X
Faire un don

Inde

Aide à la formation pour 31 futurs prêtres

 

De bonnes nouvelles nous parviennent du diocèse de Sambalpur dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde. Le nombre de vocations sacerdotales n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Pour y arriver, le diocèse a mis en place un apostolat vivant dans les écoles. Ainsi, les jeunes peuvent très tôt envisager l’idée que Dieu les appelle.

Par exemple, les prêtres vont lire aux jeunes des récits tirés des Saintes Écritures dans lesquels quelqu’un reçoit un appel de Dieu. En classe de sixième, les jeunes qui se sentent appelés vont d’abord au petit séminaire où ils obtiendront leur diplôme.  Pendant trois ans, on nourrit leur vie spirituelle ; ils ont donc le temps de réfléchir  et de se questionner avant d’entrer au séminaire.

Actuellement, 31 jeunes hommes se préparent à l’ordination sacerdotale. Bien que ce soit une grande joie de compter autant de vocations, c’est aussi un grand défi pour le diocèse. L’État d’Odisha est l’un des plus pauvres du pays, et les chrétiens sont parmi les groupes plus pauvres et les plus défavorisés de la population. Les séminaristes sont souvent issus de familles très pauvres, et en paroisse, les fidèles sont trop pauvres pour soutenir la formation des prêtres.

Le diocèse doit donc subvenir à tous les besoins des séminaristes : hébergement, vêtements, chaussures, nourriture, soins médicaux, matériel didactique… Les coûts augmentent et le séminaire dépend de l’aide en provenance de l’étranger.

Les séminaristes sont censés recevoir une bonne éducation à tous égards : ils doivent acquérir de vastes connaissances, développer leur vie spirituelle et leur vie de prière, et devenir également des personnes ayant une grande maturité humaine. En plus des études, un accompagnement spirituel intensif et une vie de prière vivante sont essentiels.

 

 Ils doivent aussi pratiquer la vie communautaire 

Afin d’acquérir une expérience pratique de la pastorale, les futurs prêtres passent l’été dans différentes paroisses de villages isolés et dans des bidonvilles. Ils rendent visite aux malades, prient avec les familles, enseignent la catéchèse aux enfants, donnent des cours sur la Bible aux adolescents et dirigent les veillées de prière. C’est comme cela qu’ils apprennent à connaître la vie en communauté et le travail pastoral. Afin d’affermir leur vie spirituelle et leur vocation, ils participent à des journées de recueillement et de retraite. Une fois par an, ils passent trois jours avec l’évêque et avec les prêtres du diocèse.

Aide à l’Église en Détresse aide les séminaristes, grâce à un montant d’un peu plus de 14 000 $, à poursuivre leur formation une année de plus.

 

Vous voulez soutenir un projet similaire?  Cliquer pour faire votre don!

 

 

 

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents