fbpx
X
Faire un don

Histoire de succès AED  – Madagascar

Honoraires de messe pour les 70 prêtres du diocèse de Morondava

 

Faire célébrer une messe pour une intention particulière ou pour l’âme d’un défunt est une tradition très ancienne. C’est aussi un geste d’amour et de gratitude envers le prêtre, celui qui renouvelle le sacrifice, le don libre de Jésus-Christ, sur l’autel, à travers les paroles de la consécration. Dans les pays où les communautés chrétiennes sont pauvres, ce don qu’est l’intention de messe devient une aide importante pour la survie du prêtre.

 

Madagascar est l’un des pays les plus pauvres au monde. Dans le diocèse de Morondava, les gens sont pauvres matériellement, mais les fruits de la vie spirituelle sont abondants ; en effet, on y compte un grand nombre de prêtres et de vocations. Au cours des dix dernières années, le nombre de prêtres a plus que triplé, passant de 20 à 70. Le diocèse a même envoyé quelques prêtres dans un autre diocèse, récemment fondé, ainsi que dans l’île de la Réunion, où les évêques avaient demandé des prêtres. De plus, 50 jeunes hommes du diocèse de Morondava se préparent présentement à l’ordination.

 

S’il est vrai que cette forte croissance est due en partie aux quelques communautés religieuses qui se sont récemment installées dans le diocèse, Mgr Marie Fabien Raharilamboniaina se dit convaincu que « l’explosion » des vocations est aussi le résultat de la prière. En effet, l’évêque a écrit une prière spéciale pour obtenir de nombreux et saints prêtres. Les fidèles et surtout les enfants prient pour qu’il y ait des prêtres. « Nous sommes convaincus que la prière fait émerger des vocations », raconte-t-il. « La vocation est le fruit de la prière, c’est pourquoi nous insistons pour que, dans toutes nos écoles, non seulement nous parlions de Dieu, mais aussi pour que nous donnions aux enfants l’occasion de parler à Dieu par la prière ».

MADAGASCAR:  des prêtres accompagnent une procession/pèlerinage avec d’enfants.

 

Mgr Raharilamboniaina est également très engagé en faveur de ses prêtres, et il les aide à vivre leur vocation. « J’invite les prêtres à s’appuyer sur la Divine Providence, conformément à la promesse faite par Jésus lui-même. Comme le disait sainte Thérèse d’Avila, ‘‘occupez-vous des affaires de Dieu, et Dieu s’occupera de vos affaires’’. Et je dis aussi aux prêtres que le peuple de Dieu s’occupe d’eux ». Chaque année, il invite tous les prêtres de son diocèse à faire des retraites spirituelles, à suivre une formation continue et à accomplir un pèlerinage. De plus, il rend régulièrement visite aux paroisses afin de les soutenir.

 

Un soutien essentiel

Les chrétiens locaux aident leurs prêtres autant que possible. Mais, comme ils vivent eux-mêmes dans une grande pauvreté, ils ne peuvent soutenir complètement les prêtres qui sont à leur service. Ils ont donc besoin d’un soutien supplémentaire pour suivre de la formation continue et participer à des journées de retraite, mais surtout, pour assurer les besoins de base qui, souvent, ne sont pas assurés par la paroisse ; ils n’ont pas assez à manger, ont besoin d’aide pour se loger et sont obligés de se déplacer à pied. Grâce aux honoraires de messe des bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse, Mgr Raharilamboniaina peut aider ses prêtres.

 

« Nous remercions Dieu pour les prêtres qui sont témoins de Son Amour dans notre diocèse de Morondava, et nous remercions tous les bienfaiteurs et les bienfaitrices pour l’amour qu’il donne à nos prêtres. Nos prêtres voient en vous la Divine Providence ».

Pour les 68 prêtres diocésains du diocèse de Morondava, plus de 2500 messes célébrées aux intentions des bienfaitrices et bienfaiteurs de l’AED.

 

Nous soutenons les 70 prêtres du diocèse de Morondava par des honoraires de messe d’un montant total de 30 000 dollars, ce qui fait environ 428 dollars par prêtre.

 

Si vous êtes inspirés par ce projet et que vous désirez soutenir un projet semblable, merci de donner en cliquant sur le bouton DONS.

 

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents