fbpx
X
Faire un don

Le directeur national d’Aide à l’Église en Détresse pour la Grande-Bretagne est en Égypte. Voici ses derniers deux courriels (traduction rapide):

4/7/2013

Au moment où éclataient les célébrations à la Place Tahrir au Caire hier soir, il y avait de l’espoir chez les chrétiens et apparemment chez la plupart des Égyptiens. Ces espoirs se reflètent dans les propos de Mgr Joannes Zakaria, évêque catholique de Luxor. Hier après-midi, il disait : « Ça prendra beaucoup de temps, mais j’espère que nous pourrons maintenant voir des changements positifs. L’utilisation de la religion en politique ici a été comme dans votre Moyen-âge, il vous en a fallu du temps pour développer votre système démocratique. »

« Nous sommes une Église missionnaire posant des pierres pour le futur, pour notre peuple. C’est le travail du Saint-Esprit », a ajouté Mgr Zakaria. Il a confiance en Dieu, construisant pour les pauvres et pour leur futur. Il a ensuite ajouté : « J’ai confiance en Dieu… et en vos prières et votre aide. Nous prions pour vous ! »

En ce moment crucial – des informations à propos d’attaques contre des églises en région nous sont parvenues pendant la nuit – s’il vous plaît, continuez à prier pour la paix au Moyen-Orient, pour les chrétiens et toute la population.

Merci. Deo Gratias

Nevile Kyrke-Smith
Aide à l’Église en Détresse – Grande-Bretagne

3/7/2013

Hier soir à Luxor, un hélicoptère militaire a survolé la ville – j’ai entendu des Égyptiens crier « Sisi ! Sisi ! » – le nom du chef de l’armée, une sorte de bienvenue à son intervention. Les manifestants se réunissaient en ce soir très chaud. Les pros et les anti-Morsi criaient passant devant la résidence de Mgr Joannes Zakaria, l’évêque copte catholique de Luxor. Plus tard, près du centre de Luxor, j’ai vu des hommes attrapant des bâtons dans une mosquée pour aller se battre, des briques jonchaient la rue et la foule continuait de se rassembler. La police essayait d’intervenir – les gyrophares de leurs véhicules pouvaient être vus à un bout de la rue – et les sirènes des ambulances se faisaient entendre, il y avait des blessés. Les médias locaux ont confirmé qu’il y avait eu des coups de feu de tirés, mais aucun bilan des blessés ou des morts n’a été dressé.

Tristement, c’était la même scène qui se répétait un peu partout en Égypte puisque l’ultimatum pour l’intervention militaire est à 17 h ce soir, mardi le 2 juillet. La majorité veut un changement, la pétition Tamaroud qui a récolté plus de 22 millions de signatures le démontre, tout comme le nombre de manifestants anti-Morsi. Maintenant, le problème est que les musulmans fanatiques ont été mis au pied du mur. Le président Morsi a fait monter la tension d’un cran lorsqu’il en a appelé à ses partisans et a indiqué qu’il était préparé à mourir.

Mgr Zakaria a fermé toutes les lumières en début de soirée et verrouillé les portes. Je lui ai demandé s’il avait un plan de contingence. « Si des gens viennent à ma porte, j’ouvre. Je suis ici pour accueillir tout le monde et parler avec eux. Je suis préparé ! »

En cette fête de St-Thomas, unissons-nous dans la prière pour nos frères et sœurs égyptiens.

Nevile Kyrke-Smith
Directeur national
Aide à l’Église en Détresse – Grande-Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents