X
Faire un don

Pakistan : la Haute cour de Lahore, défavorable à Maira

La campagne visant à libérer une jeune fille chrétienne de 14 ans des griffes d’un homme qui l’a enlevée,retenue en otage et mariée de force dans sa maison au Pakistan prend une tournure inattendue, après que la Haute cour de Lahore ait pris une décision défavorable à la jeune fille et sa famille.

Mardi le 4 août dernier, le juge Raja Muhammad Shahid Abbasi a annulé le jugement rendu la semaine précédente par la Cour de district et de session de Faisalabad, qui avait ordonné que Maira Shahbaz, 14 ans, soit retirée de la maison de Mohamad Nakash et placée dans un refuge pour femmes et jeunes filles, en attendant des enquêtes complémentaires.

L’accusée, Mohamad Nakash, affirme avoir épousé Maira et, malgré les preuves invalidant le certificat de mariage et montrant qu’elle est bel et bien mineure, la Haute cour de Lahore a statué en faveur de l’homme, déclarant même que l’adolescente a maintenant embrassé l’Islam.

Des témoins ont déclaré que Maira était en larmes au tribunal et qu’ensuite sa mère, Nighat, manifestement ébranlée, a refusé de parler à l’Aide à l’Église en détresse (AED), l’organisation caritative catholique qui suit de près l’affaire.

Au Pakistan, « aucune fille chrétienne n’est en sécurité »

L’amie de la famille et avocate Lala Robin Daniel a déclaré «Avec cette décision, aucune fille chrétienne au Pakistan n’est en sécurité.» L’avocat qui a représenté Maira au tribunal, Khalil Tahir Sandhu, a déclaré à l’AED : «C’est incroyable. Ce que nous avons vu hier, c’est un jugement islamique. [Pourtant], les arguments que nous avons avancés étaient très forts et convaincants.»

Dans la salle d’audience, M. Tahir Sandhu a présenté en détail 11 arguments à l’appui de sa cliente, dont le plus important est un certificat de naissance officiel montrant que Maira n’avait que 13 ans en octobre dernier, le mois de son prétendu mariage avec M. Nakash. M. Tahir Sandhu a également fait valoir que le certificat de mariage était un faux, présentant des preuves incriminantes à propos du document donné par l’ecclésiastique musulman lors du mariage.

L’avocat a également cité la loi pakistanaise pour montrer que, Maira étant mineure, elle ne peut changer de religion qu’avec l’autorisation de sa mère. M. Tahir Sadhu a déclaré : «J’ai été tellement bouleversé au fur et à mesure du déroulement de la procédure que j’ai craint qu’on me demande de quitter la salle d’audience.» L’avocat a déclaré qu’il fera appel de la décision, d’abord devant la Haute cour de Lahore et, en cas d’échec, devant la Cour suprême du Pakistan.

Recent Posts