, Corée du Nord, Persécution

Du 23 au 27 mars derniers, nos collègues du bureau français d’Aide à l’Église en Détresse ont tenu l’événement La nuit des témoins. Voici le témoignage du père Philippe Blot, missionnaire des Missions étrangères de Paris, engagé auprès des réfugiés de Corée du Nord.

Corée du Nord
Un peuple crucifié !

Comme vous le savez, depuis plus de soixante ans, le « pays du matin calme » est coupé en deux à la suite d’une guerre fratricide particulièrement meurtrière…

Dans un premier temps, j’ai pu me rendre en Corée du Nord et, malgré la surveillance constante des policiers, j’ai pu vérifier la véracité de certains reportages et de nombreux témoignages de réfugiés nord-coréens.

D’abord dans les hôpitaux: la situation est dramatique: pas d’antibiotiques, de pansements, ni même de savon. Je ne vous donne qu’un exemple : pour les flacons de sérum des perfusions, ils utilisent des bouteilles de bière remplies d‘eau sucrée bouillie!

J’ai pu visiter des écoles. Elles illustrent la sous-alimentation chronique de toute une population, excepté les apparatchiks du régime bien sûr. Il faut savoir qu’un enfant nord-coréen âgé de 7 ans mesure en moyenne 20 cm de moins et pèse 10 kilos de moins qu’un enfant en Corée du Sud. Les réfugiés sont unanimes pour dire que, en Corée du Nord, « il faut soudoyer tel membre du parti ou tel militaire pour obtenir des produits de première nécessité ». La corruption est donc monnaie courante.

J’ai aussi été étonné de ne pas voir de personnes handicapées… En fait, le régime nord-coréen, raciste et eugéniste, est obsédé par la pureté de la race dont les personnes qualifiées d’« anormales » ne font pas partie. Par conséquent, elles sont expulsées des grandes villes.

Comment décrire en peu de mots ce régime communiste ? La Corée du Nord est un pays si fermé que personne ne peut y entrer et circuler sans visa… « Y compris Dieu » rajoutent les réfugiés en guise de boutade. Les deux principaux piliers de la répression sont, d’une part, le contrôle de tous les déplacements de la population et, d’autre part, l’ignorance du monde extérieur… si bien que les réfugiés nord-coréens qui ont réussi à fuir découvrent, ahuris, une tout autre réalité que ce qu’on leur a raconté depuis leur naissance… Ils évoquent tous la propagande marxiste effrénée envers la population pour en faire des zombies soumis au parti communiste… Le dictateur est présenté comme un véritable « dieu », référence incontournable de tous les discours, de l’enseignement, des informations… La dynastie des « Kim », du grand-père au petit-fils actuellement au pouvoir, fait l’objet d’une propagande délirante, avec ses 30 000 statues et portraits géants dans toutes les villes ou villages et ses slogans écrits sur d’immenses panneaux exposés dans les rues… Les Nord-Coréens s’épient entre voisins ou collègues et se dénoncent entre eux s’il y a manquement aux devoirs envers le « Grand Leader »… après l’arrestation du coupable, on réunit la population et la famille pour critiquer les transgressions du pseudo-délinquant. Puis il est déporté, ou bien tous assistent à son exécution capitale.

Parlons justement des camps de déportation, ce qui me donnera l’occasion de faire le point sur la présence des chrétiens dans ce pays. Le recoupement des témoignages et les observations des satellites occidentaux permettent d’estimer que les personnes détenues dans ces véritables camps de concentration sont entre cent mille et deux cent mille. La brutalité des gardiens est le pain quotidien de ces prisonniers, qui travaillent seize heures par jour, subissent des tortures atroces, sans compter les exécutions publiques des récalcitrants…

Parmi ces « prisonniers politiques », ceux qui subissent les plus mauvais traitements sont les chrétiens, considérés comme des espions, des « antirévolutionnaires de première classe ». Ils seraient treize mille, selon le régime, mais entre 20 000 et 40 000 selon les organisations humanitaires… et font l’objet d’un traitement particulièrement cruel : on les crucifie, on les pend à des arbres ou sur des ponts, on les noie, ils sont brûlés vif… Certains témoins évoquent des tortures si horribles que la décence m’interdit d’en faire état devant vous…

Pour les dirigeants de la Corée du Nord, toute religion doit être bannie – c’est-à-dire autant le christianisme que le bouddhisme -, car, comme le dit le « catéchisme » marxiste, elle est l’opium du peuple. Les Nord-Coréens ignorent ce qu’est une Bible, et donc qui est Dieu. Il y a quelques années, le gouvernement a ouvert, à grand renfort de propagande, une église catholique, un temple protestant, et une église orthodoxe dans la capitale, mais ce ne sont que des simulacres !

