fbpx

AED Tag

 

AED Information — Syrie : amour, prières et solidarité en ces temps difficiles.

31.03.2020 in COVID19

AED Information — Syrie
De la Syrie : amour, prières et solidarité

Coronavirus : message d’une religieuse syrienne

Par John Pontifex, AED Grande-Bretagne
Adaptation française : Mario Bard, AED Canada
Publié sur le web le 31 mars 2020

Sœur Annie Demerjian, une religieuse, qui coordonne des secours d’urgence en Syrie, a réagi à la pandémie de coronavirus en envoyant un message de prière et de solidarité aux amis et aux bienfaiteurs de l’œuvre pontificale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED).

Dans un message audio envoyé le vendredi 27 mars, sœur Annie Demerjian, l’une des principales collaboratrices des projets de l’AED en Syrie, s’adresse aux bienfaiteurs l’œuvre de charité pontificale. « Ce que le monde traverse en ce moment est très douloureux. Dans cette période du coronavirus, ne paniquez pas face aux nouvelles et suivez les instructions en matière sanitaire », a-t-elle expliqué.

Membre de la congrégation Jésus-Marie, elle remercie les bienfaiteurs de l’AED pour leur aide depuis près de dix ans. Dans le contexte de la Syrie, ce soutien consiste à fournir des paniers alimentaires et des produits d’hygiène, des vêtements et des médicaments pour les plus vulnérables d’Alep et d’autres endroits en Syrie. Elle les assure aussi de ses prières en cette période d’urgence au niveau international.

 

«Nous devons nous entraider»

 

La religieuse confie qu’elle et ses sœurs prient chaque jour le chapelet « pour le
monde », en ajoutant : « Notre foi ne consiste pas à appuyer sur un bouton magique en s’attendant à ce que tout aille bien. La douleur et la souffrance sont là, mais nous ne devons pas non plus oublier que la résurrection est là tous les jours. »

 

Au regard de ses expériences à Alep, dans le nord de la Syrie, elle dit encore : « Nous devons aider ceux qui en ont le plus besoin. Nous devons nous entraider, nous remonter le moral et les événements passeront. »

 

Sœur Annie, qui met en garde contre l’impact du virus sur une Syrie encore ébranlée par des années de conflit, explique : « À Alep, nos groupes de volontaires continuent de visiter les maisons où il est possible de le faire sans danger et avec beaucoup de prudence. Nous aidons les personnes âgées, notamment parce que beaucoup d’entre elles n’ont aucun autre soutien. À Damas, nos sœurs les aident en achetant ce dont elles ont besoin pour qu’elles n’aient pas à sortir. Elles ne peuvent compter sur rien. Comment survivront-elles ? »

 

Enfin, Sœur Annie mentionne que des progrès ont été réalisés dans le cadre d’un projet de l’AED, un système de bons d’achat dans les supermarchés pour 260 familles, parmi lesquelles des personnes âgées, et d’un plan de paiement des loyers pour les plus vulnérables. La religieuse ajoute : « À tous nos bienfaiteurs de l’AED, nous disons très sincèrement : Merci pour votre formidable générosité. Vous nous aidez depuis tant d’années et ne cessez de le faire. Que Dieu continue de vous bénir et de vous garder, vous et vos familles, en sécurité et en bonne santé.»

Partout dans le monde, les membres de l’Église catholique sont actifs afin de réconforter les personnes touchées par la pandémie provoquée par la COVID-19. Aide à l’Église en Détresse continue à soutenir l’Église. Merci de continuer, comme vous le pouvez, à les soutenir : https://secure.acn-canada.org/fr/donner/dons/

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Projet de la semaine – L’AED présente : un succès au Mexique !

13.02.2020 in Construction, Mexique, PROJETS AED

L’AED présente : un succès au Mexique!

Aide à la reconstruction chez les Brigittines

 

L’Ordre du Très-Saint-Sauveur a été fondé en Suède au 14e siècle par sainte Brigitte, c’est pourquoi la communauté est également connue sous le nom d’ordre de Sainte-Brigitte (Les Brigittines). Les religieuses vivent cloîtrées et se consacrent à la prière contemplative.

