fbpx
X
Faire un don

Syrie :

« Vous avez aidé à ma libération! »

 

On 21 May 2015, the catholic monk, Father Jacques Mourad was abducted by a jihadist group in Qaryatayn – a small town in central Syria around 65 miles (100 km) from Palmyra – where for the past 12 years he had been ministering to the local Syro-Catholic community, while living in the monastery of Mar Elias. Only this very small file quality available
Père Jacques Mourad: « Ce qu’à fait Aide à l’Église en Détresse a joué un grand rôle dans ma libération. »

Königstein/Surrey/Montréal, 16 octobre 2015 – Le père Jacques Mourad, tenu en otage par l‘organisation État islamique (ÉI) depuis le 21 mai dernier, a raconté comment il s’est échappé avec l’aide d’un ami, dont la famille a été soutenue par le programme de soutien pour les pauvres et les miséreux, dirigé par le père Mourad.

 

Le prêtre a indiqué s’être échappé grâce à l’aide d’un ami, sur une moto, déguisé en combattant islamiste. Cet ami, qui a des liens avec l’ÉI, s’est dit impressionné par le travail humanitaire des prêtres à Qaratayn – distribution de nourriture et de médicaments, abri – le tout soutenu par des organismes de charité dont Aide à l’Église en Détresse (AED).

 

L’AED : un soutien précieux qui a fait la différence

Dans une entrevue exclusive donnée à l’AED, le père Mourad a indiqué : « Ce qu’a fait Aide à l’Église en Détresse pour aider a joué un grand rôle dans ma libération. »

 

Le père Mourad, qu’on appelle « Cheikh Jacques » à cause de son travail auprès des musulmans, a déclaré que lorsque l’accès à l’eau potable avait été coupé à Qaratayn, il a aidé à construire un réservoir avec le soutien de l’AED.

 

Il est convaincu que ce soutien a amené les militants islamistes à montrer de la clémence envers les 150 chrétiens tenus en otage par l‘ÉI à Qaratayn. « Le soutien des gens comme Aide à l’Église en Détresse a aidé à protéger les chrétiens qui sont aux mains de l’EI. »

 

Le père Mourad a décrit comment la pression provenant de musulmans a eu pour effet d’accélérer son retour en ville, toujours en garde à vue, après ses 84 premiers jours passés dans les geôles de l’ÉI, au quartier général de l’organisation terroriste à Raqqa, en Syrie.

 

« Un des leaders de l’ÉI est venu un jour me dire que tout le monde à Qaratayn parlait de moi, s’informant de moi. Alors, il m’a demandé de venir avec lui.

 

« J’ai été amené, les yeux bandés et les mains attachés, dans ce qui semblait être un énorme tunnel.” Quelque temps après, ils m’ont enlevé mon bandeau et j’ai pu voir ma paroisse devant moi, dans l’abri que l’AED avait construit. C’était extraordinaire. »

 

Parlant de ces jours en captivité, le père Mourad a indiqué que chaque jour, les islamistes l’ont menacé de mort. « J’attendais le moment quand ils viendraient et me couperaient la gorge. » Le père Mourad est convaincu que ses efforts pour rester calme et pacifique l’ont aidé à sauver sa vie. « J’étais très conscient de la prière de tant de gens – la prière de Saint-Ignace de Loyola et celle de Charles de Foucauld – “ Mon Père, Je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. ‘’ »

 

Le 21 juin dernier, l’AED avait tenu une journée internationale de prière pour la libération du père Mourad.

 

Texte original: John Pontifex, ACN-UK          Adaptation française : Mario Bard, AED-Canada

Articles récents