X
Faire un don

Inde – mort d’un défenseur des plus pauvres

Ce « devrait être un signal d’alarme pour la communauté internationale ».

Le père Stan Lourduswamy, prêtre jésuite indien emprisonné pendant plusieurs mois par les autorités indiennes, est décédé lundi 5 juillet 2021 dans un hôpital catholique de Bombay à l’âge de 84 ans, selon ce que rapportent plusieurs  médias internationaux. Plus connu sous le nom de Stan Swamy, le prêtre souffrait depuis quelques temps de la maladie de Parkinson et d’autres troubles liés à son âge. Après son admission à l’hôpital, on lui a également diagnostiqué la Covid-19.

Le père Stan Swamy, Jésuite, est un prêtre Indien catholique. Décédé le 5 juillet dernier à l’âge de 84 ans.

« Nous avons perdu un défenseur intrépide des pauvres et un pasteur catholique inspirant », a commenté Thomas Heine-Geldern, président du conseil exécutif de l’œuvre pontificale internationale Aide à l’Église en Détresse (AED). « C’est inimaginable, le martyre qu’il a été forcé d’endurer durant les derniers mois de sa vie », a-t-il ajouté.

L’après-midi, lorsque le soleil se couche, un garçon se repose avec son chien dans un petit village tribal de l’État de Jharkhand, où les maisons des catholiques sont marquées d’une croix en signe d’identité.

Même les protestations internationales n’ont pas permis d’obtenir un assouplissement de ses conditions de détention. L’AED a fait partie de ceux qui ont lancé un appel en faveur de sa libération. Pendant des mois, selon des témoins, le père Stan n’a pratiquement rien pu manger en prison, en raison de sa maladie de Parkinson. Finalement, (en mai de cette année), après que son état se soit encore détérioré, la Haute Cour de Bombay a accepté qu’il soit transféré dans un hôpital. Une audience de libération sous caution était finalement prévue pour
le 6 juillet – mais le père Swamy n’a pas vécu jusqu’à cette date.

Un homme se tient devant la croix d’un cimetière, dans la campagne de l’État de Jharkhand.

Fausses accusations contre un défenseur des plus pauvres

Le sort de ce prêtre jésuite indien a provoqué une mobilisation et une inquiétude internationale. Le père Swamy a été arrêté en octobre 2020. Les autorités indiennes l’ont accusé d’avoir des contacts avec des groupes maoïstes militants, ce que le jésuite a toujours nié. Le père Stan travaillait depuis des décennies dans l’État de Jharkhand, dans le nord-est de l’Inde, en tant que défenseur des défavorisés et pour la réconciliation entre peuples tribaux.

Une mère et son fils se trouvent dans la première chapelle d’une mission paroissiale,
loin des autres régions catholiques de l’État de Jharkhand.

Le sort du Père Swamy est partagé par de nombreux prêtres, religieux et catéchistes en Inde, selon M. Heine-Geldern : « Nous savons par nos partenaires de projet que de fausses accusations sont souvent portées contre eux afin de les intimider et de perturber leur travail en faveur des minorités ethniques et des dalits (‘intouchables’) », a-t-il expliqué.

Il a ajouté que l’AED est très préoccupée par la tendance croissante du nationalisme hindou en Inde. Cette tendance a également été identifiée dans le Rapport international sur la liberté religieuse dans le monde 2021, publié récemment par l’organisation caritative. « Ce mouvement nationaliste hindou cherche à chasser les autres religions, comme le christianisme, de l’Inde et à faire taire les voix chrétiennes dans le pays », explique le président.. « Au contraire, la souffrance et la mort du Père Stan Swamy devraient maintenant résonner comme un signal d’alarme pour la communauté internationale. La liberté de religion et le plaidoyer en faveur des plus pauvres parmi les pauvres en Inde doivent continuer à être défendus », considère-t-il.

Inde, février 2017 – Une femme chagrinée se repose assise sur un escalier à l’ombre d’un arbre dans l’État de Jharkhand – le visage dans les mains.

Articles récents