 

Au 17e siècle, une branche espagnole de l’ordre a été fondée. Elle compte aujourd’hui des monastères en Espagne, au Mexique, au Venezuela et au Pérou. Depuis 1907, on trouve un monastère de Brigittines à Puebla dans le centre-est du Mexique. Il rassemble 20 religieuses ayant fait leurs vœux perpétuels et trois jeunes femmes qui sont encore en formation. D’autres jeunes femmes voudraient entrer dans ce monastère. Les religieuses relatent avec étonnement qu’un malheur survenu il y a quelques années a entraîné une forte augmentation des vocations : après la mort de sept religieuses dans un accident de la circulation, un nombre important de jeunes filles a soudainement voulu rejoindre l’ordre.

 

Plus d’espaces pour de nouvelles vocations

Gravement endommagé en 2017 par un tremblement de terre dont l’épicentre n’était pas loin de Puebla, une partie du bâtiment a dû être démoli : celui-ci remontait au 19e siècle. De plus, l’humidité, le froid et une mauvaise ventilation avaient déjà fait en sorte que les conditions de vie y soient mauvaises. Enfin, les installations sanitaires étaient situées à l’extérieur du bâtiment, sans compter le manque de place pour accueillir de nouvelles vocations.

 

Grâce à la générosité de nos bienfaiteurs, nous avons pu contribuer à hauteur de 37 500 dollars pour les travaux de reconstruction. Les religieuses auront désormais plus d’espace pour accueillir plus de jeunes femmes, et elles pourront vivre dans des conditions plus saines. Que Dieu le rende à tous ceux qui ont apporté leur aide !

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Projet de la semaine AED : Brésil Former de jeunes séminaristes en Amazonie

05.02.2020 in Adaptation Mario Bard, Formation, PROJETS AED, Voyager avec l'AED

Projet de la semaine AED —

Formation de 27 futurs prêtres en Amazonie

Publié sur le web le 5 février, 2020

 

Dans le diocèse de Rio Branco dans l’ouest du Brésil, 27 jeunes hommes se préparent à être au service de Dieu et des hommes en étant prêtres. La vie qui les attend ne sera pas facile, en particulier à cause de la grandeur du diocèse qui couvre une superficie de 104 000 kilomètres carrés,ce qui est nettement plus grand que de nombreux pays européens. De plus, le diocèse est situé en grande partie dans la jungle. Les distances sont immenses, et de nombreux endroits ne peuvent être atteints que par une voie navigable.

 

Leur vocation est certainement aussi le fruit des décennies d’efforts inlassables du missionnaire italien Paolino Baldassarri, qui à l’âge de presque 90 ans entreprenait encore de longs voyages sur son petit bateau dans des contrées désertiques pour rendre visite aux fidèles. Mais comme il ne savait pas nager, il devait toujours porter un gilet de sauvetage et un casque de moto. En outre, même âgé, il continuait encore à pratiquer la médecine et à traiter d’innombrables patients.

 

Lorsqu’il est arrivé dans la région il y a près d’un demi-siècle, il a failli être victime du paludisme au cours de la première semaine. Ill a miraculeusement survécu, et peu de temps après, il a commencé à se rendre dans les villages de la jungle avec un simple canot. De nombreuses familles s’étaient éloignées de la foi catholique en raison du manque de prêtres. Le missionnaire les a ramenées à la foi. Il est mort en 2016 en odeur de sainteté.

 

Aujourd’hui, la foi des gens est à nouveau en danger car les 40 prêtres qui s’occupent des quelque 450000 fidèles de cette vaste région accidentée ne peuvent que rarement se rendre dans bon nombre de ces villages reculés. Pendant ce temps, les sectes se propagent rapidement parce qu’elles forment leur personnel rapidement, disposent de ressources financières et promettent des miracles aux gens.

 

Les 27 futurs prêtres sont une grande source d’espérance pour l’Église dans le diocèse de Rio Branco. Cette année encore, L’Aide à l’Église en Détresse (AED) D soutiendra leur formation, à hauteur de 15 600 dollars.

 

 

 

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Nouvelles de l’AED – Cameroun Boko Haram : la bête de l’apocalypse

27.01.2020 in Adaptation Mario Bard, AFRIQUE, Cameroun, International Catholic Charity Aid to the Church in Need, Maria Lozano

Cameroun


Boko Haram : la bête de l’apocalypse
«Pas un jour ne passe sans incursions dans les villages camerounais à la frontière avec le Nigeria»

Propos recueillis par Maria Lozano, ACN International
Adaptation — AED Canada par Mario Bard

Publié sur le web le 27 janvier, 2020

 

«Boko Haram est comme la bête de l’Apocalypse qui, même si on lui coupe la tête, semble en avoir une autre qui repousse», déclare Mgr Bruno Ateba, évêque du diocèse de Maroua-Mokolo, dans le nord du Cameroun, lors d’un entretien avec l’œuvre pontificale de charité, Aide à l’Église en Détresse (AED).