Malgré tout cela, il existe une Église souterraine en Corée du Nord, qui fait l’objet d’une persécution continue. Aux réfugiés nord-coréens à qui je posais cette question: « Avez-vous entendu parler ou vu l’un de vos voisins arrêtés, parce qu’il a été pris en flagrant délit de prier chez lui ou dans un endroit tenu secret ? », plusieurs m’ont répondu affirmativement. Et certaines informations parviennent à filtrer : ainsi, il y a deux ans, une femme enceinte de 33 ans, arrêtée en possession de vingt Bibles, a été rouée de coups et pendue par les pieds en public. En mai 2010, on a arrêté vingt chrétiens qui faisaient partie d’une Église « clandestine » : trois d’entre eux, ont été aussitôt mis à mort, et les autres déportés. On pense que, depuis 1995, au moins cinq mille chrétiens ont été exécutés uniquement parce qu’ils priaient secrètement ou distribuaient des Bibles. Beaucoup de ces chrétiens nord-coréens le sont devenus en raison de la présence de missionnaires étrangers à la frontière. On sait aussi que des pasteurs américains et canadiens d’origine coréenne sont actuellement enfermés dans des camps de prisonniers politiques en raison de leur aide aux réfugiés…

J’ai rencontré des réfugiés dans un pays limitrophe de la Corée du Nord qui, s’ils sont arrêtés, risquent le rapatriement de force, donc la prison, la torture, le camp et la mort. S’ils ne sont pas rapatriés, ils risquent de tomber dans les griffes d’organisations criminelles de trafics d’organes. Les femmes et les petites filles peuvent être kidnappées par des gangs et vendues à des paysans ou, pire, à des tenanciers de maisons closes. Une jeune fille coréenne peut être vendue pour 800 à 1 200 dollars…

Depuis plus de 60 ans, des milliers de Nord-Coréens ont tenté de gagner un pays libre, mais ce n’est pas simple. Il faut passer par la Chine qui refuse de reconnaître le statut de réfugiés à ceux qu’elle persiste à considérer comme des « immigrés illégaux ». Sans papiers, et donc clandestins, nombreux sont ceux qui travaillent comme ils peuvent, mal payés, maltraités, sans aucun droit, à la merci de l’employeur…

Pour sortir ces réfugiés de ce guêpier, des passeurs, qui risquent leur vie, mais se font bien payer, conduisent ceux qui le souhaitent vers la Corée du Sud, le Canada, les États-Unis et d’autres pays, via la Mongolie, le Laos, le Vietnam, la Thaïlande… Pour faire « passer » quelqu’un de la Corée du Nord vers un pays tiers, il faut environ 4 000 à 5 000 euros pour les faux passeports, le transport, la nourriture, le salaire du passeur et les pots-de-vin versés aux douaniers ou aux policiers… Évidemment ces « contrats » sont très aléatoires et il arrive qu’au dernier moment le passeur décide une augmentation…

 

 

L’un des plus longs Chemins de Croix de l’histoire de l’humanité

En rencontrant les réfugiés nord-coréens, j’ai entendu des récits tellement insupportables que des larmes de souffrance et de honte coulaient de mes yeux… Comment des êtres humains peuvent-ils commettre de telles atrocités ? Comment tant de vies humaines peuvent-elles être piétinées dans la plus grande indifférence ?

