X
Faire un don

Projet de la semaine : République démocratique du Congo (RDC)

Aide à la subsistance pour 18 religieuses contemplatives

En 1934, six religieuses belges se sont lancées dans une grande aventure : de Lisbonne, elles ont pris un bateau et ont fait un long voyage jusqu’en Afrique pour y fonder le premier monastère de Carmélites en Afrique centrale, dans ce qu’on appelait alors le Congo belge. Leur monastère, qu’elles ont consacré à l’Enfant Jésus, est devenu le berceau de la vie contemplative dans cette région. De nombreuses vocations autochtones ont suivi, et plusieurs autres monastères ont été fondés.

Le premier monastère de Carmélites, qui avait été fondé dans la région du Kasaï, a été transféré après 50 ans à Malole, dans la région de Kananga, au centre de l’actuelle République démocratique du Congo. Dix-huit sœurs autochtones âgées de 21 à 88 ans y vivent aujourd’hui. La moyenne d’âge est de 40 ans.

Les Carmélites vivent physiquement séparées du monde, mais dans leurs prières incessantes, elles portent devant Dieu les préoccupations du monde entier. Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897) résume ainsi la vocation à la vie contemplative : « Dans le cœur de l’Église, je serai l’amour ».

Le tragiques d’attaques violentes régulières

Le monastère est situé à proximité du séminaire, ce qui est parfait, car les religieuses, dans le silence de leur clôture, prient particulièrement pour les vocations sacerdotales et la sanctification des prêtres. En 2017, cependant, des explosions de violence ont eu lieu. Le monastère des Carmélites ainsi que le séminaire du Christ-Roi ont alors été attaqués et pillés. Une partie du séminaire a même été incendiée. Grâce à Dieu, il n’y a pas eu de morts ni de blessés. Ce n’était pas la première fois que les religieuses étaient victimes d’agressions dans ce pays tourmenté depuis des décennies par les guerres civiles et la violence qui frappent les églises et institutions ecclésiastiques avec une triste régularité.

Cependant, les habitants de la ville de Malole se réjouissent de la présence des religieuses et de leur monastère. Chaque jour, la messe y est célébrée. Par contre, les fidèles sont pauvres et ne peuvent guère soutenir les religieuses.

C’est pourquoi l’AED a promis aux Carmélites une aide à la subsistance de 8100 dollars.

Cliquez pour donner ! Puis, cliquez sélectionnez Le Projet de la semaine pour soutenir un projet semblable.

Articles récents