 

Le gouvernement nigérian avait annoncé que le groupe terroriste — né au Nigeria en 2002 et radicalisé en 2009 — avait été vaincu fin 2015. Cependant, selon les informations recueillies par la Fondation AED, tout semble indiquer que son territoire d’action se soit simplement recentré sur les zones rurales du Nigeria, et étendu aux zones frontalières du Cameroun et du lac Tchad. « Dans les villages de l’État de Borno, au Nigeria, et dans toute la zone frontalière du Cameroun, il ne se passe pas un jour sans que soient annoncées des attaques et incursions de terroristes. Les enlèvements et les exécutions de paysans ont instauré un règne de peur et de psychose au sein de la population », explique Mgr Ateba.

Après Noël, une vidéo montrant la décapitation de onze personnes au Nigeria a été rendue publique. Elle a été revendiquée par l’État islamique en Afrique de l’Ouest, l’une des deux factions issues de la division de Boko Haram en 2016. À peu près au même moment, Mgr Barthélemy Yaouda Hourgo, évêque de Yaouga au Cameroun, originaire d’un village proche de la frontière avec le Nigeria, a écrit à la fondation : « Mon village natal de Blablim n’existe plus ! Les terroristes ont tué un jeune homme de ma famille, ils ont saccagé tout le village ainsi que ma maison natale. Tout le monde, à l’exception des personnes âgées et des malades, a dû fuir vers Mora, à 17 km de là. La récolte du coton ne pourra pas être effectuée. Actuellement, les températures sont très basses là-bas. Priez pour tous ceux qui doivent dormir en plein air à cette époque de l’année ».

 

Le terrorisme ou le crime organisé?

Destructions, pillages, vols et enlèvements sont les signes du passage des terroristes. Selon les autorités militaires nigérianes, le groupe djihadiste islamique aurait perdu son pouvoir et se serait divisé en groupes criminels organisés. Le lieutenant-général Tukur Yusufu Buratai, chef d’état-major de l’armée nigériane, signalait en septembre 2019 : « Les membres de ces groupes ont un mode de fonctionnement purement criminel, dans le but d’en tirer des gains personnels. Il est de notoriété publique que ces criminels ne prétendent plus défendre une autre cause que la recherche de biens matériels, ce qui se manifeste par des meurtres et la terreur infligée à d’infortunées populations ». Il a également encouragé les Nigérians à ne pas « glorifier ces criminels, en ne les appelant pas par un autre nom que celui de criminels, violeurs, kidnappeurs, voleurs armés ou assassins ».

Il est vrai que, selon les données du Nigeria Security Tracker, si plus de 36 000 personnes sont mortes du conflit depuis 2012 — en prenant en compte les civils, les forces armées et les terroristes —, le nombre de victimes a fortement diminué par rapport aux chiffres épouvantables atteints en 2014 et 2015, selon la même source.

Ce résultat positif est dû en partie au travail de forces militaires multinationales, incluant les armées du Nigeria, du Cameroun, du Niger et du Tchad. Selon l’organisation indépendante International Crisis Group, plus de 7 000 militaires ont été déployés au Cameroun lors de deux grandes opérations militaires, mobilisant des unités du Bataillon d’intervention rapide (BIR), l’élite de l’armée.

 

La bête réapparaît avec une violence renouvelée

Cependant, bien que les forces armées aient efficacement évité les attaques conventionnelles de Boko Haram ces dernières années, elles n’ont pas réussi à éradiquer le mouvement et une nouvelle génération de militants semble menacer à nouveau. « La pauvreté et l’insécurité dans les zones rurales, ainsi que le manque de perspectives pour les jeunes en font des cibles faciles à manipuler pour les djihadistes », confirme Mgr Ateba.

Selon les données de Human Rights Watch, le conflit entre les forces gouvernementales et Boko Haram a déplacé plus de 270 000 personnes dans le pays depuis 2014. Le groupe armé islamiste Boko Haram aurait mené plus de 100 attaques au Cameroun en 2019, tuant plus de 100 civils. « Au moment où l’on croyait que la bête Boko Haram avait été complètement décapitée, l’horreur a refait surface dans le nord du Cameroun. Dans mon diocèse, il y a eu 13 attaques au cours des quatre dernières semaines. Une église a été incendiée le jour de l’épiphanie. Nous enquêtons, mais tout indique qu’il s’agissait d’un acte terroriste », explique l’évêque. (23.01.2020)

 

 

Discours de Mgr Bashar Warda, Archevêque chaldéen catholique de l’archidiocèse d’Erbil, région du Kurdistan, Irak

10.12.2019 in Non classifié(e)

Irak

Discours au Conseil de sécurité des Nations unies

Un partenaire de l’AED, Mgr Bashar Warda, évêque d’Erbil en Irak, a présenté un discours au Conseil de sécurité des Nations unies le 3 décembre dernier. Voici ce qu’il avait à dire aux membres de ce cercle international.