Alors, en tant que missionnaire, en tant que prêtre catholique, je parle ici au nom de tous ces Coréens qui, depuis plus de soixante ans, vivent l’un des plus longs Chemins de Croix de l’histoire de l’humanité ! Je parle au nom de ceux à qui l’on arrache un œil ou un membre, sans anesthésie, pour les transplanter à de riches Chinois, Japonais ou autres… ! Je parle au nom de ces Nord-coréennes victimes des marchands d’esclaves !

La fuite de ces milliers d’hommes, femmes et enfants représente un fait majeur dont il faut souligner l’aspect politique et diplomatique. Malheureusement, les pays voisins de la Corée du Nord, ou plus lointains, en Europe, en Amérique… ne réclament que quelques changements au nom des « droits de l’homme », sans remettre en cause le statu quo actuel, au nom, disent-ils de l’« équilibre des relations internationales », qui garantit une « paix de compromis », ce qui repousse aux calendes grecques la libération de la Corée du Nord, et donc aussi la réunification du pays !

En conclusion, si l’on en reste aux stricts calculs géopolitiques, les vingt et un million de Nord-Coréens risquent d’attendre longtemps avant de voir leur sort s’améliorer radicalement… À moins d’une intervention de Dieu, que nous prions chaque jour ardemment pour ce peuple crucifié…

 

Seigneur Jésus miséricordieux

Je vous supplie de délivrer nos frères et sœurs nord-coréens des chaînes qui les entravent depuis déjà plus de 70 ans.

Posez votre regard d’amour sur ce peuple qui souffre…

Enseignez la Paix à la nation coréenne coupée du Nord au Sud par une guerre fratricide. Aidez-nous à contribuer à la réconciliation, sans nous laisser emporter par la désespérance.

Bon Pasteur, réunissez dans vos bras tous nos frères et sœurs nord-coréens, un par un. Enveloppez-les de votre tendresse de Sauveur.

Que Notre Dame de Fatima fasse éclater le mur du communisme et les aide à trouver la liberté et la joie de vivre en enfants de Dieu.

 


 

Communiqué – Le pape François prie pour tous les chrétiens persécutés

02.03.2017 in Adaptation Mario Bard, AED, liberté religieuse, Miséricorde, MONDE, PAIX, Pape, Pape François, Prière

Intention de prière de mars


Le pape François prie pour tous les chrétiens persécutés

Produite par le « Réseau mondial de la prière du Pape » et cofinancée par Aide à l’Église en Détresse (AED), l’édition de mars de la vidéo du Pape* est consacrée à la situation des chrétiens persécutés et discriminés en raison de leur foi dans le monde entier – sans distinction de rite ou de confession.

Le Pape François ne cesse de rappeler que « tant de gens sont persécutés à cause de leur foi et sont forcés de fuir leurs maisons, leurs lieux de culte, leur terre, leurs proches ! » Nous devons nous montrer solidaires avec nos frères et sœurs qui souffrent de la discrimination, de la violence ou de persécution à cause de leur foi, estime le pape.Selon le dernier Rapport sur la liberté religieuse dans le monde publié en novembre dernier, les chrétiens constituent le groupe religieux souffrant le plus de persécutions. Ce droit humain fondamental qu’est la liberté religieuse — Article 18 de la Déclaration des droits de l’homme — est gravement violé dans 38 pays du monde, et dans 23 d’entre eux, cette violation est même classée comme étant de la persécution.

 

Rapport abrégé et rapport complet disponible à l’adresse web suivante :http://bit.ly/LiberteReligieuse

Dans son intention de prière, le Saint-Père lance un appel à la prière en faveur de ces chrétiens persécutés : « Je vous demande ceci : combien d’entre vous prient pour les chrétiens persécutés ? Je vous demande de prier avec moi pour qu’ils éprouvent le soutien de toutes les Églises et communautés à travers la prière et l’aide matérielle. »

 

« Nous remercions le Saint-Père de la préoccupation constante qu’il manifeste pour les chrétiens persécutés », indique Johannes Heereman, président exécutif d’AED.« Depuis sa fondation, Aide à l’Église en Détresse soutient l’Église en souffrance. Malheureusement, la situation dans le monde ne s’est pas améliorée avec le temps. Les circonstances sont différentes, mais la souffrance persiste toujours. Jadis, il s’agissait du communisme, aujourd’hui du fondamentalisme islamique. Cet appel est plus actuel que jamais. »

