fbpx
X
Faire un don

En Syrie et au Liban, « les sœurs descendent dans les obscurités où les autres ne peuvent se rendre ».

Les difficultés en Syrie et au Liban ont entraîné une augmentation des situations de maltraitance des enfants et des femmes, mais elles offrent également aux femmes la possibilité de prendre la tête de leur famille et de leur communauté.

(Photo de couverture : programme de distribution de nourrriture)

Soeur Annie Demerjian dans les studios de CRTN, Catholic, Radio and Television Network, producteur de l’émission Where God Weeps et des documentaires de l’AED.

Peu après la fin de la terrible guerre civile au Liban, un cardinal s’est rendu dans le pays et a demandé à rencontrer les membres de congrégations de femmes, se souvient Sœur Helen Mary Haigh, religieuse anglaise des Sœurs de Jésus et Marie, qui était à l’époque en poste dans le pays et qui est proche du Liban et de la Syrie depuis plus de 30 ans.

« Il a dit que nous pouvions aller n’importe où, que nous pouvions descendre dans les obscurités [vécues par] des familles et où d’autres ne peuvent aller, simplement parce que nous sommes des femmes et des sœurs. C’est à nouveau la réalité au Liban ainsi qu’en Syrie. Les femmes peuvent aller là où les hommes ne peuvent pas aller, et les religieuses peuvent aller dans des endroits plus sombres, difficiles ou dangereux, parce que nous ne sommes une menace pour personne. Malheureusement, ces situations de ténèbres requièrent ce rôle particulier que nous essayons de remplir », dit-elle, lors d’une conférence en ligne avec des membres de l’œuvre pontificale de bienfaisance Aide à l’Église en Détresse (AED).

Soeur Helen : « Les femmes peuvent aller là où les hommes ne peuvent pas aller, et les religieuses peuvent aller dans des endroits plus sombres, difficiles ou dangereux, parce que nous ne sommes une menace pour personne.»

La situation tragique au Liban, avec sa crise financière écrasante, et en Syrie, où une crise tout aussi grave a empiré la pauvreté découlant de 12 ans de guerre civile, a occasionné pour les religieuses de Jésus et Marie de nombreux défis et un travail difficile.

Les femmes appelées à jouer un plus grand rôle

Sœur Annie Demerjian, qui fait partie de la même congrégation, passe son temps entre sa Syrie natale et le Liban. Elle a un contact direct avec des centaines de familles qui bénéficient du soutien fourni, entre autres, par l’AED. Elle explique que les familles s’effondrent sous la pression sociale et économique, et se souvient d’un épisode très récent qui met en évidence le désespoir que beaucoup ressentent. « De mauvais traitements de toutes sortes ciblent les enfants et les femmes. Les divorces et les suicides sont en augmentation. Il y a tout juste deux semaines, nous avons entendu parler d’une femme qui a essayé de se jeter d’un pont parce qu’elle n’avait plus les moyens de nourrir ses enfants. Nous avons besoin d’une solution. Cela ne peut pas être réglé par deux ou trois personnes ».

« Nous avions l’habitude de rencontrer peut-être dix enfants qui mendiaient, maintenant nous en voyons des centaines. Nous n’avons pas vu cela avant la guerre. Il existe de nombreuses organisations qui aident les femmes, mais les besoins sont grands. J’aide 100 ou 200 femmes, mais qu’en est-il des autres ? », demande sœur Annie.

Avec la crise financière au Liban, de nombreux hommes ont émigré pour essayer de trouver un emploi à l’étranger, et en Syrie, beaucoup ont fui pour éviter d’être enrôlés dans l’armée. Cela a exposé les femmes à plus de difficultés, mais leur a également ouvert des possibilités de tenir les rôles de direction qui étaient auparavant réservés aux hommes. « Désormais, nous dépendons totalement du travail des femmes. Nous devons préparer les femmes à prendre des risques et à devenir des membres actives de la société. Elles doivent maintenant intensifier leurs efforts et remplir ce rôle », dit Sœur Annie.