 


Discours de Mgr Bashar Warda Chaldean, Archevêque catholique de l’archidiocèse d’Erbil, région du Kurdistan, Irak

Au Conseil de sécurité de l’ONU, New York

3 décembre 2019

Réunion du Conseil de sécurité concernant la situation en Irak

 

Merci, Madame la Présidente,

 

Quelle est la situation actuelle ?

 

Les manifestations actuelles en Irak démontrent le refus de la majorité des Irakiens de la structure et du gouvernement mises en place dans le pays après 2003. Nous constatons le rejet d’une constitution sectaire qui a divisé l’Irak et l’a empêché de devenir un pays unifié et fonctionnel. Plutôt que d’engendrer l’espoir et la prospérité, la structure gouvernementale actuelle a créé de la corruption et suscité du désespoir, en particulier chez les jeunes Irakiens.

 

Il est très significatif que les manifestations aient été dirigées par de jeunes Irakiens. Ces jeunes ont clairement exprimé le désir que l’Irak soit un pays indépendant de toute ingérence étrangère et qu’il soit un endroit où tous puissent vivre ensemble en tant que citoyens égaux, dans un pays défini par un pluralisme légitime et le respect pour tous.

 

Il est important de comprendre que les chrétiens ont non seulement pris position ouvertement pour les manifestants, mais aussi que les chrétiens et d’autres minorités, y compris les Yazidis, aient été accueilli dans le mouvement par les musulmans irakiens. Ces manifestations démontrent réellement la vraie richesse de l’Irak historique. Cette ouverture à la réconciliation entre tous les Irakiens témoigne d’un véritable espoir de changements positifs dans lesquels un nouveau gouvernement en Irak, si un nouveau gouvernement entre en fonction, sera beaucoup plus favorable à un Irak véritablement multireligieux, avec une pleine citoyenneté pour tous et qui sonnera enfin le glas de cette maladie sectaire qui nous a tous si violemment blessés et dénigrés.

 

En revanche, la non-violence des manifestants ne doit pas être négligée par la communauté internationale. Ces manifestants courageux se sont engagés dans la non-violence dès le début du mouvement, même s’il y a eu des cas quotidiens d’extrême violence à l’encontre des manifestants de la part des milices qui ont continuellement tenté de provoquer la confrontation.

Plus de 400 manifestants innocents ont été assassinés et des milliers d’autres, gravement blessés. Pourtant, les manifestants demeurent non-violents.

 

 

Quels sont les enjeux ?

L’enjeu est de savoir si l’Irak se libérera enfin du traumatisme de Saddam et des 16 dernières années, et ce, pour devenir un pays légitime, indépendant et fonctionnel, ou s’il deviendra une région sans loi permanente, ouverte à des guerres par procuration avec d’autres pays et mouvements et au service des revendications sectaires de ceux qui se trouvent à l’étranger.

 

Si le mouvement de manifestation réussit à créer un nouveau gouvernement muni d’une nouvelle constitution civile qui respecte la diversité de ses religions et de ses cultures et qui n’est pas basé sur la charia, mais plutôt sur les concepts fondamentaux de liberté pour tous, libertés d’ailleurs consacrées par la Déclaration universelle des droits de l’homme rédigée par l’organisation où nous nous trouvons tous aujourd’hui, alors l’espoir peut encore subsister pour le peuple irakien qui souffre depuis trop longtemps. Le peuple irakien aime son pays malgré tout et il souhaite le récupérer.

 

Si le mouvement de protestation échoue et que la communauté internationale reste les bras croisés en permettant que le meurtre d’innocents se poursuive, l’Irak sombrera probablement bientôt dans une guerre civile qui aura pour effet d’envoyer dans la diaspora de millions de jeunes Irakiens, qui sont pour la plupart chrétiens et yézidis. Lors de la crise et du génocide de 2014, plus de quatre millions d’Irakiens, de musulmans, de Yazidis et de chrétiens se sont réfugiés dans la région du Kurdistan pour fuir le mal de l’État islamique, mais sont demeurés au pays. Lors d’un autre conflit majeur, nous verrons probablement les gens fuir l’Irak pour de bon. Notre pays en est possiblement à sa dernière chance.

