fbpx
X
Faire un don

Mozambique : « La guerre ne fait que des perdants, mais ceux qui souffrent le plus, ce sont les plus pauvres ».

« Ici, nous vivons une guerre qui dure déjà depuis trois ans. Elle a commencé par une attaque contre un poste de police, puis s’est propagée aux villages éloignés, en passant par les plus grands villages jusqu’à atteindre les centres des villes. Quatre villes ont déjà été pratiquement vidées. À ce jour, cette guerre a tué plus de deux mille personnes et nous avons maintenant plus d’un demi-million de personnes déplacées ».

C’est par ces propos que commence l’entrevue accordée à l’Aide à l’Église en Détresse (AED) par Mgr Luiz Fernando Lisboa. Ce Brésilien est aujourd’hui évêque du diocèse de Pemba, dans la province de Cabo Delgado dans le nord du Mozambique, où un groupe terroriste poursuit ses attaques.

Quelques minutes avant l’entretien (tenu le 24 novembre dernier), Mgr Lisboa a reçu une autre triste nouvelle de Nangololo, où se trouve la Mission du Sacré-Cœur. « La deuxième mission la plus importante du diocèse vient d’être totalement détruite : l’église, le presbytère, le couvent des religieuses, la radio communautaire et le dispensaire. Tout a été totalement dévasté. Les gens avaient déjà fui la mission pour se cacher dans la forêt, dans d’autres villes, et ici à Pemba. Nous aidons beaucoup de gens, afin qu’ils puissent aller dans des endroits plus sûrs ».

Aider les autres est devenu la priorité de Mgr Lisboa ces dernières années : « Plus d’un demi-million de personnes déplacées qui ont besoin de tout ! Nourriture, vêtements, médicaments, matériel pour cuisiner, assistance, un endroit où vivre, tout. C’est une guerre qui nous a tous fait beaucoup souffrir ». L’Église catholique est très présente dans la région depuis le début du conflit, pour aider et dénoncer. « L’Église a prêté sa voix pour être la voix des pauvres, de ceux qui n’ont pas voix au chapitre, de ceux qui n’ont pas la possibilité de se tenir face à une caméra, comme je le fais maintenant, et de parler. C’est le premier objectif : parler, montrer la réalité. L’Église a travaillé par l’intermédiaire de Caritas, qui est son bras humanitaire, pour répondre à cette situation d’urgence que nous traversons ».

« Est-ce trop demander que de réclamer la paix ? »

L’évêque de Pemba est devenu la principale voix de la dénonciation de ce qui se passe dans le Cabo Delgado : « L’Église est attachée à la vérité, parce que nous suivons Jésus qui a dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie. Tous les missionnaires sont unis. Nous travaillons tous pour atténuer cette crise humanitaire, aller à la rencontre des plus vulnérables, essayer de faire quelque chose pour réduire la souffrance. Nous n’avons pas peur parce que nous disons la vérité. Ce dont nous parlons ici, c’est ce dont parle si souvent le Pape François : nous voulons sauver la dignité humaine, nous voulons la justice sociale, nous voulons que les droits de la personne soient respectés, nous voulons que les gens vivent en paix. Ce n’est pas trop demander.

Ces volontés figurent dans les constitutions de tous les pays, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans la Bible elle-même et dans le Coran. Ce que nous demandons en tant qu’Église, c’est la paix. Est-ce trop demander que de réclamer la paix ? C’est le travail de l’Église. Pendant que nous prions, nous agissons aussi. Nous allons à la rencontre des gens, nous sommes des militants de la paix. La paix, il faut la bâtir, et il est important d’impliquer la population, non seulement les habitants du Mozambique, mais aussi la communauté internationale. Derrière chaque guerre, il y a des responsables. En cas de guerre, il n’y a pas de vainqueurs, nous sommes tous perdants, mais il y a aussi des gens qui en profitent. Ils pensent qu’ils sont gagnants parce qu’ils en profitent, mais ce sont aussi des perdants ».

Une guerre dont sont victimes chrétiens et musulmans

Quant aux raisons du conflit, l’évêque de Pemba voudrait préciser qu’il ne s’agit pas simplement d’une guerre contre les chrétiens : « Les chrétiens ne sont pas la principale cible des terroristes. De nombreuses églises chrétiennes importantes comme celle que j’ai mentionnée, celle de la mission de Nangololo, ont été incendiées. L’église historique de Mocímboa da Praia ainsi que de nombreuses chapelles rurales ont été incendiées, mais des mosquées ont également été brûlées. Des catéchistes, des animateurs communautaires et deux religieuses ont été tués, mais un chef musulman et d’autres leaders ont également été tués. Ce n’est donc pas une guerre contre les chrétiens. Les chefs religieux ici, dans le Cabo Delgado, au Mozambique, entretiennent de bonnes relations et il n’y a jamais eu de problèmes entre nous ».

La plus grande préoccupation de l’évêque est que « ce terrorisme fait souffrir notre peuple et a différé la réalisation des rêves de beaucoup de gens. Avant, nous souffrions déjà de la faim à certains moments de l’année, mais depuis trois ans, beaucoup de gens ne cultivent plus la terre, c’est pourquoi la faim va certainement augmenter. La guerre ne fait que des perdants, mais ceux qui souffrent le plus, ce sont les plus pauvres ».

L’AED se mobilise également pour aider les victimes du conflit du Cabo Delgado. Depuis le début des attaques en 2017, l’AED a contribué à diffuser ce qui se passe là-bas. Elle fournit également une aide concrète à travers plusieurs projets d’aide d’urgence.

Le Christ de Rio : en rouge pour le Mozambique

Le 25 novembre, l’AED a illuminé en rouge le Christ Rédempteur, au Brésil, pour faire mémoire des victimes des attentats au Mozambique et envoyer un message d’espérance à la population : « Ce que le peuple mozambicain désire le plus, c’est la paix. Le Mozambique a déjà connu deux guerres, et ici, dans le Cabo Delgado, nous en subissons une troisième. Les gens sont fatigués, ils souffrent beaucoup de cette guerre. Le peuple de la province du Cabo Delgado, au Mozambique, veut la paix, aspire à la paix. Nous vous sommes reconnaissants pour cette solidarité mondiale avec nous, et l’illumination du Christ Rédempteur pour rappeler tous nos morts, et pas seulement les chrétiens mais toutes les victimes de cette guerre-ci et des autres. Cette solidarité nous aide à combattre l’indifférence qui se répand souvent. Nous ne devons pas être indifférents à la souffrance, à la douleur et à la mort de tant de nos frères et sœurs ».

Nous vous sommes reconnaissants pour cette solidarité mondiale avec nous, et l’illumination du Christ Rédempteur pour rappeler tous nos morts, et pas seulement les chrétiens mais toutes les victimes de cette guerre-ci et des autres.

Mgr Lisboa envoie aux bienfaiteurs de l’AED un message de gratitude pour toute l’aide reçue : « Je remercie de tout cœur tous les bienfaiteurs de l’AED. Dans le diocèse de Pemba, et avant même la guerre et le cyclone Kenneth, nous étions déjà soutenus par l’AED qui nous aidait, y compris spirituellement, pour la formation des futurs prêtres et des religieuses, et nous soutenait en finançant des moyens de transport pour nos missionnaires. En cette période d’urgence, due à la guerre, l’AED a déjà approuvé des projets d’aide d’urgence. Alors merci beaucoup. Que Dieu bénisse profondément toute personne qui collabore à cette authentique œuvre missionnaire. Merci beaucoup, que Dieu vous bénisse ».

Articles récents