fbpx
X
Faire un don

Entrevue de l’AED avec le nonce apostolique en Ukraine

« La guerre n’est pas une invention purement humaine, elle a quelque chose du Malin ; nous pouvons vaincre le mal seulement ensemble avec la prière, l’humilité et l’amour. »

Entretien avec Mgr Visvaldas Kulbokas, nonce apostolique en Ukraine, sur la situation à Kyïv (Kiev), le drame humanitaire, la solidarité de la population et le drame de la guerre. L’entretien a été réalisé par Maria Lozano, responsable du service de presse de l’œuvre de charité internationale Aide à l’Église en Détresse (AED). (Photo : foule à la gare de Kharkhiv, l’une des villes les plus touchées par la guerre).

Gare principale de Kharkiv, 8 mars 2022.

AED – Quelle est la situation actuelle à Kyïv?

Depuis le 24 février, tous les jours, toutes les nuits, il y a des attaques de missiles dans diverses parties de la ville. À la nonciature, nous ne sommes pas dans une zone très centrale et jusqu’à présent, nous n’avons pas vu les bombardements de très près. Des combats corps à corps oui, nous les avons vus de plus près, pas dernièrement, mais il y a quelques jours. Mais il est très probable que tout va empirer dans les heures à venir. Dans d’autres villes comme Kharkiv, même les quartiers résidentiels ont été gravement touchés… Aujourd’hui, personne en Ukraine ne peut se sentir en sécurité. À quoi ressembleront les prochaines heures, les prochains jours ? Personne ne le sait.

À certains égards, Kyïv connaît encore une certaine tranquillité par rapport à d’autres villes : Irpin, qui est dans la banlieue de Kyïv, ou Kharkiv, Tchernihiv ou Marioupol… Kyïv a toujours un lien avec le monde extérieur, mais la crise humanitaire est très forte ici et dans d’autres villes d’Ukraine. Je porte cette préoccupation dans mon cœur et il n’est pas toujours possible d’apporter de l’aide. Parfois, même des agences comme Caritas ou la Croix-Rouge, ou même celles du gouvernement ne sont pas en mesure de faire quoi que ce soit.

Mgr Visvaldas Kulbokas, nonce apostolique en Ukraine.

AED Quelque chose a-t-il changé à Kyïv depuis les premiers jours du conflit?

Quand la guerre a commencé, nous avions moins de capacité organisationnelle. Je parle non seulement pour moi-même, mais aussi pour ces organisations. Maintenant, il y a une bien meilleure préparation. Il semble que les forces militaires russes s’approchent du centre-ville, de sorte que ces derniers jours, les organisations humanitaires ont été encore plus actives. Caritas, la Croix-Rouge, les organisations paroissiales — non seulement les catholiques, mais aussi les orthodoxes et les musulmans font de même — essaient de voir qui sont les personnes les plus en difficulté et redistribuent de la nourriture, essaient d’évacuer ceux et celles qui sont dans les situations les plus difficiles, peut-être d’endroits où ils n’ont pas d’électricité ou de chauffage.

AED – Comment est l’approvisionnement? Avez-vous de la nourriture et des boissons, de l’eau? Y a-t-il des problèmes d’approvisionnement partout ou seulement dans certains secteurs?

À la nonciature, nous avons préparé des provisions avant le début de la guerre parce qu’on la percevait comme très probable. Je sais personnellement que certaines familles n’y croyaient pas et la guerre les a surpris sans provisions suffisantes pour plus de deux ou trois jours. Dieu merci, ces derniers jours, une certaine aide a réussi à atteindre Kyïv. En outre, il existe des organisations telles que Caritas ou des groupes de volontaires qui apportent de la nourriture des villes voisines, sachant que Kyïv est soumise à une attaque militaire plus soutenue. C’est toujours gratuit. La solidarité est totale. Il est difficile de savoir dans quelle situation se trouvent toutes les familles et combien de jours elles peuvent endurer, mais il est certain que la crise humanitaire est très intense.

AED —Ces jours, êtes-vous capable de sortir et de vous déplacer dans les rues?

Pendant toute cette période, je ne suis pas sorti dans la rue parce que ce n’est pas recommandé. Mais surtout je manque de temps. Beaucoup de gens me contactent et des requêtes et des offres d’aide humanitaire arrivent, mais c’est très difficile à organiser en ce moment. Vu qu’il y a beaucoup de requêtes et d’offres, la logistique est très difficile dans des secteurs comme le centre de Kyïv. Nous sommes donc obligés d’être au téléphone tout le temps pour gérer les requêtes et l’aide.

Je peux toutefois vous dire que les gens peuvent toujours se déplacer dans les rues même si c’est dangereux. Surtout les bénévoles qui distribuent, qui apportent des choses aux personnes les plus nécessiteuses. Les mouvements sont très difficiles, car il y a des postes de contrôle partout. À partir de 20 heures, il y a un couvre-feu et personne ne sort, pour quelque raison que ce soit.

AED – Comment décririez-vous l’état d’esprit des gens, leurs sentiments? Les gens qui sont restés à Kyïv ont-ils très peur?