Aide à l’Église en Détresse (AED) soutient la distribution de gaz en Syrie pour la cuisine.

«S’il vous plaît, ne laissez pas tomber le Liban»

Sœur Annie et Sœur Helen Mary ont toutes deux connu des années de guerre et de destruction dans les pays du Moyen-Orient, mais certaines personnes pensent que les choses n’ont jamais été pires.

« Beaucoup de gens disent qu’ils aimeraient pouvoir retourner à l’époque de la guerre. À cette époque, nous avions au moins de la nourriture à manger et de quoi nourrir les enfants. En raison de la crise économique, 85 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté en Syrie. Le salaire d’une famille n’est pas suffisant pour une semaine, les prix augmentent constamment, beaucoup de gens ont vraiment faim », dit Sœur Annie, donnant l’exemple d’une famille que les religieuses soutiennent.

« Nous aidons une famille qui compte trois enfants. Le mari a des problèmes psychologiques à cause de la guerre, et il dort toute la journée à cause de ses médicaments. Nous aidons avec de la nourriture et de l’argent pour payer le loyer, mais ce n’est pas suffisant. L’un des enfants est tombé malade à cause de la malnutrition, et ils n’ont rien dans leur réfrigérateur. Ils dépendent de ce qu’on leur donne. Et il ne s’agit là que d’une famille, nous aidons des centaines de personnes comme ça ».

Les religieuses de Jésus et Marie font de la distribution de nourriture, de vêtements chauds et accompagnent la population humainement et spirituellement.

Pourtant, il y a de l’espoir

Malgré la situation difficile, les deux religieuses parlent ouvertement d’espoir. Espoir est le nom même d’un des projets que les religieuses soutiennent en Syrie avec le soutien de l’AED. Le Hope Centre (Centre de l’Espoir) a été fondé par deux hommes riches qui auraient pu quitter le pays, mais qui ont préféré rester et aider les autres. « Ils ont commencé à ouvrir de petits espaces pour que les étudiants à l’université puissent venir étudier. L’idée s’est développée et est devenue un moyen d’essayer d’aider les familles dans leur ensemble. Beaucoup de familles ne veulent pas dépendre d’une aide : elles veulent travailler.

Ces centres ont déjà aidé 750 familles à trouver un nouvel emploi, et des milliers de familles reçoivent de l’aide » explique Sœur Annie, qui espère que le projet pourra également être implanté au Liban.

L’espoir est aussi ce que l’AED fournit à chaque fois qu’elle envoie de l’aide, qu’elle soit matérielle ou financière, mais surtout par la prière, insiste Sœur Annie. « Le soutien spirituel est plus important que l’aide matérielle. Continuez à prier pour nous afin que nous ne perdions pas espoir et que notre peuple ne perde pas espoir. Nous voulons que les chrétiens restent sur cette terre sainte. Je prie pour chacun de vous, nous offrons souvent des messes pour vous et les bienfaiteurs ».

Distribution de manteaux chauds, neufs et fabriqués en Syrie, à l’approche de Noël.

Sœur Helen Mary, parlant au nom des religieuses au Liban, est d’accord. « Le Liban a toujours été un phare au Moyen-Orient pour les chrétiens. S’il vous plaît, permettez au Liban de continuer à briller. Il le fait grâce à des organisations humanitaires comme l’AED qui continuent de croire aux chrétiens du Moyen-Orient et continuent de les soutenir ».

L’AED soutient actuellement des dizaines de projets en Syrie et au Liban, dans divers domaines, notamment la fourniture directe d’une aide financière et matérielle aux familles, l’aide aux écoles catholiques, la construction et la reconstruction d’infrastructures, et bien d’autres choses encore. En 2021, l’organisation a soutenu 79 projets avec plus de 7,5 millions de dollars rien qu’au Liban. En 2021, l’AED a réalisé 118 projets en Syrie et au cours de la dernière décennie, la Syrie a reçu près de 75 millions de dollars.

Articles récents