X
Faire un don

Projet de la semaine AED à des religieuses contemplatives – Pérou

Soutien à l’apostolat de 16 religieuses contemplatives dans le sud du Pérou, dans la prélature apostolique d’Ayaviti.

Le Pérou, troisième plus grand pays d’Amérique du Sud, a été sévèrement touché par la pandémie de coronavirus. Bien que le pays ait réagi dès mars 2020 par une série de restrictions, un an plus tard on comptait déjà plus de 1,7 million d’infections et plus de 57 000 décès enregistrés dans ce pays de 32 millions d’habitants à majorité autochone.

Madres Trinitarias de Clausura – Les religieuses contemplatives Trinitaires (un ordre établi dans la prélature en 2011) mènent une vie cloîtrée et se consacrent à la prière.

La crise économique et les tensions sociales ont été exacerbées par la pandémie. La topographie du pays va des hautes montagnes des Andes aux forêts tropicales de la région amazonienne.

Dans ces zones rurales difficile d’accès, la pauvreté est extrême et de nombreuses personnes migrent désormais vers les villes, où les problèmes de toxicomanie et de familles brisées sont déjà nombreux et ne cessent de s’aggraver.

Seulement 20 prêtres pour desservir une vaste région

Religieuses qui prononcent leurs vœux

La prélature apostolique d’Ayaviti se trouve dans le sud du Pérou et couvre une superficie de plus de 32 000 km² pour une population d’environ 300 000 habitants. Certaines parties de son territoire comptent parmi les régions les plus pauvres et les plus délaissées de tout le pays.

L’Église catholique y est confrontée à de nombreux défis. Bien qu’environ 85 % de la population s’identifie comme catholique, beaucoup se sont éloignés de l’Église, en partie parce qu’il y a beaucoup trop peu de prêtres pour s’occuper d’eux. Il n’y a que 20 prêtres pour couvrir les 21 paroisses de cette vaste region. Il y a aussi un manque de catéchistes et de religieuses. De nombreuses personnes connaissent peu ou pas du tout la foi catholique, et les groupes fondamentalistes font des percées de plus en plus importantes.

Néanmoins, son ancien évêque, l’évêque émérite Kay Martin Schmalhausen – qui n’a pris sa retraite qu’en avril de cette année –, voit quelques signes d’espoir. D’une part, les religieuses contemplatives des Trinitaires (un ordre établi dans la prélature en 2011) mènent une vie cloîtrée et se consacrent à la prière. Et, bien qu’elles ne soient pas directement impliquées dans le travail pastoral et la vie de la prélature, elles soutiennent ce travail et cette vie par leur prière, leur présence et le témoignage de leur foi.

Photo de groupe des Sœurs Contemplatives Madres Trinitarias de Clausura avec une novice

Comme nous l’écrit l’évêque, « Nous constatons avec joie que les vocations à la vie close sont en augmentation et qu’elles apportent avec elles des bénédictions accrues.» Et en effet, leur nombre est passé entre-temps de 4 à 16 sœurs.

Cette année encore, comme il l’a fait dans le passé et avant sa propre retraite, l’évêque nous a demandé de soutenir ces religieuses contemplatives dans leur vie et leur apostolat.

C’est donc avec plaisir que nous lui avons promis 6 540 dollars.

Articles récents