 

Que peut et doit faire la communauté internationale pour aider ?

La communauté internationale ne doit pas se contenter de changements de dirigeants factices qui ne représentent pas un réel changement. Il est clair que les groupes au pouvoir n’ont pas l’intention d’abandonner le contrôle et qu’ils feront tout leur pouvoir pour maintenir entièrement les structures de pouvoir en place. La communauté internationale doit clairement comprendre que les manifestants ne l’accepteront pas et la communauté internationale doit refuser d’appuyer tout changement de ce type.

 

Cela ne veut toutefois pas dire que certains groupes n’ont aucune préoccupation légitime quant à leur représentation au sein d’un nouveau gouvernement. Or, ces préoccupations doivent être abordées d’une manière qui reflète la réalité de la nature brisée actuelle du gouvernement irakien et de son besoin fondamental de changement et de remplacement.

 

La première étape doit être le déclenchement d’élections anticipées. Les manifestants insistent sur cet aspect et la communauté internationale doit le soutenir pleinement. Contrairement à la participation très limitée des élections passées, ces élections doivent impliquer les jeunes du pays, ceux qui ont si courageusement lutté contre la corruption lors des manifestations des dernières semaines.

 

Pendant les élections, ainsi qu’au cours de la période qui les précède, la presse, tant irakienne qu’internationale, doit être totalement libre de rendre compte et de discuter de toutes les questions qui doivent être abordées lors des élections. En ce sens, le blocage actuel des reportages d’actualités, de l’internet et des médias sociaux doit cesser immédiatement.

 

Enfin, les élections doivent être pleinement surveillées par l’ONU et observées par tous les principaux partis en Irak pour s’assurer qu’elles soient réalisées dans la légitimité, la liberté et la régularité. Ce n’est qu’ainsi qu’un nouveau gouvernement pourra tracer la voie de l’avenir d’un Irak exempt de corruption où l’on retrouvera une citoyenneté à part entière et des possibilités pour tous.

 

Les jeunes chrétiens d’Irak ont participé chaque jour à ces manifestations. Ils y étaient parce que les protestations leur ont donné l’espoir d’un avenir, un avenir auquel ils appartiennent en tant que citoyens irakiens égaux et actifs. Comme des millions d’autres Irakiens marginalisés, ils comptent maintenant sur la communauté internationale pour leur témoigner son soutien et poser des gestes en ce sens. C’est le devoir que nous vous attribuons. L’Irak, le pays qui a si souvent souffert, se tourne maintenant vers vous tous pour obtenir de l’aide. Nous croyons que nous avons un avenir et nous vous demandons de ne pas nous tourner le dos maintenant.

 

Merci

 

Nouvelles AED – Chrétiens d’Égypte : leur situation s’améliore

02.12.2019 in adaptation : Mario Bard, AED, Égypte, Entrevue AED, Fionn Shiner

Égypte

Chrétiens : leur situation s’améliore!  

Par Fionn Shiner, ACN-International
Adaptation française : Mario Bard, AED-Canada
Mise en ligne le 2 décembre, 2019

Malgré la menace d’attaques extrémistes qui persiste contre les chrétiens d’Égypte, leur situation s’améliore, selon Mgr Kyrillos William, évêque copte catholique d’Assiout. Interviewer par l’Œuvre catholique de 

bienfaisance Aide à l’Église en Détresse (AED), Mgr William a exprimé son espérance.

 

Il a déclaré : « Nous remercions Dieu que la situation s’améliore. Le président [el-Sisi] est de bonne volonté envers les chrétiens. Il est le président de tous les Égyptiens ».

La menace d’attaques extrémistes persiste tout de même, les islamistes voulant effrayer les chrétiens quant à leur place dans la société égyptienne. « Les attaques perpétrées par des islamistes se produisent de temps en temps », indique Mgr Kyrillos. « L’objectif est d’attaquer non seulement les chrétiens, mais aussi le gouvernement égyptien. Ils veulent ainsi dire aux chrétiens : “le gouvernement ne peut pas vous protéger. Vous devriez quitter l’Égypte”.

