fbpx
X
Faire un don

COMMUNIQUÉ DE PRESSE            Pour diffusion immédiate

Montréal, 15 octobre 2015

 

Persécuté et oubliés

Le christianisme, en voie de disparition au Proche-Orient ACN-20151009-30448

Königstein/Surrey/Montréal : La foi chrétienne disparaît du Proche-Orient. C’est ce qui ressort du nouveau rapport consacré à la question de la persécution religieuse, publié mardi par l’organisme international Aide à l’Église en Détresse (AED).

 

Par exemple, Persécutés et oubliés? Un rapport sur les chrétiens opprimés en raison de leur foi, 2013-2015 en arrive à la conclusion que d’ici cinq ans, tous les chrétiens d’Irak pourraient avoir disparu si l’exode des fidèles se poursuit à son niveau actuel.

 

En Syrie, le taux d’émigration augmente encore plus rapidement. Ainsi, le nombre de croyants chrétiens, qui se situait à 1,25 million avant le début de la guerre en 2011, a chuté aujourd’hui pour n’atteindre que 500 000 personnes. Le rapport estime qu’il s’agit d’un « nettoyage ethnique à motivation religieuse » des chrétiens, par des groupes terroristes islamistes, notamment en Irak et en Syrie. Une situation qui s’observe également dans certaines régions d’Afrique.

 

Au Canada, le rapport sommaire est disponible dès aujourd’hui, d’abord en anglais en format PDF :  Cliquer ici. La traduction française est prévue pour le mois de novembre, et sera disponible sur le site canadien de l’organisation, et uniquement en format PDF. Pour le rapport complet, contacter directement le bureau canadien de l’AED au 514-932-0552, poste 221 ou 224.

 

Persécution religieuse : « extrême » dans au moins dix pays

 

Basé sur différents rapports et des témoignages, Persécutés et oubliés? s’intéresse particulièrement aux pays du Proche-Orient, mais aussi à la Chine, l’Égypte, l’Érythrée, le Nigéria, la Corée du Nord, le Pakistan, le Soudan et le Vietnam. Le rapport conclut que la situation des chrétiens s’est détériorée depuis 2013 dans 15 des 19 pays observés.

 

De plus, la persécution est classée comme étant « extrême » dans dix pays – plus de la moitié des pays observés – c’est-à-dire quatre pays de plus que durant la période de la dernière édition du rapport qui couvrait les années 2011-2013.

 

Tandis que l’islamisme est considéré comme la menace majeure, le rapport Persécutés et oubliés? mouture 2015 relate également de problèmes croissants causés par d’autres groupes religieux extrémistes – des formes militantes d’hindouisme, de judaïsme et de bouddhisme –, sachant que le nombre d’agressions et leur cruauté augmentent.

 

Selon le rapport, ce sont surtout les régimes totalitaires qui exercent une pression croissante sur les Églises. Les chrétiens d’Érythrée et du Vietnam sont confrontés à des menaces sérieuses. En outre, il est constaté que dans de nombreux cas, les chrétiens sont moins persécutés en raison de leur croyance qu’à cause des relations présumées qu’ils sont censés entretenir avec l’Occident, vue comme une association entre les fidèles et le colonialisme.

 

Le pape François soutient l’initiative

 

John Pontifex, directeur du service d’information de l’AED en Grande-Bretagne et éditeur du rapport, estime que c’est une « lecture choquante dans une époque troublante ». « Un génocide culturel des chrétiens est en train d’effacer de grands pans la présence des fidèles chrétiens au Proche-Orient, berceau originel de l’Église. »

 

Il estime que le rapport « est très loin de donner toute la faute auprès de l’islam extrémiste. Il révèle plutôt que la racine de nombreux problèmes se situe dans des groupes religieux extrémistes, non musulmans et nationalistes, ainsi que dans le contexte historique de régimes communistes totalitaires. »

 

Selon le rapport, perdre la population chrétienne du Proche-Orient représenterait un véritable coup de poing pour la collectivité, car les fidèles agissent comme autant de bâtisseurs de ponts dans des sociétés de plus en plus fragmentées.

 

En août dernier, avant même d’avoir reçu un exemplaire du rapport, le pape François a indiqué – par son Secrétaire d’État – soutenir la publication de Persécutés et oubliés?

«Sa Sainteté apprécie grandement les efforts de tous ceux qui étaient impliqués dans la réalisation de ce rapport et qui dévoilent aux yeux du monde toutes les vicissitudes et la souffrance des chrétiens persécutés en raison de leur foi », a indiqué dans une lettre le cardinal secrétaire d’État du Vatican, S.E. Mgr Pietro Parolin.

Il y est indiqué que le « Pape prie afin que les responsables politiques s’efforcent intensément d’éradiquer les discriminations et la persécution religieuses non seulement dans leurs propres pays, mais aussi de rechercher des voies de plus en plus efficaces pour promouvoir une coopération internationale afin que ces offenses contre la dignité humaine et la liberté de religion soient surmontées ».

 

Enfin, en avant-propos, Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque grec melkite d’Alep en Syrie, écrit : « Nous sommes confrontés à l’un des plus grands défis de notre histoire deux fois millénaire. »

 

« Malgré nos problèmes ici au Proche-Orient, nous entreprenons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider ceux qui manquent de nourriture, de vêtements et d’autres choses d’importance vitale. »

 

En tant qu’organisation internationale de charité qui apporte son soutien aux chrétiens persécutés et souffrants, l’AED accorde ses priorités à l’aide d’urgence et au soutien pastoral des fidèles déplacés et en fuite du Proche-Orient. « Avec la grâce de Dieu et le soutien continu d’organisations caritatives telles que l’AED, nous pouvons satisfaire aux besoins urgents de nos semblables », indique encore Mgr Jeanbart.

 

Voir le sommaire de Persecuted and forgotten?

. Cliquer ici pour demander une copie complète, dans la section « Informations concernant une publication » de notre site web.

 

Articles récents