fbpx
X
Faire un don

Pakistan: l’archevêque de Lahore aux victimes20100928_001

« Continuons d’aller de l’avant en portant la croix »

 

 « J’ai visité chaque lit et chaque victime, quelle que soit sa foi. Ça a été vraiment difficile, tellement j’ai vu d’enfants d’à peine 4 ou 5 ans, chrétiens et musulmans, tués ou blessés par cette terrible attaque ».

 

C’est ce que Mgr Sebastian Francis Shah, archevêque de Lahore, a déclaré en exclusivité à Aide à l’Église en Détresse (AED), à la suite de l’attentat qui a eu lieu dimanche dans un parc de la capitale de la province pakistanaise du Penjab, à environ 18 h 30, heure locale.

 

Mgr Shah s’est entretenu avec Aide à l’Église en Détresse alors qu’il revenait de l’hôpital où il a rendu visite à quelques-uns des plus de 300 blessés et aux familles des 73 victimes de l’attentat. Parmi ces dernières, il y avait aussi 30 enfants. Mgr Shah confirme que pour la communauté chrétienne du Pakistan, il est d’usage, les jours de fête tels que Pâques ou Noël, de sortir après la messe et le lunch familial, pour faire une promenade dans un parc afin de continuer les festivités.ACN-20160121-34877

 

« Après l’attentat de l’an dernier qui avait visé deux églises chrétiennes du quartier de Youhanabad, nous avions peur qu’une attaque ait lieu. C’est pourquoi le gouvernement avait pris toutes les mesures de sécurité nécessaires pour protéger les églises ; mais personne n’avait pensé au parc.» Dans l’après-midi du Samedi Saint, les autorités locales avaient même organisé une réunion de coordination, afin de discuter des mesures de sécurité nécessaires.

 

Mgr Shah estime probable que la communauté chrétienne ait été la cible des terroristes, mais souligne que parmi les victimes et les blessés, il y avait aussi beaucoup de musulmans (14 chrétiens et 59 musulmans selon les dernières estimations). L’évêque a aussi offert réconfort et consolation à ces derniers. « À mes fidèles, j’ai dit ne pas perdre espoir, parce que même si nous sommes confrontés à une période de graves difficultés, nous devons apprendre à nous relever, comme le Christ a su se remettre debout tout en portant la Croix. Et, tout en portant notre Croix, nous devons réussir à aller de l’avant. Parce que Dieu est et sera toujours avec nous ».

 

Un choix de lieu stratégique

 

Joint à Lahore, Peter Jacob, ancien directeur de la Commission justice et paix du Pakistan, a confirmé à l’AED que les terroristes voulaient faire autant de victimes que possible, et voulait surtout frapper la communauté chrétienne ». Jacob souligne l’engagement accru de l’armée et du gouvernement pakistanais dans la tentative de faire face au terrorisme, et n’exclut pas que le choix du parc de Gulshan-i-Iqbal, non loin de la maison familiale du Premier Ministre Nawaz Sharif, puisse être un message adressé au Premier Ministre. « C’est sa ville, et même son frère, Shahbaz Sharif, vit ici – dit-il. Nous ne pouvons donc pas exclure que les terroristes aient ainsi voulu, d’une certaine manière, envoyer un avertissement aux autorités ».20130312_004

 

L’attentat pourrait être lié aux graves tensions qui ont suivi l’exécution récente de Mumtaz Qadri, lequel avait assassiné en 2011 le gouverneur du Punjab, Salmaan Taseer, « coupable » d’avoir critiqué la loi sur le blasphème. Qadri était considéré par beaucoup comme un héros, précisément parce qu’il avait assassiné un « blasphémateur », raison qui a longtemps retardée son exécution. Après sa mort, il y a eu de nombreuses manifestations dans tout le pays. « Nous ne pouvons exclure un lien, parce qu’entre les manifestants et les terroristes, il y a un une même appartenance idéologique », affirme Jacob.

 

Enfin, dans une déclaration à l’agence d’information religieuse francophone Présence-info, Marie-Claude Lalonde, directrice de l’antenne canadienne d’AED, estime que la différence notable en ce qui concerne les événements de dimanche est que «la police pakistanaise semble prendre la chose très au sérieux, ce qui contraste avec le passé alors que régnait l’impunité».

 


 

Articles récents