fbpx
 
05 Fév 2020, by Mario Bard in Nigeria, Persecution of Christians

Nigeria
L’AED pleure Michael Nnadi, séminariste assassiné

Par Maria Lozano, ACN-International
Adaptation : Mario Bard, AED Canada
Publié sur le web le 5 février, 2020

Michael Nnadi, 18 ans

C’est avec consternation et une grande tristesse que l’oeuvre de charité pontificale internationale Aide à l’Église en Détresse a reçu la nouvelle de l’assassinat du jeune séminariste Michael Nnadi. Avec trois autres étudiants, ce jeune homme de 18 ans avait été enlevé par des inconnus le 8 janvier 2020 au séminaire du Bon Pasteur (Good Shepherd) dans la ville de Kaduna, dans le nord du Nigeria. Alors que ses trois collègues ont été libérés les uns après les autres, Michael Nnadi a été retrouvé mort le samedi 1er février 2020.

 

« C’est le cœur lourd que je dois vous informer que notre cher Michael Nnadi a été assassiné par des bandits. Lui ainsi que l’épouse d’un médecin, ont été séparés du groupe de manière arbitraire et tués », a écrit à l’AED Mgr Matthew Kukah, évêque de Skokoto, diocèse d’origine des personnes assassinées. Selon les médias locaux, la deuxième personne tuée était l’épouse d’un médecin basé à Kaduna. Elle et ses deux enfants avaient été enlevés par des hommes armés le 24 janvier.

« Je suis choqué par l’ampleur de ce déchaînement du mal. Je suis profondément attristé par la nouvelle du meurtre brutal de ce jeune homme innocent », a déclaré le président-exécutif de l’AED, Thomas Heine Geldern.

« Les communautés locales ont fait preuve d’une foi et d’une confiance en Dieu admirables », estime M. Heine Geldern. Mgr Kukah a d’ailleurs conclu son message dans le même esprit. « Le Seigneur est celui qui sait le mieux. Restons forts ». Il considère que la tâche et la mission de l’AED  est d’assister par la prière et l’action l’Église nigériane sur son chemin de croix.

Mgr Matthew Kukah, évêque de Skokoto

« Mais en même temps, le monde doit se réveiller. Le gouvernement nigérian est confronté à un énorme défi : l’insécurité est aussi grande qu’elle l’était pendant la guerre civile. Le Nigéria est une nation multiconfessionnelle et multiethnique. La sécurité doit être assurée pour tous », estime Thomas Heine Geldern.

 

« Son seul crime était son désir de servir Dieu »

L’un des professeurs du séminaire de Kaduna, qui souhaite rester anonyme, a déclaré à l’AED : « Michael était un jeune séminariste doué. C’était un orphelin qui avait été élevé par sa grand-mère. Il y a à peine quelques semaines, après un an de préparation spirituelle, il avait fait sa prise de soutane. Il semble que son seul crime ait été son désir de servir Dieu. Les forces de sécurité et le gouvernement l’ont laissé tomber ».

Deux des séminaristes enlevés avec Michael avaient été libérés le 31 janvier. Deux semaines plus tôt, une autre victime de cet enlèvement, qui souffrait de problèmes de santé, avait été retrouvée sur une route de campagne. Les enlèvements sont monnaie courante dans l’État fédéral de Kaduna. Selon le Conseil pour les relations extérieures du Nigeria, (Council on Foreign Relations), un groupe de réflexion indépendant basé aux États-Unis, 114 personnes y ont été enlevées rien qu’en janvier 2020, soit le chiffre le plus élevé dans tout le Nigéria.