fbpx
X
Faire un don

Kenya

La situation de la population kényane, de l’Église catholique et ses défis.

Récemment, une délégation de l’AED a visité les diocèses de Monbasa, Malindi, Lodwar, Kitui, Isiolo, Kisumu, Homa bay et Nairobi. Durant ce voyage, les membres de la délégation ont appris que les deux plus grands défis auxquels est confrontée l’Église catholique sont la montée de l’influence du fondamentalisme musulman – en particulier sur la côte et dans la partie nord du pays –, ainsi que la lutte à la pauvreté et le manque d’infrastructures, comme des rues en bon état et l’accès à de l’eau potable ou à l’électricité.

Aujourd’hui, la situation du diocèse de Mombasa

La ville est la deuxième plus grande ville du pays avec une population estimée à 1,3 million d’habitants. Situé sur la côte du pays, son emplacement sur les rives de l’océan Indien en a fait historiquement un centre d’échanges commerciaux. Et, avant même que la ville ne devienne la capitale du protectorat britannique de l’Est au 19e siècle, il y a eu plusieurs batailles autour de sa possession entre les Portugais et les sultans.

La ville est cosmopolite, avec une prédominance des populations swahilie et Mijikenda. Les autres communautés sont composées par les Akamba et les Taita Ambus aussi bien que de Luo et de Luhya, surtout originaires de l’ouest du pays. Les trois principales religions qu’on y retrouve sont l’islam, le christianisme et l’hindouisme.

Le défi du dialogue interreligieux

Depuis janvier 2015, Martin M. Musonde est devenu archevêque de Mombasa. Il a expliqué à l’AED que le premier conflit documenté entre musulmans et chrétiens date de 1889. Depuis, il y a des tensions entre les deux, et la paix n’est pas évidente. Les catholiques de Mombasa sont minoritaires, avec une population de 11 %.

Les chrétiens sont encore sous le choc du dernier massacre en 2007, quand des musulmans extrémistes ont tué 60 chrétiens dans un village, après être allés de porte en porte leur demandant : « Êtes-vous chrétiens? »

Archbishop Martin K. Musonde of the diocese Mombasa in Kenya wants to strengthen the Christians faith in his diocese. "The life of Catholics in Kenya is catechism. There are places, where a priest comes only three times the month", he points out. Around 500 catechists serve the church, where there is no regular priest. Catholics in Mombasa compose a minority of 11%. The Islamic leaders try to catch young people in the way that the pay the formation but ask them to become Muslim.
 L’archevêque de Mombasa, Mgr Martin K. Musonde, veut renforcer la foi chrétienne dans son diocèse. 

 

Le plus important est le dialogue interreligieux. Le diocèse a implanté un programme dans lequel les jeunes, musulmans et chrétiens, visitent églises et mosquées et discutent de leur foi. L’évêque espère envoyer des membres de son clergé et quelques laïcs suivre des cours sur l’Islam, autant « pour comprendre l’Islam que pour renforcer le dialogue interreligieux », a-t-il souligné. Un gros défi dans le diocèse est aussi la grande distance qui sépare les différentes paroisses. Par exemple, cela prend 13 heures en voiture pour rejoindre la paroisse la plus éloignée du diocèse!

Pour préparer la visite du pape, les jeunes ont organisé une caravane interreligieuse pour la paix, de Mombasa à Nairobi, dans laquelle les représentants de différentes dénominations religieuses ont voyagé ensemble sous le thème : « Ensemble, nous pouvons travailler ensemble pour la paix pour venir rencontrer le pape à Nairobi ». Trois mille personnes étaient attendues.

 

L’AED soutient

"I entered the seminary to become a priest and left it to become a brother", says Brother John from the Order of the brothers of St. Joseph in the Archdiocese of Mombasa in Kenya. Thanks to the scholarship of ACN he could follow his studies and helping today with the administration of projects in the Archdiocese, where Catholics lives in a Muslim environment. The last massacre from extremist Muslims against Christians was in 2007. Since then there are still strong tensions between both religions. the Catholic church implemented peace building programmes. "It is a challenge to secure peace but there is hope", he tells the delegation of ACN, who visited Mombasa in October 2015.
Frère John

« Je suis entré au séminaire pour devenir un prêtre et j’ai laissé cette expérience pour devenir un frère », a indiqué Frère John de la communauté des frères de Saint-Joseph de l’archidiocèse de Mombasa. Grâce à une bourse d’études de l’AED, il a pu étudier ce qui lui permet d’aider dans l’administration de projets de l’archidiocèse où les catholiques vivent dans un environnement musulman.

Le dernier massacre des chrétiens par des musulmans fondamentalistes est survenu en 2007. Depuis ce temps, il y a encore beaucoup de fortes tensions entre les religions. L’Église catholique a implanté des programmes pour construire la paix. « C’est un défi de sécuriser la paix, mais il y a de l’espoir », a indiqué Frère John.

Mgr Martin K. Musonde de Mombasa au Kenya veut renforcer la foi chrétienne dans son diocèse. « Il y a des endroits où les prêtres ne viennent que trois fois par année », a-t-il souligné. Environ 500 catéchistes servent l’Église, là où il n’y a aucun prêtre permanent. Les catholiques à Mombasa y sont une minorité de 11 %.

Aide à l’Église en Détresse soutient l’archidiocèse de Mombasa dans son projet d’école primaire. Cette école « montre que l’éducation interreligieuse est possible », a indiqué l’évêque. « La moitié des enfants sont musulmans, l’autre chrétien. Les enfants jouent et étudient ensemble, en paix. »

The ACN delegation travelling through Kenya has visited a primary school in the Archdiocese of Mombasa where 1,200 children study. This school "shows that interreligious education is possible. Half of the children are Muslim, the other half Christian. The children play and study together in peace."

Restez avec nous! Demain, l’AED voyage à Lodwar où le climat sec pose des problèmes significatifs. 

Articles récents