[Ces extrémistes] aimeraient établir un État islamique. Mais en Égypte, cela ne se concrétisera jamais », estime l’évêque. « Les Égyptiens sont proches les uns des autres — les chrétiens et les musulmans sont trop unis pour que les extrémistes causent des problèmes. »

 

La construction d’église est plus facile, toujours des enlèvements

L’évêque a ajouté : « Depuis 1952, la mentalité est de traiter les chrétiens comme des citoyens de seconde classe. Par contre, des changements se produisent présentement et les choses s’améliorent. Construire des églises est plus facile qu’avant. Nous n’avons pas à attendre des années pour en construire une ».

Selon Mgr William, il s’agit d’un changement marqué : depuis plus de 160 ans, les chrétiens devaient obtenir la permission du chef de l’État égyptien pour construire de nouveaux édifices religieux.

Il y a encore des enlèvements de jeunes chrétiennes coptes et certains rapports suggèrent que la police facilite ces enlèvements.

« Ils se produisent dans les zones où les organisations islamiques sont puissantes, mais dans notre région, il n’y a pas trop de problèmes », estime encore Mgr Kyrillos.

Dans une entrevue réalisée par l’organisme World Watch Monitor avec un ancien membre d’un réseau islamiste qui ciblait activement les jeunes filles coptes, celui-ci déclarait : « Le groupe de ravisseurs se réunit dans une mosquée pour discuter des victimes potentielles. Ils ont un œil sur les maisons chrétiennes et surveillent tout ce qui se passe. C’est à partir de cela qu’ils tissent une toile d’araignée autour des filles », a indiqué cet homme.

 

Merci à l’AED!

Mgr William a exprimé sa gratitude à l’AED et à ses bienfaiteurs qui font des offrandes de messe et financent la formation des séminaristes, la restauration d’églises et plus encore en Égypte. « Nous apprécions beaucoup ce que fait l’AED dans de nombreux pays pour que les chrétiens restent dans leurs patries. Nous remercions tous les bienfaiteurs pour leur aide et leurs dons à l’AED afin que nous puissions réaliser notre rêve de maintenir les chrétiens au Moyen-Orient. »

 

Nouvelles de l’AED : Chrétiens du nord-est de la Syrie

04.11.2019 in Adaptation Mario Bard, AED, Par Marta Petrosillo, persécution, Syrie

Chrétiens du nord-est de la Syrie


«Nous avons besoin d’aide.»

Propos recueillis le 28 octobre dernier par Marta Petrosillo, AED-Italie
Adaptation française : Mario Bard, AED-Canada

Mise en ligne le 1er novembre, 2019

«Au moins trois cents chrétiens ont quitté les villes de Ras al-Ain, Derbasiyah, Tall Tamr et une partie d’Al-Malikiyah, et nous craignons que si les combats continuent, un exode encore plus grand de fidèles affecte Qamishli, où 2 3000 familles chrétiennes vivent actuellement». C’est l’histoire désespérée que Mgr Nidal Thomas, représentant épiscopal de l’Église chaldéenne à Hassaké, raconte à l’Aide à l’Église en Détresse.

Le prêtre décrit une situation critique. « Nous ne savons pas ce qui se passe. Chaque heure, nous entendons parler de victimes et de disparus dans les déclarations des Kurdes, des Turcs, des Américains et des Russes. Mais nous ne connaissons pas la vérité. La seule certitude est que les bombardements, et en particulier les massacres commis par les Turcs contre notre communauté, poussent de plus en plus de chrétiens à fuir ».

À l’heure actuelle, peu de familles de fidèles ont trouvé refuge au Kurdistan irakien, mais Mgr Thomas estime que les chrétiens en fuite pourraient difficilement choisir la région semi-autonome du nord de l’Irak comme destination. « La vie y est trop chère pour les chrétiens syriens qui sont pauvres. Sans compter que le peuple irakien n’a rien fait pour éviter le scénario dramatique qui s’est malheureusement concrétisé en Syrie. Dans notre pays, il y avait des milliers de familles chrétiennes. Personne n’a essayé de nous défendre ».

Les chrétiens en danger : «Nous avons besoin d’aide.»

Aujourd’hui, les chrétiens du nord-est de la Syrie, malgré la confirmation de l’assassinat d’Abou Bakr al Baghdadi, craignent encore et toujours un retour du djihadisme. « Malheureusement, c’est une éventualité que nous devons prendre en compte », affirme Mgr Thomas selon qui beaucoup d’hommes du groupe État islamique (ÉI/Daech) auraient maintenant rejoint l’Armée syrienne libre qui est entrée dans la région de Ras al-Ain.

