fbpx
X
Faire un don

Nouvelles de l’AED : Beyrouth, Liban Jeunes porteurs de miséricorde  

 Le dispensaire Saint-Antoine, la Roueissat Jdeideh, Liban. Dirigé par Soeur Hanan Youssef (Soeur du Bon Pasteur), rencontre les réfugiés de l’Irak et de la Syrie avec Robert Lalonde (alors avec l’AED Canada – 2014). Aide au dispensaire de Saint-Antoine, 2014.

 Nourriture, vêtements et médicaments en demande urgente à Beyrouth

Des milliers de jeunes bénévoles chrétiens sont sur le terrain à Beyrouth pour apporter une aide d’urgence, alors que le Liban se remet de l’explosion qui a déchiré le cœur de la capitale.

Dès après l’explosion de mardi (4 août), les écoles, les couvents et les paroisses se sont transformés en refuges. Dans une entrevue avec l’Aide à l’Église en Détresse (AED), Mgr Toufic Bou-Hadir, directeur de la Maronite Patriarchal Commission for Youth, a décrit comment des équipes de jeunes ont commencé à dégager les débris et ont offert leur aide, ainsi que des médicaments, des vêtements, des couvertures et de la nourriture en forte demande.

Le prêtre a souligné la réaction « étonnante » des jeunes face ce qu’il a appelé « une apocalypse » lors de laquelle 300 000 familles ont été déplacées. L’organisme caritatif catholique va fournir de la nourriture à 5 000 familles touchées par l’explosion.

Tragédie et recherches désespérées

Mgr Bou-Hadir, un partenaire de projet de l’AED, a souligné le calvaire des personnes qui tentent désespérément d’obtenir des nouvelles de leurs proches disparus et le traumatisme que représente l’identification des défunts à partir des corps gravement défigurés qui sont placés dans une morgue de fortune.

Alors que le quartier Achrafieh de Beyrouth, à majorité chrétienne, est le plus dévasté par l’explosion, le prêtre a raconté que le corps d’un jeune maronite nommé Joe, âgé de 25 ans, a été découvert au fond des décombres, tenant une croix.

Mgr Bou-Hadir a déclaré que la jeunesse catholique a toujours résisté aux appels à quitter le pays, disant qu’il devait, comme l’a dit Joe, rester pour « arroser le cèdre », le symbole national du Liban. « Maintenant, Joe a arrosé le cèdre avec son sang », a ajouté le prêtre.

Un pays sans défense, complètement dépendant de l’aide internationale

Mgr Bou-Hadir et Sœur Hanan Youssef, partenaire de projet de l’AED à Beyrouth, ont tous deux souligné les conséquences de l’explosion sur la population, affirmant qu’elle était totalement dépendante de l’aide internationale, car la crise économique ayant cours au Liban a paralysé le pays.

Sœur Hanan a déclaré à l’AED : « J’ai survécu à 15 ans de guerre civile et pourtant je ne pouvais pas imaginer qu’une chose aussi horrible puisse arriver à notre peuple. Plus que jamais, le peuple a besoin d’aide. Nous sommes si reconnaissants des prières et du soutien de nos chers amis de l’AED. »

 Le soutien des bienfaiteurs de l’AED à travers le Liban et ailleurs dans la région est absolument vital pour maintenir une présence chrétienne au Moyen-Orient, parmi les souffrances engendrées par les conflits, la violence, les bouleversements et la tragédie.

URGENCE AU LIBAN

Articles récents