fbpx
X
Faire un don
Camps de déplacés à Riimenze, Soudan du Sud, janvier 2017


Réaction : Aide à l’Église en Détresse au Canada (AED)

 

Montréal, 29 mai 2017 – Aide à l’Église en Détresse au Canada (AED) accueille très favorablement l’annonce du gouvernement fédéral qui a créé aujourd’hui le Fonds de secours contre la famine (#zerofamine) afin de combattre cette tragédie plus particulièrement au Soudan du Sud, dans le nord-est du Nigeria, au Yémen et en Somalie.

« Les nouvelles sont très mauvaises et confirment ce que nous entendons de la part de nos partenaires depuis quelques mois au sujet du manque de nourriture et de la famine qui s’installe », déclare Marie-Claude Lalonde, directrice du bureau canadien d’AED. « Ce qui est troublant, c’est que dans tous ces pays, ce sont les conflits provoqués par des guerres entre différentes factions qui causent cette tragédie. Le Soudan du Sud, où la famine est en grande partie causée par la guerre civile qui sévit depuis 2013, est un bon exemple de cela. »

D’ailleurs en février dernier, Aide à l’Église en Détresse rapportait que les évêques sud-soudanais dénonçaient la situation. Ils rappelaient l’une des sources de la famine : l’impossibilité pour les villageois de récolter leurs terres à cause de la présence des combattants, gouvernementaux ou de l’opposition, qui y ont pratiqué la « terre brûlée ». Ils considéraient « tout cela [comme] une forme de punition collective, ce qui est interdit et considéré comme un crime de guerre selon les conventions de Genève. »1

L’Église a l’habitude du service humanitaire. En 2015 au Nigeria, elle aide des déplacés qui fuient les violences de Boko Haram. (photo)

Une inflation de 800%

Un agent de pastorale sud-soudanais – qui a gardé l’anonymat pour des questions de sécurité – avait aussi signalé à l’AED que le problème pourrait prendre de l’ampleur si rien n’était entrepris par la communauté internationale. « Il est extrêmement difficile de trouver de la nourriture et d’obtenir de l’argent liquide pour payer les marchandises… devenues très chères », avait-il alors indiqué. En début d’année lors de l’entrevue, l’inflation atteignait déjà les 800 pour cent !

Cette personne avait également accusé les chefs des différentes tribus – encore très importants dans la société sud-soudanaise – de se battre uniquement « pour le pouvoir politique et l’argent (pétrole, bois, ressources minérales). Ces élites se soucient plus de leur propre avantage que du bien-être des gens, dont beaucoup meurent de faim », avait-il dénoncé.2

 

Depuis plusieurs années, Aide à l’Église en Détresse soutient l’Église locale du Soudan du Sud et du Nigeria, particulièrement dans les diocèses touchés par la violence de la guerre civile et celle du groupe terroriste Boko Haram.

 

  1. Communique-lepiscopat-sud-soudanais-denonce-la-violence-contre-les-civils/
  2.   Soudan-du-sud-leglise-soutient-les-refugies

 


 

Articles récents