fbpx
X
Faire un don

Éthiopie

Des vélos pour trente catéchètes à Gambella

 

Le vicariat apostolique de Gambella se trouve à l’extrême ouest de l’Éthiopie, à la frontière avec le Soudan du Sud. C’est une région sous-développée où règne une grande pauvreté et beaucoup de tensions.

 

Ainsi, les conflits sanglants y sont récurrents, en particulier entre les tribus d’agriculteurs et celles qui élèvent des troupeaux de bétail. D’un côté, les animaux dévorent les moissons, et de l’autre, les paysans enlèvent aux bergers des zones de pâturage. Comme les ressources sont rares, elles sont violemment défendues. Encore tout récemment, cette situation a dégénéré en affrontements entre la population autochtone et les réfugiés du groupe ethnique Nuer, venus du Soudan du Sud.

 

Ces derniers sont plus de 330 000 selon le HCR*. Ils sont presque aussi nombreux que les habitants de la ville de Gambella, une situation potentiellement explosive. Ainsi au printemps 2016, des émeutes sanglantes ont fait plusieurs morts. Heureusement, l’Église catholique s’est engagée en faveur de la paix et de la réconciliation ; elle est la seule force dans cette région qui puisse s’opposer à violence, à la haine et à la colère grandissante.

 

Les gens de Gambella ont soif des sacrements, et surtout, d’entendre la Parole de Dieu pour une première fois.

 

Annoncer la Bonne Nouvelle dans plus de villages !

 

Par ailleurs, ce coin de l’Éthiopie est encore une zone de première évangélisation : beaucoup de gens n’ont jamais entendu parler de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Ils accueillent favorablement l’Église et presque tous veulent être baptisés. L’un des problèmes est que les nombreux villages de cette région rurale sont très éloignés les uns des autres. Comme les prêtres y sont peu nombreux, les catéchètes jouent un très grand rôle, tant dans la préparation au baptême que dans le travail plus large de promotion pour la paix et la réconciliation.

Le dimanche, ces catéchètes doivent marcher plusieurs heures pour se rendre d’un village à l’autre. Quand il n’y a pas de prêtre pour présider l’Eucharistie, ils prient avec les gens et les instruisent dans la foi. Afin de donner une plus grande autonomie aux catéchètes et pour répondre à l’accueil et à l’enthousiasme de la population vis-à-vis de la Bonne Nouvelle, Aide à l’Église en Détresse a promis un montant de 10 875 dollars pour équiper d’un vélo chacun des 30 catéchètes.

Ils pourront ainsi répondre plus efficacement à leur mission, à la grande joie des villageois nouvellement baptisés !

 

*Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

 

 

Articles récents