fbpx
X
Faire un don
Crédit photo : Ilona Budzbon/Aide à l’Église en Détresse

Lettre de Bethléem

Le Seigneur puisse-t-Il t’offrir Sa paix !

              Noël approche et la joie renaît dans nos cœurs. Ici, à Bethléem, dans la Sainte Nuit, les anges annoncent avec joie aux bergers : « Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » (Luc 2,11-12). En tant que gardien de l’Enfant Jésus, de Marie, sa mère et de saint Joseph, je suis rempli d’émotion et de bonheur de pouvoir contempler les lieux saints et d’avoir l’honneur de m’y tenir. Nous savons que la vie d’aujourd’hui est difficile, que l’avenir paraît sombre et que notre cœur pleure parfois, mais… « Le jour où paraît la vie, il n’y a plus d’espace pour la tristesse ».

      Que s’est-il passé à Bethléem ? Dieu S’est fait enfant, si petit et si pauvre qu’Il reposait sereinement dans une mangeoire. C’est Jésus, le fils de Marie, que nous contemplons dans la Grotte de Bethléem : « C’est ici que la Vierge Marie a donné naissance à Jésus ». « Nous L’avons vu de nos yeux », nous L’avons « contemplé », « nous L’avons touché de nos mains », et « nous vous écrivons cela afin que votre joie soit parfaite » (cf. 1re lettre de saint Jean, 1,1-4).

    De Bethléem, mon foyer, je te souhaite en ces fêtes de Noël que tu puisses agir comme Saint François d’Assise qui, chaque Noël, « redevenait enfant avec l’Enfant Jésus » (2Cel/Vita secunda 7,35). Donne une place dans ton cœur à tous les enfants du monde, en particulier « aux enfants innocents de Bethléem et de ses environs », que l’Hérode du moment ne cesse de vouloir éliminer. Au vu du sourire du Divin Enfant, tu comprendras aujourd’hui mieux que jamais auparavant les paroles de Jésus : « Quiconque reçoit en mon nom ce petit enfant me reçoit moi-même » (Luc 9,48).

 

Crédit photo : Ilona Budzbon/Aide à l’Église en Détresse

 

Il est le « Prince de la paix » (Ésaïe 9,6) et nous L’implorons pour qu’Il nous accorde cette paix annoncée par les anges de Bethléem : « … paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime ! » (Luc 2,14) et que nous espérons tant sur terre. Parle aux autres hommes et femmes de ta rencontre avec le Divin Enfant à Noël et fais-toi le témoin de Son amour ! Tu vivras un grand miracle : « L’Enfant-Jésus était, de fait, endormi dans l’oubli au fond de bien des cœurs jusqu’au jour où, par son serviteur François, son souvenir fut ranimé et imprimé de façon indélébile dans les mémoires » (1Cel/Vita prima 30, 86). Il ne servirait à rien de dire que Dieu est devenu homme par la Vierge Marie, « s’Il n’a pas vu le jour en moi », écrit Origène, « s’Il n’est pas également né en mon cœur. ».

 

             Je suis en bonne santé. Je suis très occupé par les pèlerins (en quatre mois, j’ai eu ici 123 rencontres et environ 5 000 pèlerins). Je me réjouis pour eux, même si parfois, je n’ai même pas le temps de souffler parce que je m’occupe d’eux. Ensuite, il y a les autres tâches qui m’ont été confiées en tant que supérieur d’un très grand monastère, l’enseignement n’étant qu’une tâche parmi tant d’autres. Je souhaiterais que l’amour de tous pour Bethléem et le Divin Enfant devienne encore plus grand, et que les pèlerins continuent de venir ici comme cette année, qui fut une année merveilleuse. À présent, je te quitte à nouveau. L’Enfant de Bethléem puisse-t-Il te combler de grâce ! C’est la prière que j’adresse à l’Enfant Jésus et à Sa mère dans la grotte de Noël, lorsque j’y célèbre la sainte messe ; en ces jours, je le fais presque quotidiennement. Puisse la Nouvelle année que nous entamerons bientôt t’apporter santé et bonheur. C’est ce que je te souhaite, à toi et aux êtres qui te sont chers :

 

Joyeux Noël et bonne et heureuse année 2019 !

 

Père Artemio, gardien de l’Enfant Jésus.

 

Crédit photo : Ilona Budzbon/Aide à l’Église en Détresse

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents