X
Faire un don

Projet de la semaine – Intentions de messes pour des formateurs au Liberia

Le Liberia a été fondé par des esclaves afro-américains libérés qui avaient été rapatriés en Afrique. Il y a encore aujourd’hui des conflits entre leurs descendants et les ethnies autochtones. Ce pays d’Afrique de l’Ouest a connu entre 1989 et 2003 l’une des guerres civiles les plus sanglantes du continent africain. Il ne s’en est toujours pas remis, même psychologiquement. « Plus que les infrastructures, nos âmes ont été détruites », a déclaré le père Dennis Nimene, secrétaire général de la Conférence épiscopale. À cela s’est ajoutée l’épidémie d’Ebola de 2014/2015, qui a durement frappé le pays.

Les chrétiens sont majoritaires (42,5%), mais les religions traditionnelles occupent également une place importante (39,4% de la population). Toutefois, les frontières sont souvent floues, car le mélange des différentes pratiques religieuses est très répandue.

Les prêtres, fondamentaux pour le futur de l’Église et de la société

Pour l’Église et la société du pays, il est important qu’il y ait de bons prêtres. En effet, ils aident les gens à retrouver la paix intérieure par la foi en Dieu et la Bonne Nouvelle du Christ. Ce faisant, ils contribuent non seulement à jouer un rôle important auprès des individus, mais ils apportent aussi la paix et la réconciliation dans ce pays blessé. Il est également important d’aider les fidèles à approfondir leur foi, afin de ne pas tomber dans des pratiques superstitieuses.

Dans le seul séminaire du pays, le Collège Saint-Paul de Gbarna, 34 jeunes issus des trois diocèses du pays se préparent actuellement à leur ordination sacerdotale. Les fidèles ont vraiment besoin d’eux. L’AED soutient régulièrement leur formation. Mais les futurs prêtres ne sont pas les seuls qui aient besoin d’aide : leurs formateurs aussi. En effet, ils ne reçoivent qu’une faible rémunération.

Or, ils n’ont pas assez de temps pour gagner un peu plus d’argent en aidant dans les paroisses. En effet, s’occuper de ces vocations et les soutenir est une tâche qui requiert la plus grande attention et un engagement total. Il s’agit non seulement de donner à ces jeunes hommes les outils académiques dont ils ont besoin pour proclamer la foi, mais aussi de les façonner et de les soutenir humainement et spirituellement. C’est pourquoi l’AED aide les professeurs par des offrandes de messe, afin qu’ils puissent se consacrer entièrement à leur tâche au séminaire, car la condition pour avoir de bons prêtres est que leurs formateurs aient le temps de répondre à leurs besoins.

Cette année, nous avons promis aux dix formateurs du séminaire Saint-Paul des offrandes totalisant un montant de 17,145 $

Articles récents