fbpx
X
Faire un don

Syrie

Appel de Mgr Chbeir à la suite des carnages

 

Tartous_Maronite Cathedral_Maronite Bishop Geroges Chbier
Tartous -Évêque maronite Chbier

 

En entrevue avec Aide à l’Église en Détresse, l’évêque maronite de Lattaquié a décrit les efforts désespérés que lui et sa communauté chrétienne font afin de prendre en charge les blessés et les mourants, à la suite des multiples attaques perpétrées par l’État islamique (ÉI) à Tartous et Jableh, qui ont fait jusqu’à maintenant plus de 200 morts et près de 650 blessés.

 

Mgr Antoine Chbeir a souligné que les attaques du lundi 23 mai dernier dans son diocèse étaient les premières de ce genre dans cette zone où des Syriens déplacés sont rassemblés par centaines de milliers, l’un des derniers endroits sûrs du pays. L’évêque a décrit les efforts désespérés du clergé et d’autres membres du diocèse pour aider les blessés et les mourants, précisant qu’hier (mardi 24 mai) ses prêtres ont commencé à enterrer les morts.

 

En entrevue téléphonique, Mgr Chbeir a déclaré : « Nous essayons d’aider les gens et de prendre soin des blessés. C’est une situation très dramatique, et lorsque la catastrophe a frappé, nous nous sommes demandé si nous pourrions y faire face. À l’heure actuelle, nos prêtres et notre personnel sont sur place. Ils rendent visite aux gens, dont beaucoup ont une jambe cassée et des plaies profondes, sans oublier de mentionner les conséquences psychologiques. »

 

1 Syria ChbeirNouvel exode?

 

Dans cette zone contrôlée par le gouvernement, qui est restée presque totalement indemne malgré cinq années de guerre, l’évêque averti que les attaques sur ces deux villes côtières, attribuées à l’État islamique, pourraient provoquer une augmentation du nombre de personnes fuyant la Syrie. Selon l’évêque, il y a eu cinq explosions mardi, à Jableh, tuant 110 personnes et en blessant 340 autres, en plus de quatre autres explosions qui ont eu lieu vers 9 h 30 du matin, faisant plus de 100 morts et 300 blessés.

 

Mgr Chbeir se trouvait à moins de trois kilomètres des explosions, à son domicile. « Ces attaques sont les premières que nous ayons subies ici, au cours de cette période de guerre, et elles auront des conséquences dramatiques. S’il n’y a pas de zones de sécurité en Syrie, les gens quitteront le pays – sans doute pour de bon… Beaucoup d’entre eux partiront par la mer », estime-t-il. L’évêque a évoqué le profond besoin de reconstruire l’espoir. « Aujourd’hui, nous sommes plus déterminés que jamais à rester en Syrie. À chaque fois que nous aurons un attentat à la bombe, nous ferons tout ce qu’il faut pour rester dans le pays où nous vivons », a-t-il indiqué.

 

L’évêque, qui est un partenaire de premier plan des projets d’Aide à l’Église en Détresse dans la région, a déclaré que sa réponse à la crise repose sur le soutien d’AED aux milliers de personnes déplacées dans la région, laquelle consiste en des vivres, des abris et des médicaments. « Tout d’abord, nous avons besoin d’aide physique et matérielle, juste pour aider les victimes à avoir quelque chose à manger, et pour les aider à prendre soin de ceux qui souffrent le plus », estime Mgr Chbeir.

 

Aide à l’Église en Détresse Canada continue à recueillir les dons pour les déplacés et réfugiés en Syrie. Pour faire un don : 514-932-0552, poste 222, ou encore via l’adresse web suivante : secure.acn-aed-ca.org/fr/

 

« Nous prenons soin de gens, non pas à cause de leur religion particulière, mais parce qu’ils sont des êtres humains. » Il a déclaré que les besoins de la population ont augmenté parce que l’économie syrienne manque de nourriture et d’autres articles de base. « Tartous est en plein marasme. Au cours des deux dernières semaines, la monnaie syrienne a perdu 40 % de sa valeur. L’État syrien n’a aucun revenu. Il ne fait que dépenser. Les sanctions économiques contre la Syrie affectent vraiment la population. » Il a conclu : « En ce mois de mai, nous prions Notre-Dame de nous aider. Merci à Aide à l’Église en Détresse de continuer à nous soutenir. »

 

Transformer ces criminels en êtres humains

 

L’évêque a dénoncé l’attentat, confirmant la rumeur selon laquelle il avait été perpétré par l’ÉI. « Les membres de l’État islamique sont des barbares. Le pire, c’est qu’ils commettent ces horreurs au nom de Dieu. Au nom de Dieu, ils tuent des gens partout dans le monde. » Par contre, l’évêque estime que des représailles ne seraient pas la réponse. « Nous devons appeler à la paix. Nous ne devons pas tuer ces criminels. Nous devons transformer ces criminels en êtres humains qui se soucient de la vie humaine. »

 

D’après des rapports en provenance de la région, l’objectif apparent de l’ÉI était de frapper le régime Assad au cœur de son bastion, lequel est soutenu par la flotte russe toute proche.

 

 

Propos recueillis par John Pontifex, AED International

Adaptation française : Mario Bard, AED Canada

 

 

 


 

 

Articles récents