fbpx
X
Faire un don

Mexique – Sept prêtres assassinés au cours des trois dernières années.

Deux prêtres jésuites mexicains, les pères Joaquín Mora, 78 ans, et Javier Campos, 80 ans, ont été assassinés le 20 juin par des hommes armés à l’intérieur de l’église du village de Cerocahui, dans la chaîne de montagnes Tarahumara, dans l’État de Chihuahua (Mexique). 

Ils donnaient refuge à Pedro Palma, 60 ans, un guide touristique qui fuyait les trafiquants de drogue et qui a également été assassiné. La nouvelle de ces homicides n’a été rendue publique que le lendemain, par crainte de représailles au sein de la communauté locale.

Messe donnée pour les pères Joaquín Mora et Javier Campos, assassinés par un cartel de la drogue mexicain.

Un autre prêtre jésuite, qui a été épargné par les criminels, les a suppliés de laisser les corps des victimes derrière eux, mais ils ont été chargés dans un camion et emmenés, pour être retrouvés deux jours plus tard par les autorités.

Les Jésuites du Mexique ont publié une déclaration déplorant le meurtre de leurs frères et condamnant un autre incident de violence. Ils demandent au gouvernement local et fédéral d’assurer la protection et la sécurité des prêtres, religieux, laïcs et de toute la communauté de Cerocahui.

«Chaque jour, des hommes et des femmes sont tués arbitrairement, comme nos deux prêtres. Les Jésuites du Mexique continueront à s’élever contre cette réalité qui cause tant de tort à la société dans son ensemble. Nous resterons et continuerons à travailler pour la mission de justice, de réconciliation et de paix, à travers notre travail pastoral, éducatif et social », déclare l’ordre.

Selon la presse internationale, le principal suspect de ce crime est José Noriel Portillo, connu sous le nom d’El Chueco, qui est présumé être le chef régional de Los Salazar, un groupe armé lié au cartel de Sinaloa.Il opère dans les montagnes du sud de Chihuahua. La police offre une récompense de 250 000 dollars pour toute information sur sa localisation.

La Conférence de l’épiscopat mexicain a également publié la déclaration suivante : « Nous sommes unis dans la prière avec la Compagnie de Jésus au milieu de tant de morts et de crimes que vit ce pays et nous condamnons publiquement cette tragédie et demandons une enquête rapide, ainsi que la sécurité de la communauté et de tous les prêtres du pays. »

Le diocèse local de Chihuahua affirme que ce crime est particulièrement douloureux « puisqu’il s’agit de deux frères prêtres qui remplissaient leur devoir pastoral de protection et de défense de la vie. Cette violence a atteint des niveaux alarmants qui nous poussent à la conversion et au changement, pour être des artisans de paix, toujours en faveur de la vie ».

S’exprimant à la fin d’une audience générale à Rome, le pape François a également exprimé sa tristesse face à ce crime. « Tant de meurtres au Mexique ! Encore une fois, je répète que la violence ne résout jamais les problèmes, elle ne fait qu’augmenter les souffrances inutiles. »

Les deux prêtres assassinés le 20 juin dernier.

Sept prêtres assassinés depuis 2019

Selon le père Omar Sotelo, directeur du Centro Católico Multimedial (CCM), qui fait une recension de ces crimes, le Mexique reste l’un des pays les plus dangereux au monde où être prêtre. Depuis l’entrée en fonction du président actuel, Andrés Manuel López Obrador, en décembre 2018, au moins sept prêtres ont été assassinés.

Selon le CCM, le père José Guadalupe Rivas Saldaña a été assassiné le mois dernier, son corps ayant été retrouvé dans une ferme près de l’hôtel Hacienda Santa Verónica, à Tecate, en Basse-Californie. Le 30 août 2021, le père José Guadalupe Popoca Soto, curé de l’église San Nicolás de Bari, à Galeana, Morelos, a été tué. Le 12 juin 2021, le franciscain Juan Antonio Orozco Alvarado s’est retrouvé entre les feux de deux gangs rivaux dans la communauté de Mezquital, Durango, et le 28 mars 2021, le corps du père Gumersindo Cortés González, qui travaillait dans le diocèse de Celaya, Guanajuato, a été retrouvé. La première de ces sept victimes, le père José Martín Guzmán Vega, de la paroisse Cristo Rey de la Paz, dans le diocèse de Matamoros, Tamaulipas, a été assassiné le 23 août 2019.

L’œuvre de charité pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) dénonce ces trois assassinats récents qui endeuillent à nouveau la communauté catholique au Mexique et réaffirment le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde 2021, qui indique que les pires violations à la liberté religieuse an Amérique latine continuent d’avoir lieu dans les pays ayant un historique de violations des droits humains.

Articles récents