Bien sûr. Je ne peux pas parler au nom de toute la population, mais je peux parler des gens que je vois personnellement : les prêtres, les bénévoles ou les collaborateurs de la nonciature. Il y a beaucoup d’inquiétude, mais vous pourriez décrire l’état d’esprit comme « vaillant ». Nous sentons que nous devons faire face à cette tragédie ensemble, nous entraider et prier beaucoup. Je vois beaucoup d’optimisme. Malgré les grandes tragédies, je vois de l’optimisme chez beaucoup de gens, en particulier chez les prêtres et les religieux. Cependant, je ne pense pas que l’on trouvera le même optimisme chez les patients qui ont besoin d’un traitement ou chez les femmes qui accouchent ou avec des nouveau-nés.

Des religieuses de la Sainte-Famille seront soutenues par l’AED en Ukraine.

AED – Parlons du conflit. C’était une guerre annoncée il y a des semaines, mais personne ne croyait qu’elle allait vraiment arriver. Quelle a été votre première réaction le 24?

La crainte d’une guerre était très élevée, car il y avait des signes. Mais c’est certainement choquant, un peu surréaliste ; c’est comme vivre dans un film. C’est pourquoi je me dis à moi, ainsi qu’à beaucoup de croyants, que nos principales défenses pour ainsi dire, sont l’humilité, l’abandon total à Dieu, la solidarité et l’amour. Parce que dans tous les cas si nous sommes proches les uns des autres, si nous sommes proches de Dieu, si nous sommes fidèles, Lui-même prendra soin de nous. C’est pourquoi même dans cette guerre — qui n’est pas une invention purement humaine, mais qui a quelque chose du Malin, du diable, car toute violence en a — nous ne pouvons vaincre le mal que tous ensemble, le monde entier, avec le jeûne, avec la prière, avec beaucoup d’humilité et d’amour.

AED – Diriez-vous que ce conflit a un aspect religieux?

Cette guerre a plusieurs motivations et certains prétendent y voir un certain élément religieux. Pour moi c’est complètement incorrect. Si nous regardons les Ukrainiens, par exemple, nous avons le Conseil des Églises et des organisations religieuses d’Ukraine, qui est très uni en ce moment, qui est proche du peuple et dont les membres se soutiennent mutuellement. Cela ne veut pas dire que toutes les difficultés ont disparu, car il est très clair que certains malentendus interreligieux ont joué un rôle dans le passé. Seulement, je considère qu’il est impossible d’utiliser cet argument pour motiver une guerre, car lorsqu’il y a des difficultés dans les relations interreligieuses, elles doivent être résolues d’une autre manière. Je remarque, surpris, que les difficultés que j’avais vues auparavant en Ukraine ont été considérablement réduites à l’heure actuelle. Le moment de la tragédie a donc uni le peuple ukrainien. Cela ne veut pas dire qu’il restera uni par la suite, mais c’est déjà un signe très positif.

Prier dans un bunker : une activité devenue quotidienne pour nombre d’Ukrainiens.

AED – Dimanche, lors de l’Angélus, le pape a annoncé que deux cardinaux seraient envoyés en Ukraine. Comment ressentez-vous le soutien du Saint-Père?

Ce que le Saint-Père a dit révèle qu’il fait et fera tout son possible pour mettre fin à cette guerre. Ce ne sont pas que des mots parce que je sais très bien qu’il cherche toutes les voies possibles, spirituelles et diplomatiques, pour l’Église. Tout ce qui est humainement possible pour apporter sa contribution à la paix. Certes, le pape — je le sais très bien grâce à ses collaborateurs avec lesquels j’ai des contacts plusieurs fois par jour — est en train d’évaluer plusieurs possibilités. Nous réfléchissons continuellement à ce qu’il peut faire d’autre directement ou par l’intermédiaire de ses collaborateurs. Une option c’est l’envoi de deux cardinaux : mardi le cardinal Krajewski est arrivé en Ukraine pour apporter son soutien et voir comment l’aide humanitaire peut arriver et avec elle la présence du pape.

AED – L’AED a annoncé une aide de plus de 1,5 million dollars pour les diocèses qui en ont le plus besoin, notamment pour soutenir le travail des prêtres et des religieux. À votre avis, quelle est l’importance de cette aide?

Toute aide qui vient sera grandement appréciée. À l’avenir, il est difficile de savoir exactement quels seront les besoins, mais de nombreuses structures sont endommagées. Donc, même au niveau structurel et organisationnel, il y aura beaucoup à faire parce que des centaines de maisons, d’écoles et d’hôpitaux ont été détruits. Les besoins seront énormes. Cela prendra beaucoup de temps.

Continuez à prier pour l’Ukraine.

AED —Qu’aimeriez-vous dire à tous ceux et celles qui se demandent comment aider les Ukrainiens en ce moment?

J’aimerais partager un témoignage qu’on m’a raconté il y a quelques heures ; ce n’est qu’un des nombreux témoignages à Kyïv. Hier soir, on m’a parlé d’une personne qui avait eu cette vision dans un rêve : dans une ville détruite par la guerre, elle cherche sa famille. Jésus se rapproche d’elle et celle-ci lui demande de lui donner un coup de main. Jésus, de la croix, répond : « Tu ne peux pas faire les deux choses ensemble ; tu ne peux pas me crucifier et en même temps demander mon aide. Tu dois choisir : l’un ou l’autre. » Quand cette personne s’est réveillée, après ce rêve, après cette vision, elle a dit à tout le monde qu’elle avait décidé de changer de vie, de vivre une vie avec Dieu. Cela m’a touché, moi et tout le monde. Tels moments dramatiques de guerre nous poussent — comme le dit le prophète Isaïe — à regarder notre Dieu avec des yeux nouveaux, avec des yeux de confiance, d’humilité et de conversion.

Articles récents