fbpx
X
Faire un don

Patriarch Louis Raphael I Sako: NOUS VOUS EN SUPPLIONS, NE NOUS OUBLIEZ PAS 

Chers bienfaiteurs et sympathisants. Le patriarche chaldéen Louis Raphael Sako a pris la parole lors d’une conférence récente sur la question des chrétiens au Moyen-Orient. Cette conférence était organisée en marge de la session plénière du Conseil des Nations Unies sur le droit de la personne, grâce à l’aide financière d’Aide à l’Église en Détresse. Nous croyons important de partager avec vous les réflexions du Patriarche et les demandes très claires qu’il a faites à la communauté internationale. Nous vous prions de bien vouloir aussi partager ce message avec votre entourage.



Genève, le 16/9/2014

Heureux ceux qui procurent la paix,

car ils seront appelés fils de Dieu (Mat 5,9).

© AED
© AED

 

S.B. le patriarche Louis Raphaël Ier Sako

 

Mesdames, Messieurs,

 

Je suis ému et reconnaissant que vous soyez aujourd’hui ici, puisque cela prouve que vous ne restez pas indifférents au destin tragique de notre peuple.

 

         L’EIIL est une organisation terroriste, guidée par des principes de brutalité aveugle, qui dispose de moyens financiers suffisants, d’armes sophistiquées et d’une large présence dans les médias sociaux. Les vols et attaques à main armée, viols collectifs, tortures et assassinats de personnes considérées comme des infidèles aux yeux d’EIIL, sont à l’ordre du jour de cette organisation. Les combattants sont recrutés dans le monde entier. L’EIIL a tout le potentiel pour devenir une menace à l’échelle planétaire.

 

Au nom de tous les persécutés, j’implore tous les dirigeants politiques et je les exhorte à développer une stratégie et une feuille de route afin que la tragédie actuelle puisse cesser et que de futures menaces de ce genre puissent en outre être évitées.

 

Voici quelques propositions au sujet des mesures qu’il faudrait entreprendre dès à présent et plus tard :

 

  • Poursuite de l’aide humanitaire, c’est-à-dire fourniture d’abris, de nourriture, d’eau, de soins médicaux et de vêtements, afin d’assurer la survie des gens jusqu’à leur retour dans leurs maisons et villages.
  • Dans le cadre d’une solution politique globale, libération non seulement de la plaine de Ninive, mais aussi de Mossoul. Une coalition internationale dotée d’un mandat des Nations unies sera nécessaire pour protéger et défendre dans cette région les droits de milliers de déplacés sans défense. Les frappes aériennes ne tueront que des innocents. Il faut absolument mettre en œuvre des forces terrestres, et pourquoi pas également venues des pays arabes ? Une formation professionnelle de l’armée centrale irakienne s’impose autant que leur équipement conséquent – tout comme d’ailleurs l’équipement des peshmergas kurdes.
  • Appuyer le retour des déplacés dans leurs maisons et villages en toute sécurité. Ils doivent être placés sous protection internationale. Ceci devrait être garanti dans le cadre d’une résolution des Nations unies, car sinon, ils subiront le même destin que les Palestiniens.
  • Des garanties que les personnes déplacées obtiennent une compensation adéquate du gouvernement irakien pour la perte de leurs possessions et la destruction de leurs maisons. Dans ce contexte, les gouvernements d’autres pays, des organisations humanitaires et non-gouvernementales pourront apporter une contribution importante.
  • Les sites de l’héritage culturel chrétien datant des premiers siècles doivent être placés sous l’égide et la protection de l’UNESCO.
  • Toutes les mesures mentionnées précédemment sont indispensables. Mais la protection des droits de l’homme de chaque citoyen est la meilleure et seule voie pour une coexistence pacifique de tous. La guerre est toujours un fléau qui apporte le malheur aux hommes. Interrogeons notre propre conscience : que faisons-nous pour éviter les guerres ? Qu’en est-il des ventes d’armes ? Au lieu de vendre des armes, il faudrait promouvoir les droits de l’homme et la liberté de religion.

 

Je vous remercie de votre sympathie face au destin de notre peuple marqué par la souffrance. Je vous en prie, rapportez ce qui se passe dans notre pays à vos gouvernements, vos partis politiques, vos institutions publiques, vos Églises et vos mosquées.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents