fbpx
X
Faire un don

Irak – Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) interpelle la communauté internationale

L’organisme international de charité demande de soutenir l’Irak pour que le pays obtienne la stabilité et le développement économique

Visite du pape François, mars 2021, un signe d’espérance pour toute une génération.

Après avoir soutenu pendant des années la reconstruction de maisons et d’infrastructures, l’œuvre pontificale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) lance un appel urgent à la communauté internationale pour qu’elle contribue à garantir la paix et la stabilité en Irak, conditions nécessaires au développement économique et à la création d’emplois qui aideront les communautés, notamment les chrétiens, à rester dans leur patrie.

L’appel a été lancé par Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l’AED, de retour d’une visite dans le pays.

Des signes d’espoirs après des années très dures

Les dernières décennies ont été très dures pour les chrétiens d’Irak. L’incertitude économique et politique, associée à une persécution à grande échelle qui a culminé avec l’essor de l’État islamique, a conduit à un exode qui a réduit la population chrétienne de plus d’un million à entre 150 000 et 250 000 aujourd’hui.

1er mai 2022 : inauguration de l’école secondaire Al-Tahira. Thomas Heine-Geldern coupe le ruban de cette école majoritairement construite grâce à l’Aide à l’Église en Détresse (AED).

Mais selon M. Heine-Geldern, le sentiment actuel est enfin celui de l’espoir en un avenir meilleur : « Lors de ma visite en 2014, tout le monde avait peur avec l’avancée de l’État islamique, mais le moral ainsi que la coopération et la solidarité étaient excellents. Puis, en 2018, j’ai trouvé la communauté très déprimée. Maintenant, il y a des signes d’espoir, et de nombreuses demandes d’aide pour soutenir le développement du pays, y compris le Kurdistan et les différents villages et villes habités par les chrétiens ».

Le rôle de la communauté internationale est crucial pour aider les institutions irakiennes à garantir la paix et la stabilité économique et politique, et l’AED continuera à veiller à ce que les chrétiens irakiens ne soient pas oubliés, a déclaré M. Heine-Geldern lors d’une conférence de presse en ligne organisée par l’AED le lundi 9 mai dernier.

« Nous continuerons à nous appuyer sur notre expérience en matière de défense des droits, et sur notre bon réseau d’information ainsi qu’avec des politiciens et autres décideurs dans le monde entier, pour nous assurer que la situation des chrétiens en Irak n’est pas oubliée. Nous devons demander à la communauté internationale de soutenir les efforts visant à garantir une plateforme de sécurité, de sûreté et de durabilité. Si nous ne parvenons pas à garantir une norme minimale de sécurité, tous les autres efforts visant à soutenir la paix et le bien-être en Irak deviendront très compliqués. Il doit s’agir d’un effort conjoint de la communauté internationale. Ce n’est que lorsque la situation sécuritaire sera relativement stable que les gens reviendront et investiront en Irak », a déclaré M. Heine-Geldern. 

Des étudiants de l’Université catholique d’Erbil, elle aussi soutenue par l’AED. Ces projets, exceptionnels dans notre mandat, ont pour but de soutenir la présence chrétienne en Irak et le désir de ces jeunes adultes de rester sur leur terre ancestrale et contribuer à l’avenir du pays.

Après des années d’un engagement massif pour aider à reconstruire des maisons dans la plaine de Ninive et un fort investissement dans la brique et le mortier, l’œuvre de charité prévoit désormais se concentrer davantage sur des projets « qui vont permettre à l’Église locale de remplir sa mission en créant des paroisses, en faisant connaitre les enseignements de l’Église, en soutenant les différents prêtres, religieux et religieuses dans ce qu’ils font, et qu’ils font si bien et avec tant d’enthousiasme », mais aussi avec des projets de soutien à l’éducation.

« Comme nous l’avons appris, l’éducation est la clé pour envisager un avenir durable dans cette partie du monde. Les familles sont plus enclines à rester dans leurs villages lorsqu’elles ont accès à l’éducation », affirme le président de l’AED.

Inaugurée au début du mois de mai, l’école secondaire Al-Tahira à Qaraqosh et les bourses d’études pour l’Université catholique d’Erbil sont deux projets dans lesquels Aide à l’Église en Détresse est fortement engagée et sont deux signes bien concrets de cette nouvelle approche.

Déclin inexorable des chrétiens d’Irak ? Non, si la communauté internationale soutient réellement les efforts de l’Irak pour retrouver la santé économique et sociale.

Articles récents