fbpx
X
Faire un don

Irak et Jordanie

On ne peut concevoir un Moyen-Orient sans chrétiens
Le nonce apostolique en Irak et en Jordanie

Le Nonce apostolique en Irak et en Jordanie, Mgr Alberto Ortega, a rendu visite, mercredi dernier, au bureau espagnol de l’Aide à l’Église en Détresse. Lors de sa visite à l’œuvre pontificale dans sa ville natale, Madrid, Mgr Ortega a souligné l’importance de cette grande manifestation de prière et de réflexion que le Pape François va célébrer demain, samedi 7 juillet, à Bari en Italie, avec les Patriarches des Églises orientales. À cette occasion sera abordée la situation complexe des chrétiens dans la région.
C’est un geste pour « regarder vers l’orient », a-t-il expliqué, « le lieu où la foi est née, où la paix devrait être vécue et où, pourtant, il y a des conflits. C’est un endroit où les chrétiens sont appelés à jouer un rôle important ».

Pour le Nonce apostolique en Irak et en Jordanie, « l’organisation de cet événement est quelque chose de très beau de par la valeur de la prière qu’il porte, qui est-ce qu’il y a de mieux, et qui plus est, une prière conjointe : les catholiques, les orthodoxes, tous les chrétiens… vont prier ensemble, et indirectement, vont attirer l’attention de la communauté internationale pour soutenir la paix et le développement de ces pays ainsi que la présence chrétienne comme un bien qui bénéficie à tous ».


« Un Moyen-Orient sans chrétiens ne peut se concevoir. Ce ne serait pas le Moyen-Orient, ce serait autre chose, et il est très important de maintenir ce geste qui prouve que des groupes qui ne partagent pas la même foi peuvent vivre ensemble, se respecter et construire un pays ensemble » a ajouté Mgr. Ortega.
Au Moyen-Orient, les chrétiens ont toujours eu la mission « d’être des instruments de paix et de réconciliation, d’unité et de développement. Être des témoins silencieux est une mission, parce que là-bas ils ne peuvent pas prêcher ouvertement la présence du Seigneur ».
Mais « cette mission très simple et très discrète transforme la réalité et touche les cœurs », a-t-il souligné, « et se manifeste à travers les diverses activités de l’Église : écoles, dispensaires, hôpitaux, action caritative de l’Église ».

Un nouveau cardinal: de la joie aussi pour les musulmans

 

Patriarche chaldéen Louis Sako à Rome pour la conférence ‘Retour au racines’ à Rome, Septembre 2017 Photo: Christian Gennari

Mgr Ortega vient de rentrer de Rome après avoir participé au consistoire de création des nouveaux cardinaux, dont le Patriarche chaldéen Louis Sako.
Selon lui, ce geste du Pape François est « un soutien aux chrétiens d’Irak, de tout le Proche-Orient et de toute la région », et la nouvelle de ce geste a été reçue avec beaucoup de gratitude et de joie.
« La nouvelle a été très bien accueillie, non seulement par les chrétiens, mais aussi par les musulmans. De nombreux signes de reconnaissance et de proximité ont été adressés au Patriarche par des musulmans, à commencer par le président irakien, le premier ministre, le ministre des Affaires étrangères, de nombreuses personnalités ainsi que des gens simples qui ont vu dans cette nomination un geste de proximité du pape envers leur pays et les chrétiens ».

Le nouveau cardinal Louis Sako aura désormais une voix « plus forte, qui porte plus, avec une plus grande autorité morale » pour soutenir et défendre les chrétiens dans son pays, a-t-il déclaré.
Plaine de Ninive : près de la moitié des chrétiens sont déjà revenus
Le nonce apostolique en Irak a affirmé que la situation dans le pays s’était maintenant « un peu améliorée » et que les chrétiens étaient peu à peu en train de rentrer dans leurs foyers de la plaine de Ninive, « grâce à l’aide d’organisations telles que l’Aide à l’Église en Détresse » et d’autres, ainsi que de certains gouvernements ».

Procession à Qaraqosh pour le dimanche des rameaux, Mgr Alberto Ortega Martin Photo: Iban de la Sota.

« Près de la moitié des chrétiens sont rentrés chez eux, et c’est une bonne nouvelle. À Karakoch, la ville qui compte le plus grand nombre de chrétiens, plus de 5 000 familles sont revenues. Peu à peu, dans certains villages chrétiens, la vie retrouve son apparence normale », explique-t-il.
Le nonce apostolique en Irak a toutefois ajouté que « beaucoup reste à faire », et il attend « que les aides continuent d’affluer, car les gens peuvent revenir s’ils ont leur maison, s’ils trouvent du travail, et pour cela il est essentiel que l’aide internationale, l’aide de l’Église, continue, parce que les chrétiens ont tout perdu à cause de

leur foi ».

 

Une mère et sa fille de retour à la maison à Quaraqosh, reconstruit grâce aux bienfaiteurs de l’AED.

En fin de compte, les chrétiens d’Irak veulent « qu’on les reconnaisse de plus en plus en tant que citoyens, avec les mêmes droits et les mêmes obligations que le reste de la population, et que le travail qu’ils font pour le bien de tous soit apprécié. Ce sont souvent les musulmans eux-mêmes, leurs voisins, qui disent qu’ils veulent qu’ils restent et qui demandent qu’ils ne s’en aillent pas, car c’est mieux avec eux ».
Pour le nonce en Irak, les chrétiens d’Irak ont donné deux leçons à l’ensemble de l’Église universelle : « la valeur de leur foi et de leur union au Seigneur, parce qu’ils ont tout perdu sans y réfléchir à deux fois, et parce qu’ils ont renoncé à leur maison et à leur emploi… »

 

Ils ont également donné une « leçon spectaculaire du pardon. Entendre ces chrétiens qui pardonnent et qui prient pour ceux qui les ont persécutés est un témoignage de l’action du Seigneur. Il est humainement très difficile de pardonner à celui qui vous a jeté hors de chez vous, qui a fait en sorte que vous perdiez tout ou qui a assassiné un de vos proches ».

De 2011 à juin 2018, L’AED a fourni plus de 60,5 millions de dollars pour des projets pastoraux et d’aide d’urgence en Irak. Seulement en 2017, ACN a donné 14,3 millions de dollars. Aide à l’Église en Détresse est l’organisation qui fournit le plus d’aides dans la plaine de Ninive.

 


Articles récents