Les intentions de prière du pape pour Mars : « L’aide pour les chrétiens persécutés : pour qu’ils éprouvent le soutien de toute l’Église à travers la prière et l’aide matérielle. »

À propos d’Aide à l’Église en Détresse

Aide à l’Église en Détresse est une œuvre pontificale qui relève directement du Saint-Siège. En tant qu’œuvre de charité catholique, AED soutient les fidèles là où ils sont opprimés ou persécutés, où ils souffrent de la misère — à travers l’information, la prière et des programmes d’aide. L’AED a été fondée en 1947 par le père Werenfried van Straaten, que saint Jean-Paul II a qualifié « d’apôtre exceptionnel de l’amour du prochain ». Actuellement, l’œuvre déploie ses activités dans plus de 140 pays du monde entier. À travers des milliers de projets par an, elle fournit une aide d’urgence aux persécutés, des aides au transport pour le service de l’Église, des Bibles pour les enfants, du soutien aux médias et aux projets d’évangélisation, des intentions de messe ainsi que d’autres soutiens pour les prêtres, les religieuses et la formation des séminaristes.

*À propos de la vidéo du Pape

La « Vidéo du Pape » est une initiative du Réseau mondial de prière du Pape (Apostolat de la prière), afin de diffuser l’intention mensuelle de prière du Saint-Père concernant les défis de l’humanité aujourd’hui. L’objectif de ces vidéos développées par La Machi Communication pour les bonnes causes est d’unir les hommes et les femmes du monde entier à Sa Sainteté le Pape François, au sein d’une intention de prière commune. Le projet est soutenu par Vatican Television Center (CTV).

 

À propos du Réseau mondial de prière du Pape

L’Apostolat de la Prière est le Réseau Mondial de Prière du Pape au service des défis de l’humanité et de la mission de l’Église. Sa mission est de prier et vivre les défis de l’humanité qui préoccupent le Saint-Père, exprimés dans ses intentions mensuelles. Le réseau permet d’être comme des apôtres dans le quotidien de nos vies, à travers un chemin spirituel appelé « chemin du cœur », qui transforme notre façon d’être au service de la mission du Christ. Fondé en 1844, il est présent dans plus de 98 pays. Plus de 35 millions de personnes intègrent ce réseau, y compris sa branche jeunesse, le Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ). Pour plus d’information : www.prieredupape.net.

 


 

 

Rapport 2016 sur la liberté religieuse

15.11.2016 in ACN International, Adaptation Mario Bard, AED Canada, liberté religieuse, MONDE

 

Rapport 2016 sur la liberté religieuse d’AED
« l’hyperextrémisme » menace la paix mondiale

"I cannot go on living here", laments the father of David, one of the boys killed by the Isis bomb in Qaraqosh. "This country is drenched with blood". The mother, a young woman clothed completely in mourning, buries her head in her hands, weeping. (This was the hardest moment in the trip, please pray for her and for the whole family)

Le fondamentalisme est plus mortel que jamais, il déchaîne la mort, la destruction, des déplacements et l’instabilité à une échelle sans précédent. Ce sont du moins les conclusions d’un rapport publié aujourd’hui – sur internet au Canada* – par l’œuvre internationale de charité catholique Aide à l’Église en détresse (AED).

 

Le Rapport 2016 sur la liberté de religion dans le monde met en garde contre les conséquences mondiales « d’un nouveau phénomène de violence motivée par la religion », désigné dans comme « hyperextrémisme islamiste ».

En définissant cette nouveauté, l’enquête met en évidence les caractéristiques distinctes qui prouvent comment ces radicaux menacent la paix mondiale, la stabilité et l’harmonie sociale, entre autres en Occident.

Iraq, December 2014 A woman with a child at the “Werenfried” centre at the129 District of Ankawa. IRAQ / NATIONAL 14/00247, 150 PVC caravans in Ankawa district for use as emergency accommodation for IDPs (Internally Displaced Peoples) forced from their homes by IS

Irak, décember 2014,  Ankawa.

