fbpx
X
Faire un don

Kenya

Dans cette partie de notre voyage, notre délégation a participé à la journée annuelle de la famille, visité une école pour les enfants aveugles et sourds pour enfin se rendre dans un centre de réhabilitation des enfants de la rue. 

ACN-20151023-30953Kitui est situé à 180 kilomètres à l’est de Nairobi et compte une population d’environ 155 000 habitants. Le paysage ici est bien plus fertile par rapport à d’autres régions. La ville est devenue un point de rencontre naturel pour les politiciens et les hommes d’affaires.

Une grande majorité des habitants appartiennent aux Kambas, un peuple bantou. La majorité vit du bétail. Les ânes sont utilisés pour transporter l’eau. Très peu de personnes possèdent une voiture ou d’autres moyens de transport. Les rues à l’extérieur de la ville ne sont pas réparées.

 

 

Ici nous avons accompagné Mgr Muheira dans une belle station éloignée sur une colline et nous avons assisté à une messe dans un autre poste éloigné nommé Zombe. L’archevêque aime les enfants. « Ils sont tellement simples et ils apportent tellement beaucoup de joie », dit-il. La photo a été prise sur une colline avec une belle vue, une station éloignée du diocèse de Kitui, où l’évêque veut mettre en œuvre un lieu de pèlerinage. Sa principale préoccupation consiste à renforcer les familles et la foi au sein de la vie des jeunes.

Le diocèse a construit une petite église paroissiale dirigée déjà par un prêtre et un diacre. Les enfants viennent tous les dimanches au cours de catéchisme, qui est tenu par des catéchistes laïcs. La délégation de l’AED a participé à la journée annuelle des familles du diocèse, a visité une école pour les enfants sourds et aveugles et un centre de réadaptation pour les enfants des rues.

 Petites histoires à Kitui

L’évêque de Kitui, Mgr Anthony Muheira (nommé le 28 juin 2008), est un véritable expert de collecte de fonds. « J’ai demandé aux gens de me donner un poulet. Toutes les familles m’ont offert un poulet et nous les avons vendus et donc, nous avons récolté 29 000 CAD $. » Les enfants sont venus avec un œuf à la messe. Une autre façon de procéder consiste à faire un petit don d’un centime par le biais d’un cellulaire. « C’est un moyen de financement, qui ne nuit pas. Cela ne fait pas mal », déclare l’évêque.Kenya children

La délégation de l’AED a assisté à un événement de collecte de fonds pour les 24 paroisses du diocèse, où les paroissiens ont apporté ce qu’ils ont récolté durant la dernière année. L’argent est utilisé pour l’entretien des paroisses et le diocèse, ainsi que pour les préparations de la visite du pape. Les paroisses ayant le plus grand don (déterminés par le nombre de catholiques) pourraient gagner une moto. Mgr Muheira : « Les personnes n’ont pas beaucoup d’argent à donner, mais elles sont généreuses. » Les catholiques représentent la majorité (22 %) parmi les Églises chrétiennes de Kitui.

ACN-20151023-30908
« Les gens n’ont pas beaucoup d’argent, mais ils sont généreux. »

Le diocèse de Kitui, au Kenya central, dirige une école pour les enfants sourds et aveugles. Tous les professeurs pratiquent le langage des signes pour leurs cours et les enfants se débrouillent très bien. Les handicaps constituent encore un tabou au Kenya et les parents d’enfants handicapés manquent souvent de bons soins et de soutien. Comme l’école est un pensionnat et que plus d’enfants assistent aux cours, il y a un besoin de dortoirs.

« L’objectif est de stabiliser leur vie et de les aider au moyen de l’éducation », déclare sœur Veronica de l’Ordre des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur. Elle parle de ses  « protégés », 20 filles et 30 garçons entre 10 et 20 ans, qui jouent, étudient et dorment dans le centre. « Tous ces enfants ne vivent pas dans la rue, mais ils connaissent des situations difficiles. La plupart de leurs parents sont séparés. Bon nombre de ces enfants consomment des drogues ou reniflent de la colle, même les plus jeunes », explique la religieuse. Elle et son personnel s’occupent de l’enseignement scolaire et du développement spirituel des enfants. « Nous prions avec eux », dit sœur Veronica. C’est la meilleure façon de leur donner un avenir.

 

Textes et photos de Teresa Engländer, ACN international
Adaptation et traduction: avec l’aimable soutien de Christina Jocelyn
Mario Bard, AED Canada

Articles récents