fbpx
X
Faire un don

Inde

Un programme pastoral pour l’Année de la Miséricorde

 

Inde, mars 2004 Diocèse de Calcutta, Soeur Nirmala et Mgr Salvatore Lobo
Inde, mars 2004 – Diocèse de Calcutta, Soeur Nirmala et Mgr Salvatore Lobo

Mgr. Salvadore Lobo, évêque de Baruipur, porte dans son cœur les pauvres et les défavorisés. Déjà, quand il était jeune séminariste, il avait rencontré Mère Teresa et avait décidé d’aller laver les mourants, comme bénévole, dans son mouroir Kaligat à Calcutta. Cette expérience l’a marqué pour toute sa vie.

 

Dans son diocèse marqué par la pauvreté, l’Année Sainte de la Miséricorde proclamée par le Pape François est célébrée avec une intensité particulière. C’est ainsi que l’évêque a consacré une église dédiée à la Miséricorde Divine. Pour arriver sur place, il a dû faire trois heures de voiture et encore une heure de bateau, parce que l’église se trouve sur une île au milieu d’un fleuve. Dans son diocèse, beaucoup d’endroits sont difficiles d’accès.

 

India 3
Photo dans le village de Baruipur (voyage pour visiter le projet)

Mais, l’évêque a surtout à cœur que les gens intériorisent vraiment le message de la Miséricorde de Dieu. C’est pourquoi un programme pastoral destiné à faire croître chez les gens l’esprit d’amour, de paix et de pardon réciproque devra avoir lieu non seulement pendant l’année de la miséricorde, mais aussi sur un total de trois ans. Différents cours, ateliers, retraites et rencontres pour différents groupes cibles auront lieu.

 

L’accent est mis sur le travail avec les enfants. L’Église n’a dans la région que peu d’écoles catholiques à elle, si bien que les enfants sont souvent trop peu accompagnés spirituellement. À cela s’ajoute l’influence des médias modernes. Beaucoup d’enfants passent leur temps à regarder la télévision ou à jouer à des jeux sur ordinateur, et ils vont de moins en moins à l’église. Le travail auprès des enfants et des adolescents doit donc être renforcé afin qu’ils soient enracinés dans la foi.

 

Pastorale jeunesse
Pastorale jeunesse

 

Il faut aussi des programmes spéciaux pour les femmes, car souvent elles ne sont pas soutenues et la société les considère comme une quantité négligeable, leur retirant tout amour propre. À cela s’ajoute le fait que les fidèles catholiques sont souvent issus de minorités ethniques qui sont déjà au bas de l’échelle sociale indienne. Ce sont précisément ces personnes, particulièrement défavorisées, qui doivent ressentir en profondeur que Dieu les aime.

 

Aide à l’Église en Détresse soutient le programme pastoral du diocèse de Baruipur à hauteur de 43 500 $.  Aimeriez-vous soutenir un projet similaire?

 


 

 

 

 

Articles récents