Par l’intermédiaire de l’Aide à l’Église en Détresse, il s’adresse à la communauté internationale et demande un soutien au nom de sa communauté. « Nous avons besoin d’aide. Nous sommes, les chrétiens, la population ayant le plus souffert de ce conflit interminable. Nous sommes le maillon faible, parce que nous voulons vivre en paix et que nous rejetons la guerre. Les deux tiers des chrétiens ont quitté le pays et le tiers restant risque de ne pas survivre. Et pendant ce temps, les pays occidentaux s’affrontent pour se répartir la Syrie, qui a été mise à genoux y compris à cause des sanctions internationales ».

L’AED-Canada continue de soutenir les chrétiens en Irak et en Syrie. Dans ce dernier pays, la campagne pour les enfants de Homs, Une goutte de lait, est toujours effective. Vous pouvez donner en visitant la page web acn-canada.org et cliquer sur le bouton Dons en haut à droite. Pour plus d’information, il est aussi possible d’appeler au 1-800-585-6333.

Syrie : jour de fête à Marmarita !

11.10.2019 in Construction, PROJETS AED, Syrie

Syrie

Aujourd’hui est un jour de fête

Cérémonie d’inauguration de l’église Haret Saraya, détruite par les djihadistes en 2012

Par Marta Garda, ACN-International
Révision française : Hélène Poisson, AED-Canada
 

 

Marmarita/Königstein. – Le soir tombe dans la vallée des chrétiens. En haut de la colline, la célèbre forteresse historique du Krak des Chevaliers, construite aux XI-XIIe siècles par l’Ordre des hospitaliers, semble contempler l’arrivée des invités. C’est jour de fête dans l’église Haret Saraya, à Al-Husn. Les trompettes et les tambours jouent sans s’arrêter.

L’église, consacrée à Notre-Dame, resplendit de ses murs récemment peints en blanc et de son iconostase aux couleurs vives. « Elle a été reconstruite comme elle était », déclare l’archevêque gréco-catholique local, Mgr Nikolas Sawad, également archevêque de Lattaquié.

En 2012, l’église a été saccagée et incendiée par les djihadistes qui dominaient la vallée du haut du Krak des Chevaliers. Ils ont démoli la croix, profané les icônes et mutilé les images pieuses. Les locaux paroissiaux et le presbytère, dont les murs ont perdu jusqu’à leurs fils électriques, n’ont pas non plus été épargnés.

Mais sept ans plus tard – symboliquement, le jour de la fête de l’Exaltation de la Sainte-Croix – l’église et les cœurs sont à nouveau radieux et le petit temple est bondé à l’occasion de la bénédiction des lieux. Des prêtres catholiques et orthodoxes de la région y assistent. Dehors, dans la cour, devant les laïcs, la chorale orthodoxe Notre-Dame Al-Wadi entonne des chants d’espoir, de paix et de pardon, faisant mémoire des disparus, assassinés ou exilés de la guerre, et invitant les chrétiens à rester dans leur pays.

« Après la rénovation de l’église, il reste à rénover les pierres vivantes, nos cœurs », dit à l’assemblée le Père Andrzej Halemba, responsable des projets au Moyen-Orient de la Fondation Aide à l’Église en Détresse. « Nos cœurs sont brisés par la violence, divisés et furieux à cause de ce qui s’est passé dans nos vies. Il faut maintenant les reconstruire dans l’amour du Christ. Prions pour la paix en Syrie. »

L’œuvre pontificale de charité l’Aide à l’Église en Détresse (AED) a soutenu non seulement la rénovation de l’église Haret Saraya, mais aussi les installations paroissiales et le presbytère. Des chambres d’hôtes et des locaux commerciaux ont également été construits à proximité du Krak des Chevaliers, qui recommencera bientôt à accueillir des visiteurs. Il s’agit là d’un pari sur la pérennité de l’héritage dans ses lieux d’origine. « L’AED est le Simon de Cyrène qui nous soutient et nous aide à porter la croix », a dit Mgr Sawad à la fin de la fête.

 

Les projets de reconstruction dans les quartiers chrétiens du village d’Al-Husn soutenus par l’AED à hauteur de plus de 255 000 dollars, s’inscrivent dans le cadre de son programme de reconstruction des zones chrétiennes touchées par la guerre dans les différents diocèses de Syrie.

