X
Faire un don

En Irak, le Pape François viendra visiter l’église Al-Tahira

Père Ammar Yako : « Elle fait partie de notre histoire »

L’église d’Al-Tahira, à Qaraqosh (Baghdeda), a été presque entièrement détruite sous le régime terroriste de l’État islamique (2014-2017). Ces dernières années, grâce à l’aide généreuse des bienfaiteurs de l’Aide à l’Église enDétresse (AED), l’église a été reconstruite et est maintenant presque entièrement restaurée. Le Pape François a confirmé qu’il se rendrait dans la basilique mariale le dimanche 7 mars, lors de sa visite dans le pays. L’œuvre pontificale de charité a interviewé le Père Ammar Yako qui supervise la reconstruction.

L’église d’Al-Tahira, à Qaraqosh (Baghdeda), a été presque entièrement détruite (Photo 2018)

AED – Quelle est l’histoire de l’église d’Al-Tahira ?

Père Yako – La construction de l’église al-Tahira à Qaraqosh a commencé en 1932. Toute la population de Qaraqosh a participé aux travaux et a contribué volontairement à sa construction, qui a été achevée en 1948, lors de l’inauguration de l’église. Pour les gens, c’était un bon moyen de montrer leur foi. Grâce à nos parents et grands-parents, nous connaissons de nombreuses histoires sur l’époque de la construction de l’église. C’est grâce à leur travail acharné que cette grande église a été érigée.

Le Père Ammar Yako : « Quand j’ai vu l’église détruite et incendiée, j’ai tout d’abord ressenti une grande tristesse. »

Qu’est-il resté de l’église après l’invasion et les destructions commises par l’État Islamique ?

Comme vous le savez, en 2014, l’État islamique a conquis la ville et nous avons fui vers le Kurdistan. Après trois ans, la ville a été libérée et nous sommes revenus. Je me souviens très bien à quel point l’église était détruite. Elle était totalement calcinée. Toutes les croix ont été détruites, tout ce qu’il y avait à l’intérieur de l’église a été volé, y compris les statues et tout le reste. Les dirigeants de l’État Islamique ont écrit leurs noms sur les colonnes de l’église, et ont utilisé l’extérieur de l’église comme un terrain d’entraînement pour leurs nouveaux combattants.

Qu’avez-vous ressenti quand vous êtes revenu et que vous avez vu tant de destruction ?

Quand j’ai vu l’église détruite et incendiée, j’ai tout d’abord ressenti une grande tristesse. C’était tellement triste de voir le temple de Dieu comme ça, vide et détruit. Mais en même temps, j’ai ressenti la joie et le bonheur de revenir dans la ville et de rentrer dans l’église. Il y avait donc à la fois de la joie et de la douleur.

Avoir la responsabilité des travaux de reconstruction, qu’est-ce que ça signifie pour vous ?

Lorsque l’évêque m’a demandé de diriger l’équipe de reconstruction, ce fut pour moi un moment très heureux, parce que je me souvenais de tous ces gens qui avaient aidé à construire l’église autrefois, nos parents et nos grands-parents ; je me suis senti uni à tous ceux qui partageaient leur foi.

Comment la reconstruction a-t-elle évolué ?

La reconstruction a commencé en 2019. La première phase des travaux a été de fixer les piliers, ce qui a duré jusqu’à la fin de 2019. En 2020, nous avons commencé la deuxième puis la troisième phases, à savoir la reconstruction intérieure et la reconstruction extérieure de l’église. Dieu merci, nous avons atteint la phase finale des travaux, et nous espérons terminer bientôt tous les aspects de la reconstruction de l’église.

Deuxième phase de la reconstruction de l’église

Quelle a été la réaction de la communauté des fidèles en assistant à la reconstruction de l’église ?

La reconstruction de l’église Al-Tahira est très importante pour la communauté de Qaraqosh. Tous les gens d’ici pensent que c’est leur maison, une partie de leur histoire. Il est donc très important de rouvrir l’église. Évidemment, à Qaraqosh, nous avons commencé par aider les gens à reconstruire leurs maisons, également avec l’aide de l’AED. Quand nous avons eu fini, beaucoup de gens nous demandaient quand nous allions commencer à reconstruire l’église. Dieu merci, nous avons maintenant presque fini. J’ai l’impression que les gens ont hâte de revenir ici, de prier à nouveau, et de montrer à tous que leur église est ouverte et que nous pouvons à nouveau prier Dieu dans cette église.

Les constructeurs font de leur mieux pour achever la grande église Al-Tahira en vue de la visite du Saint-Père prévue en mars 2021.

Que signifie pour vous la visite du Pape ?

C’est formidable d’être ici en ce moment à Qaraqosh pour accueillir notre Pape. Après avoir entendu l’annonce que le Pape se rendrait en Irak et à Qaraqosh, j’ai été très heureux de savoir que je vais pouvoir recevoir le Saint-Père ici, dans cette église, dans cette ville, et de partager notre foi commune. Le Pape peut nous aider à vivre notre foi en ce moment, et nous pouvons lui montrer quelle est notre vie de chrétiens ici, à Qaraqosh, en Irak.

Quels sont les défis rencontrés par les fidèles ici, en Irak ?

En Irak, les chrétiens sont confrontés à de nombreux défis. Tout d’abord, ils font partie de ce pays qui est encore instable. Bien sûr, nous devons par-dessus tout servir Dieu pour nous aider à continuer notre vie en Irak. En tant que communauté, nous avons beaucoup d’autres défis à relever. En tant que minorité, nous n’avons pas beaucoup de possibilités d’emploi, c’est pourquoi nous devons nous efforcer de trouver du travail pour les membres de notre communauté. Cependant, le plus gros problème est l’émigration. De nombreuses familles sont maintenant loin de Qaraqosh et de l’Irak, et si la situation ne s’améliore pas, de nombreuses familles pourraient ne pas revenir.

Pourriez-vous envoyer un message aux bienfaiteurs de l’AED ?

Je tiens à remercier l’AED pour tout ce qu’elle a fait pour nous lorsque nous étions déplacés. Lorsque nous avons fui toutes les villes vers le Kurdistan, l’AED nous a soutenus pendant trois ans. Je remercie tous les bienfaiteurs pour leur aide. Quand nous sommes retournés à Qaraqosh, ils nous ont aussi aidés à reconstruire des maisons et des églises, et nous ont soutenus face à tant d’autres nécessités ! Merci beaucoup, et que Dieu les bénisse. Nous espérons qu’ensemble nous pourrons montrer au monde notre foi chrétienne.

Pourquoi les bienfaiteurs de l’AED ne doivent-ils pas oublier la population de Qaraqosh ?

Dans la situation actuelle, nous avons encore besoin de l’aide des œuvres de charité, et en particulier de l’AED, compte tenu des nombreux besoins des églises de Qaraqosh. S’il vous plaît, continuez de nous aider, carcela diffuse dans notre communauté l’espoir de pouvoir continuer de vivre ici à Qaraqosh.

Recent Posts