En effet, les tentatives systématiques de chasser tous les groupes de convictions différentes – y compris les modérés –, une cruauté sans précédent, une influence mondiale et l’utilisation efficace de médias sociaux souvent mis en œuvre pour glorifier et glamouriser la violence, comptent parmi les principales caractéristiques de « l’hyperextrémisme islamiste ».

Les auteurs du rapport ajoutent leurs voix aux différentes organisations qui en appellent à reconnaître comme génocide les persécutions commises par l’État islamique en Irak et en Syrie, et mettent en garde contre une tentative généralisée de remplacer le pluralisme par une seule culture religieuse.

L’extrémisme menace la diversité

Le rapport évalue la situation actuelle en matière de liberté religieuse dans 196 pays et conclut : « Dans certaines parties du Proche-Orient, y compris en Irak et en Syrie, cet hyperextrémisme élimine toute forme de diversité religieuse. » La menace est aussi réelle que ceci survienne dans certaines parties d’Afrique et d’Asie.

Cette opinion est également partagée par Le Père Jacques Mourad, qui a rédigé la préface du rapport. Le Père Mourad est un moine chrétien qui a été détenu de mai à octobre 2015 par Daech en Syrie, avant de réussir à s’évader.

 

(From left to right) Bishop Joseph Arshad, Father Emmanuel Pervez, footballer Salim Bad and Sumundri Football Club Manager Mohammed Shafiq.

Dans sa préface, le Père Mourad écrit : « Notre monde est au bord du gouffre d’une catastrophe totale, car l’extrémisme menace d’anéantir toute trace de diversité dans la société. »

Cette 13e publication biennale se fonde sur les études de journalistes, de scientifiques et d’ecclésiastiques, et rapporte que durant la période de deux ans, juin 2014 à juin 2016, des attentats liés à l’hyperextrémisme ont été commis dans 20 % des pays du monde entier – de l’Australie à la Suède, ainsi que dans 17 pays africains.

Contrairement à l’opinion largement répandue qu’en règle générale, ce sont les gouvernements qui sont responsables de la persécution, le rapport condamne les groupes militants non étatiques dans 12 des 23 pays les plus fortement concernés. Eu égard au nombre de réfugiés, qui, selon les informations des Nations unies, a atteint un nouveau chiffre record de 65,3 millions de personnes, le rapport désigne l’islamisme extrémiste comme le « moteur » des déplacements massifs de personnes qui prennent la fuite de pays tels que l’Afghanistan, la Somalie et la Syrie.

 

 

Quelques légères améliorations

Par ailleurs, le rapport de l’AED met en évidence l’effet « domino » dans les pays occidentaux, dont le tissu socioreligieux est déstabilisé par l’arrivée d’un nombre sans précédent de réfugiés et de migrants.

Selon le rapport, de tels problèmes sont encore aggravés parce que l’Occident est soudain confronté à un accroissement des attaques perpétrées par des islamistes fondamentalistes.

Refugee centre for Yazidi families who had to leave their villages in Northern Iraq because of approaching ISIS fighters. Yazidis are located in several centres around Kurdistan, majority of them being in Zakhu and Dohuk regions.

Cependant, tous les problèmes concernant la liberté de religion ne doivent pas être perçus seulement à propos de l’islam militant. En Chine et au Turkménistan par exemple, une nouvelle vague de violentes répressions contre des groupes religieux a été signalée, ainsi qu’un déni permanent des droits de l’être humain pour les croyants en Corée du Nord et en Érythrée, deux pays où les droits de l’homme sont pratiquement inexistants.

Toutefois, les perspectives ne sont pas sombres partout. Au Bhoutan, en Égypte et au Qatar, des pays connus pour violer la liberté de religion, le rapport observe que la situation des minorités religieuses s’est améliorée au cours de la période examinée.

 

 

©Photopin

©Photopin

Il s’agit de la 13e édition du rapport publié par l’AED.

L’œuvre de charité fournit des aides d’urgence et du soutien aux chrétiens persécutés et dans la détresse dans plus de 140 pays du monde.

 

*Au Canada, le Rapport 2016 sur la liberté de religion dans le monde est disponible à l’adresse suivante : www.acn-aed-ca.org/fr/rapport-liberte-religieuse