fbpx
X
Faire un don

Syrie : un centre pour cultiver l’espérance

Des microprojets à Damas donnent de l’espérance aux chrétiens syriens en difficulté

Damas, Syrie — Centre de l’Espérance Chrétienne, une organisation syrienne soutenue par l’Église catholique, a ouvert son tout premier programme de microprojets dans la capitale syrienne, Damas. Le programme, qui a été officiellement lancé le 22 juillet, sera le seul qui propose des microprojets dans le quartier chrétien historique de Damas.

Le programme fournira aux familles des fonds pour lancer de nouvelles entreprises commerciales ou redémarrer des projets interrompus pendant les dix ans de guerre civile en Syrie. Le centre fonctionne sous la direction spirituelle de l’évêque latin de Syrie, Mgr Georges Abou Khazen.

Cérémonie de coupure du ruban avec Mgr Pascal Gollnisch (responsable de l’Oeuvre d’Orient), Mgr Georges Abou Khazen (évêque latin et vicaire apostolique d’Alep), Xavier Bisits (AED Syrie) et Sr Annie Demerijan (Congrégation des Sœurs de Jésus et Marie)

Le nouveau centre est basé à Bab Touma, le quartier chrétien historique de Damas, en face de la cathédrale melkite catholique, Notre-Dame-de-la-Dormition*. Les travailleurs et les bénévoles y évalueront les demandes soumises pour obtenir de l’aide au redémarrage des entreprises, en général sous forme d’équipement ou de formation.

La stabilité pour mener une vie digne

Avec l’aggravation de la crise économique en Syrie, de nombreux chrétiens disent que la crise économique d’aujourd’hui est pire que les nombreuses années de guerre qu’ils ont endurées. Aujourd’hui, 90 % de la population syrienne vit sous le seuil de pauvreté. Bien que Damas soit la capitale administrative du pays, de nombreux chrétiens vivent dans la pauvreté, en particulier dans les districts de Jaramana et de Dwelaa. Ces deux districts abritent d’importantes populations de chrétiens qui ont fui la guerre dans d’autres parties du pays. La flambée des coûts liés aux loyers, aux médicaments et à la nourriture fait en sorte que de nombreux ménages ne peuvent payer leurs dépenses de base.

Les familles chrétiennes confrontées à la pauvreté se tournent généralement vers l’Église pour obtenir du soutien. L’Église leur offre alors de l’aide en finançant des colis alimentaires, le paiement des loyers et les frais de scolarité. Cependant, de nombreux chrétiens disent que malgré leur reconnaissance pour cette aide d’urgence, ils voudraient avoir la stabilité que procure un emploi afin de soutenir leurs familles.

Le Christian Hope Center a ouvert son premier centre de microprojets à Bab Touma (quartier chrétien historique de Damas), en face de la cathédrale catholique melkite, Notre-Dame-de-la-Dormition, le 22 juillet 2021.
Le programme fournira aux familles des fonds pour lancer de nouvelles entreprises commerciales ou relancer des projets interrompus pendant la guerre syrienne qui dure depuis dix ans.
Photo : ouverture du nouveau centre de microprojets, groupe des bénévoles

Alors que de nombreuses familles chrétiennes émigrent en Occident pour y poursuivre leur vie, cette stabilité est ce dont elles disent avoir besoin pour mener une vie digne dans leur patrie historique. Aujourd’hui, la Syrie est musulmane à plus de 90 %, mais les chrétiens y représentaient encore 30 % dans les années 20. C’est surtout Damas qui a une importance spéciale en tant que lieu de l’une des premières communautés chrétiennes.

Ouverture du nouveau centre de microprojets : un groupe de volontaires pose devant le centre

Reproduire les succès !

À Damas, le nouveau centre se trouve à quelques mètres de la route mentionnée dans les Actes des Apôtres, où saint Paul a été guéri de sa cécité par Ananias, après sa conversion sur la route de Damas.

Carla Audo, qui travaille pour le Centre de l’Espérance Chrétienne, a remercié les bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) pour leur soutien au programme à Damas : « Nous pouvons aider les familles à prendre un nouveau départ, nous leur donnons une raison de rester et une chance de construire leur pays. Je tiens simplement à remercier les bienfaiteurs de l’AED pour leur soutien et pour leur inspiration constante ».

Les dirigeants du Centre espèrent reproduire dans la capitale nationale les succès de leurs projets précédents à Alep et Homs. Ces projets antérieurs avaient eu un taux de réussite de 78 %.

Mgr Pascal Gollnisch (responsable de l’Oeuvre d’Orient), n.n., Xavier Bisits (AED Syrie), Mgr Georges Abou Khazen (évêque latin et vicaire apostolique d’Alep), Soeur Annie Demerijan (Congrégation des Sœurs de Jésus et Marie)

Johnny Sayegh, 25 ans, est un chrétien qui a pu soutenir avec succès les quatre membres de sa famille à Alep grâce à un microprojet. Né aveugle d’un œil et devenu handicapé à la suite d’un accident de travail, ses options professionnelles étaient limitées. En 2013, son père a été enlevé et assassiné par une milice syrienne, laissant sa mère et ses deux frères et sœurs sans source de revenus stable. Cependant, le Centre de l’Espérance Chrétienne a pu le soutenir au moyen d’une subvention lui permettant d’acheter l’équipement requis pour ouvrir un café, lequel lui fournit désormais un revenu ainsi qu’à sa famille.

Le nouveau projet, à Damas, est soutenu par Aide à l’Église en Détresseet s’appuie sur les travaux antérieurs d’autres organisations internationales ayant soutenu le Centre de l’Espérance Chrétienne en Syrie (dont l’Œuvre d’Orient et Caritas Pologne). L’AED est une œuvre pontificale internationale qui donne une aide pastorale à l’Église en détresse ou persécutée, en particulier au Proche-Orient.

Au cours des 10 dernières années, L’AED a dépensé environ 50 millions de dollars pour fournir une aide pastorale et spirituelle à la population chrétienne de Syrie, afin d’aider à lutter contre les effets de la discrimination, de la guerre et de la pauvreté.

Johnny Sayegh, 25 ans, bénéficiaire du programme de microprojets à Alep. Un chrétien capable de soutenir avec succès les quatre membres de sa famille. En 2013, son père a été enlevé et assassiné par un groupe militant syrien, laissant sa mère et ses deux frères et sœurs sans source de revenu stable. Né aveugle d’un œil et laissé handicapé après un incident sur un lieu de travail, ses options de carrière étaient limitées. Le Christian Hope Center a toutefois pu le soutenir en lui accordant une subvention pour l’achat d’équipements afin d’ouvrir un café.
Ceci lui assure désormais un revenu, à lui et à sa famille.

*La Dormition de la Mère de Dieu est une grande fête des Églises orthodoxes orientales, orthodoxes orientales et catholiques orientales qui commémore l’endormissement ou la mort de Marie, la Theotokos (« Mère de Dieu », traduite littéralement par porteuse de Dieu), et sa résurrection corporelle avant d’être enlevée au ciel. Célébrée le dimanche le plus proche du 15 août de chaque année, elle est connue en Occident sous le nom d’Assomption de Marie.

Pour en savoir plus sur la Syrie, veuillez consulter notre rapport sur la liberté religieuse dans le monde.

Articles récents