fbpx
X
Faire un don

Alep, Syrie

L’Église reconstruit des vies… littéralement !

 

 

ALEPPO, Syria (Oct. 21, 2015)—Abboud Banna is one of this city’s unlucky ones. The home of this 74-year-old Melkite Catholic was severely damaged in a recent bombing attack on the Christian quarter of Syria’s largest city. Along with his wife (75)—who suffers from Alzheimer’s Disease—and his single daughter Dalal, plus a grandchild (Lina), Mr. Banna now lives in a single room, hoping for better times. A hand injury is keeping him from doing any kind of work: Abboud Banna and his wife SYRIA / ALEP-MLC 15/00036 Project "Build to Stay"Alep/Königstein/Montréal — Abboud Banna est l’un des malchanceux de cette ville. La maison de ce catholique melkite de 74 ans a été gravement endommagée lors d’une récente attaque à la bombe commise contre le quartier chrétien de la plus grande ville de Syrie. Avec sa femme Zakieh-Asmar (75 ans), qui souffre de la maladie d’Alzheimer, sa fille unique Dalal et sa petite-fille Lina, M. Banna vit désormais dans une seule pièce, dans l’attente de jours meilleurs. Une blessure à la main l’empêche de faire quelque travail que ce soit.

 

Pourtant, l’Église locale lui redonne de l’espérance. Sous l’égide du programme « Construire pour rester », une initiative ambitieuse lancée par Mgr Jean-Clément Jeanbart, Archevêque métropolitain d’Alep, le travail de réparation de la maison de la famille Banna avance régulièrement. « Construire pour rester » assure une formation et un financement aux chrétiens dont les moyens de survie ont été détruits après déjà presque cinq ans de guerre dans ce pays. La maçonnerie ainsi que des techniques de construction plus avancées sont largement au programme.

 

Pour aider la famille Banna à s’en sortir d’un mois à l’autre, l’Église locale lui accorde également une modeste allocation.

 

Tel est l’engagement pris par l’indomptable prélat, qui est déterminé à veiller à ce que les chrétiens aient un avenir dans leur propre pays, même s’ils doivent faire face à une très longue attente.

 

Project "Build to Stay"Reconnaissant envers l’Église locale

Banna est encore secoué par le « grand choc » causé par les missiles lâchés sur sa maison et celle de sa file, l’obligeant à une course folle afin de trouver un abri approprié pour Mme Banna. Il attribue à sa foi le fait d’avoir survécu à « cette étape cruelle » de sa vie, proclamant qu’il « a toujours été convaincu que Dieu ne l’abandonnerait pas, et adoucirait sa souffrance, sa fatigue et son anxiété. »

 

Il est profondément reconnaissant à l’Église locale, qui a répondu si généreusement. La communauté chrétienne le laisse vivre ainsi que sa famille habiter dans la pièce en question sans qu’il n’ait à payer de loyer. Elle s’assure également qu’ils aient assez à manger et qu’ils reçoivent des soins médicaux. Malgré cela, la famille doit faire face aux pénuries récurrentes « d’eau et d’électricité », a déclaré M. Banna, qui « continue de souffrir de la phobie des missiles ».

 

Il prie aujourd’hui pour « que la sécurité s’améliore » à Alep, et se languit du jour où il pourra « revenir chez lui et trouver un emploi pour garantir à sa famille un avenir meilleur – avec l’aide de Dieu et de l’Église. » Pendant ce temps, l’initiative audacieuse « Construire pour rester » de Mgr. Jeanbart maintient la famille de Monsieur Banna à flot.

 

L’Aide à l’Église en Détresse (AED), grâce à la générosité de ses donateurs, a aidé Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, à lancer le programme « Construire pour rester »
grâce à une subvention de 368,300 $ CAD.ACN-20140721-11551_ca0f0

Articles récents