X
Faire un don

Liban – La plus grande communauté chrétienne du Moyen-Orient en crise

À l’approche de la rencontre historique avec le Pape à Rome, la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient est en péril.

La crise économique et politique au Liban, où vit la plus grande communauté chrétienne du Proche-Orient, s’est aggravée à l’approche d’une rencontre historique, le 1er juillet, entre le Pape François et des responsables chrétiens du pays.

Dans le quartier chrétien de Hazmieh (dans la ville de Beyrouth), les voitures se pressent autour d’une station-service qui manque d’essence tous les jours en début d’après-midi, après que les conducteurs aient enduré deux heures d’attente.

Cette semaine, la monnaie du pays a plongé à un niveau plus bas historique de 17 000 livres libanaises pour un dollar américain, après avoir perdu 90 % de sa valeur depuis le début de la crise économique en 2019.

Église de Saint Sauveur après l’explosion du port du 4 août à Beyrouth.
Les réparations de l’église sont soutenues par l’AED

La colère croissante contre le gouvernement a été exacerbée par une crise pétrolière. Une pénurie des réserves de change nécessaires pour importer du carburant a forcé de nombreux Libanais à se réveiller à 3 heures du matin pour faire la queue dans les stations-service, de telles scènes rappelant plus le Venezuela que l’un des pays les plus prospères de la région.

Un refuge pour les chrétiens persécutés

Pendant des années, le Liban s’est distingué au Moyen-Orient comme étant un refuge pour les chrétiens. L’islam n’y est pas religion d’État, et un accord informel impose même que le Président soit un catholique maronite. C’est pourquoi il a accueilli des milliers de réfugiés chrétiens qui fuyaient les persécutions en Irak ou en Syrie.

« Au fil du temps, alors que nous assistions à une montée de l’extrémisme dans d’autres pays, le Liban est resté un endroit où les chrétiens et les musulmans pouvaient vivre ensemble, être éduqués ensemble, travailler ensemble, et nous aimerions que cela continue », a déclaré Regina Lynch, directrice des projets de l’Œuvre catholique de bienfaisance Aide à l’Église en Détresse (AED).

Regina Lynch, Directrice de projet de l’AED, lors de la
conférence de presse sur le Rapport sur la liberté religieuse 2021, Berlin, avril 2021.

Mais aujourd’hui, son statut de refuge des chrétiens est menacé. La crise monétaire a été exacerbée non seulement par les retombées économiques de la pandémie, mais aussi par l’impact d’une explosion l’année dernière à Beyrouth, l’une des plus puissantes explosions non nucléaires jamais enregistrées. Cette explosion a décimé les quartiers à majorité chrétienne entourant la zone portuaire de Beyrouth, tuant au moins 200 personnes. Près de 100 000 bâtiments ont été détruits et plusieurs centaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri d’un seul coup.

Explosion du 4 août dernier.

« Les écoles catholiques sont menacées de fermeture. Les établissements catholiques tels que les hôpitaux et les cliniques luttent pour survivre, et même pour trouver les fonds dont ils ont besoin pour acheter le matériel médical et les médicaments nécessaires. Le Liban est donc maintenant en phase terminale », a déclaré Regina Lynch.

L’exode des chrétiens du Liban et le sommet de l’espérance

C’est dans ce contexte que le Pape François a annoncé la tenue d’un sommet le 1er juillet à Rome. Les responsables chrétiens libanais, dont le Cardinal Bechara Boutros Rai, prieront pour trouver des solutions à l’aggravation de la crise du pays. Leur principale prière concerne les dirigeants politiques : le Cardinal Rai a appelé à plusieurs reprises à ce qu’il y ait un nouveau gouvernement ainsi qu’une conférence internationale dirigée par l’ONU pour aborder les problèmes du pays. En l’absence d’un gouvernement régulier en place au cours des 10 derniers mois, la vacance du pouvoir politique a rendu le pays incapable de faire face à ses malheurs — sans parler du Coronavirus. Compte tenu de ces problèmes, les Libanais quittent le pays en masse. Plus de 380 000 libanais, pour la plupart chrétiens, ont demandé des visas aux pays occidentaux depuis le début de la crise.

Non, nous ne quitterons pas, non, nous n’arrêterons pas, non, nous n’abandonnerons pas.

Les chrétiens libanais espèrent également que la rencontre sera l’occasion de réitérer leur demande que le Pape se rende dans le pays. Compte tenu du succès de son voyage en Irak plus tôt cette année, le Pape a exprimé son désir de se rendre dans le pays dès que possible.

Le Père Jad Chlouk, de l’archidiocèse maronite de Beyrouth, a répété la nécessité d’un soutien international il y a quelques jours lors de la présentation des activités annuelles de l’AED.

« Ce qui est important maintenant, c’est l’aide humanitaire pour tous les Libanais », a-t-il déclaré à l’AED. « Les chrétiens vivent des moments difficiles, le doute et la confusion après la pandémie, la crise économique, et en plus de tout cela, l’explosion. Malheureusement, notre pays connaît actuellement une fuite des cerveaux ».
Père Jad Chlouk

Alors que tous les Libanais souffrent, les chrétiens sont particulièrement enclins à émigrer en Occident, où beaucoup d’entre eux ont déjà de la famille au sein de l’importante diaspora libanaise.

« La majorité des chrétiens souffrent de la pauvreté », dit le Père Chlouk. « Les chrétiens ne demandent pas de dons. Nous demandons la stabilité et un pays sûr où vivre. Nous avons besoin d’un environnement sécurisé pour aider nos enfants à grandir au milieu d’une communauté chrétienne soudée ».

« Nous vous demandons, comme l’a fait le Saint-Père, d’exhorter vos gouvernements et la communauté internationale à tenir le Liban à l’écart des conflits dans la région ».

L’Œuvre catholique de bienfaisance Aide à l’Église en Détresse (AED), a apporté un soutien important au Liban dans sa crise actuelle, avec plus de 7,95 millions de dollars d’aide à la suite de l’explosion du port de Beyrouth en août 2020, dont une aide d’urgence et des réparations pour les édifices religieux dans le quartier chrétien historique de la capitale.

Articles récents