Projet de la semaine de l’AED : Aide à la formation pour des religieuses au Pérou

03.10.2019 in ACN International, Formation religieuse, Pérou, Religieuses, Voyager avec l'AED

Pérou

Aide à la formation pour des religieuses

 

Dans de nombreux pays d’Amérique latine, l’État n’accorde aucun soutien aux personnes handicapées. Les familles qui vivent dans la pauvreté n’ont guère la possibilité de s’occuper d’enfants vivant avec un handicap d’une manière qui correspond vraiment aux besoins de ceux-ci. La congrégation des Servantes du Plan de Dieu, fondée à Lima en 1998, s’occupe tout particulièrement de ces personnes.

 

Les religieuses ont créé des écoles pour enfants vivant avec un handicap, en plus de prendre soin des malades, des personnes âgées ou en détresse. Leur souhait est que chacun se sente accepté et que les personnes vivant avec un handicap puissent découvrir et développer leurs talents. En même temps, les religieuses veulent aussi contribuer à changer l’attitude de la société envers ces personnes.

 

Une présence internationale

Aujourd’hui, les religieuses interviennent non seulement en Amérique latine, mais aussi en Asie, en Afrique, en Europe et aux États-Unis.

La jeune congrégation suscite de nombreuses vocations. Beaucoup de jeunes religieuses sont médecins, avocates, éducatrices ou infirmières.

Présentement, 31 jeunes religieuses sont en formation à Lima. Aide à l’Église en Détresse les soutient grâce à un montant de 24 000 dollars.

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez soutenir ce projet ou tout autre projet semblable ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Projet de la semaine’.

Un million d’enfants prient le Chapelet 2019

23.09.2019 in ACN Canada, Adaptation Mario Bard, CAMPAGNE AED, Enfants du monde, Prière

Un million d’enfants prient le Chapelet 2019

Des enfants prieront le 18 octobre pour l’unité, la paix et la mission

Aide à l’Église en détresse (AED) soutient de nouveau cette année la campagne « Un million d’enfants prient le Rosaire », et invite les enfants à prier le Chapelet le 18 octobre prochain. L’édition 2019 de cette initiative est dédiée au thème de la mission, en lien avec le même choisi par le pape François pour le mois d’octobre 2019. En effet, l’Église catholique soulignera l’importance fondamentale de la mission en vivant un mois missionnaire extraordinaire de la mission universelle.

 « Traditionnellement dans l’Église catholique, le mois d’octobre est considéré comme le mois du Chapelet, et le 18 octobre, nous célébrerons également la fête de l’évangéliste Saint-Luc », explique le père Martin Barta, assistant-ecclésiastique international pour l’Aide à l’Église en Détresse International (AED/ACN). « C’est le seul évangéliste à nous avoir transmis des récits d’enfance de Jésus, et la tradition veut qu’il ait été étroitement lié à la Vierge Marie ». Le 18 octobre à neuf heures — ou à toute heure qui conviendra mieux —, le Chapelet sera donc prié par des milliers de groupes d’enfants dans le monde entier.

 

« Chaque année, nous recevons de partout dans le monde des nouvelles sur la manière dont les enfants ont célébré cette journée de prière », se réjouit le père Barta. : « L’initiative s’est vraiment transformée en une campagne de prière de l’Église universelle, qui ne touche pas seulement les cœurs des enfants, mais aussi ceux des adultes, et qui trace la voie vers la paix ! »

 

Les approches sont variées : certains participants prient un chapelet entier, tandis que d’autres ne prient qu’une partie du Rosaire. D’autres encore conjuguent la prière avec une catéchèse sur le Rosaire, de brèves lectures et des cantiques adaptés aux enfants. Certains invitent les enfants après la prière à dessiner les mystères du Chapelet. Dans certaines régions du monde, des enseignants intègrent le temps de prière dans les activités scolaires. En quelques endroits, les enseignants interrompent les cours scolaires pour prier avec les enfants.

 

L’idée de cette campagne de prière est née en 2005 à Caracas, capitale du Venezuela. Alors que plusieurs enfants priaient le Chapelet dans un oratoire dédié à la Vierge Marie, quelques-unes des femmes sur place ont déclaré avoir ressenti fortement la présence de la Sainte Vierge. Saint Padre Pio de Pietrelcina — dont les reliques étaient de passage dans le diocèse de Montréal à la fin du mois de septembre dernier — disait : « Si un million d’enfants prient le Chapelet, le monde changera ».

 

Aide à l’Église en Détresse Canada invite encore cette année tous les enfants du pays à participer à cette activité unique en son genre. Pour reçevoir plus d’informations, communiquer avec Annie Desrosiers au 1-800-585-6333, poste 226.

Vous pouvez également télécharger une affiche et plus d’information, ici .