X
Faire un don

Népal – « Une scène plus qu’effrayante »

Népal

« Une scène plus qu’effrayante  »

Montréal/Katmandou – mercredi 29 avril, 2015 – Dans un message adressé à l’Aide à l’Église en Détresse le lundi 27 avril dernier, Mgr Paul Simick, évêque catholique du Népal a décrit le  tremblement de terre catastrophique qui a secoué le pays, tout en admettant la chance qu’il a eue de survivre. Mgr Simick a déclaré avoir vu les maisons tomber comme un jeu de cartes  et les gens courir dans tous les sens pour sauver leur vie. « C’était une scène plus qu’effrayante », a-t-il précisé.

Et l’évêque d’ajouter : « J’ai moi-même dû courir pour sauver ma vie. » Mgr Simick qui est basé à Katmandou, la capitale, a poursuivi : « Il vient tout juste d’avoir une nouvelle secousse du séisme et j’ai dû courir loin de mon bureau. Ces secousses ont effrayé les gens si bien qu’ils ont quitté leurs maisons et dressé des tentes en toile dans les rues et les champs. »

Difficile d’évaluer précisément la situation

Tout en spécifiant que les estimations les plus récentes indiquaient plus de 4 000 morts, l’évêque a ajouté que des reportages de la radio locale avaient prédit une hausse de ce nombre, car on retrouvait encore des corps.  Il a continué : « J’ai vu des animaux tués par la chute d’une étable et de murs en pierre ainsi que des glissements de terrain après la secousse ressentie partout dans la colline où je me trouvais. »

Puis, en décrivant les effets dévastateurs du tremblement de terre sur la petite communauté catholique du Népal qui ne compte que 10 000 nepalffidèles, il a précisé : « Ici, dans la ville de Katmandou, beaucoup de familles catholiques ont des fissures dans leur maison, voire des dommages très importants. »

Compte tenu des problèmes de communications, Mgr Simick a souligné qu’il était difficile d’évaluer la situation sur le terrain, tout en décrivant l’effet paralysant qu’occasionnaient les routes impraticables, l’absence de vols locaux et le fait que des communautés entières étaient encore coupées du monde.

L’évêque a invité les gens à la prière : « Je voudrais également demander le soutien de votre prière pour les familles des victimes qui ont perdu des êtres chers, pour les personnes encore manquantes et celles qui sont gravement blessées. »

Relatant les souffrances de la communauté catholique, il a décrit comment certains fidèles avaient perdu la vie dans un poste de missions qui n’a pu être atteint qu’après trois jours de marche. « Lundi, un hélicoptère a survolé voir les lieux, mais à cause du mauvais temps, il n’a pas pu atterrir et les pilote n’ont rien vu. Cependant, beaucoup de nos églises, écoles, couvents et autres établissements ont des dommages. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents