fbpx
X
Faire un don

En 2021, l’Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) a collecté des sommes records pour les chrétiens persécutés et en détresse

Dans le monde, un diocèse sur trois a bénéficié du soutien de l’AED-ACN ainsi qu’un prêtre sur huit.

Communiqué – Pour diffusion immédiate

Au cours de l’exercice 2021, l’œuvre de bienfaisance catholique internationale et œuvre pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) a reçu plus de 197,4 millions de dollars de dons (187,7 en 2020) pour soutenir les chrétiens persécutés et en détresse du monde entier.
« Au Canada, nous avons collecté un peu plus de 2,2 millions de dollars en 2021 », indique Marie-Claude Lalonde, directrice nationale. « Notre travail est de plus en plus reconnu. Le Mercredi Rouge et la prière Un million d’enfants prient le chapelet sont aussi très prisés de nos bienfaiteurs et autres sympathisants de l’AED. Merci aux bienfaiteurs qui croient au soutien du travail pastoral et au soutien d’urgence que font les diocèses dans le monde. »

Au Pérou, des prêtres de l’Institut du Verbe incarné ont reçu 750 intentions de messe en 2021. Cela leur permet de continuer à être actifs sur le plan strictement pastoral. C’est une aussi une solidarité par la prière où bienfaiteurs et prêtres sont liés, pour l’amour du monde et de Dieu.

Les chiffres annuels de l’AED au niveau international ont été approuvés par le Conseil de gouvernance le 15 juin à Rome. Ils montrent le soutien apporté aux communautés chrétiennes persécutées ou pauvres par l’œuvre pontificale dans le monde entier. « En 2021, la générosité de nos bienfaiteurs dans plus de 23 pays a permis à l’AED de soutenir des programmes totalisant 157 millions de dollars. Nous ne pouvons que les remercier, au nom de nos frères et sœurs souffrants, pour ce soutien exceptionnel au cours de la deuxième année de pandémie de COVID-19, et nous sommes certains du fait que Dieu les récompensera abondamment pour leur aide », a déclaré le président exécutif Thomas Heine-Geldern.

De ce montant, 137,6 millions de dollars (87,6 %) ont financé 5 298 projets dans 132 pays à travers le monde où l’Église souffre de persécutions ou d’une extrême pauvreté. 19,4 millions de dollars (12,4 %) supplémentaires ont été utilisés pour remplir la mission d’information, de rappel des droits des chrétiens persécutés et discriminés et de prière de l’AED, par exemple lors de la Semaine rouge pour les chrétiens persécutés de 2021, ou pour la production et la distribution du Rapport sur la liberté religieuse. Par ailleurs, un excédent provenant de l’année 2021 représentant 6,8 millions de dollars a été affecté aux projets de 2022.

Sur un total de 190,6 millions de dollars dépensés, 12,7 millions de dollars (6,7 %) ont été consacrés à l’administration et 20,9 millions de dollars (10,9 %) aux relations avec les donateurs et à la collecte de fonds.

L’Afrique, l’Asie et le Proche-Orient en tête

Les effets dévastateurs de la pandémie dans de nombreux pays en développement ont nécessité une réponse robuste de la part de l’AED, les projets liés au COVID-19, représentant 14,3 millions de dollars sur le budget de 2021. L’Inde, particulièrement touchée par le virus, arrive en tête en ce qui concerne le montant total de financement de projets, avec plus de 17,2 millions de dollars. Ce pays d’Asie est suivi par l’Ukraine, le Liban, la Syrie et la République Démocratique du Congo.

Au Mozambique, Radio Sem Fronteiras, peut continuer à diffuser dans la diocèse de Pemba, grâce en partie aux bienfaiteurs de l’AED. La radio rejoint ainsi des gens qui, autrement, ne recevraient aucune information, que ce soit sur les activités du diocèse ou bien encore concernant les derniers développements de l’actualité.

Pour ce qui est de la répartition géographique, l’Afrique se distingue, ayant reçu 30,7 % de l’aide aux projets. L’Asie et l’Océanie se classent en deuxième position (22,3 %). Au Moyen-Orient (16,9 %), l’AED a poursuivi son engagement, surtout au Liban, en Syrie et en Irak, où l’œuvre de bienfaisance a investi dans des projets visant à aider les chrétiens à rester sur leurs terres ancestrales malgré la persécution, la guerre et les crises économiques.

Pouvoir voyager partout dans un diocèse est parfois compliqué par l’état des routes. Ici en Inde, le Centre Saint-Pierre (Tesophenyu) pourra être encore plus efficace dans son apostolat grâce à ce jeep.

Conformément à la mission pastorale de l’AED, le financement comprend la formation de prêtres et de religieux, des moyens de transport, par exemple des voitures tout-terrain ou des bateaux pour les paroisses éloignées, ainsi que la construction et la rénovation d’églises. En 2021, l’AED a soutenu l’acquisition de 1 338 véhicules et a contribué à la construction de 307 églises, 157 monastères et noviciats, 295 centres pastoraux et 52 séminaires.

Un prêtre sur huit soutenu par l’AED

Un autre moyen de soutien important est la distribution d’une aide financière aux prêtres qui desservent les communautés sans ressources. Au total, 52 879 prêtres, en Afrique, en Asie, en Europe de l’Est, en Amérique latine et au Moyen-Orient, ont reçu un soutien sous forme d’intentions de messe.

Ces chiffres signifient qu’environ un prêtre sur huit dans le monde a bénéficié de cette aide, mais aussi qu’une messe est célébrée toutes les 15 secondes quelque part dans le monde aux intentions des bienfaiteurs de l’AED qui rendent cette œuvre possible.

Argentine : le père Vidal peut continuer son ministère, en partie grâce aux bienfaiteurs de l’AED.

La formation est la pierre angulaire du soutien de l’œuvre de bienfaisance. En 2021, l’AED a financé la formation de 13 381 séminaristes, soit environ un sur huit dans le monde. Depuis 2004, elle a soutenu 237 353 séminaristes.

Un diocèse sur trois

En 2021, l’AED a mené des projets dans un total de 1181 diocèses. Considérant que l’Église reconnaît 3026 territoires ecclésiastiques, cela signifie que l’œuvre pontificale a directement aidé un diocèse catholique sur trois dans le monde.

« De l’Albanie au Zimbabwe, l’AED continue de faire une différence réelle et durable dans la vie des chrétiens du monde entier. Ces communautés sont une source d’inspiration pour nous, compte tenu de leur manière de vivre leur foi malgré la pauvreté, les difficultés, et souvent la persécution pure et simple qu’elles subissent. Grâce à l’énorme générosité et à l’aide de nos bienfaiteurs, nous pouvons les soutenir et les aider matériellement », déclare Thomas Heine-Geldern, Président exécutif de l’AED.

Monsieur Thomas Heine-Geldern, président du Conseil exécutif de l’Aide à l’Église en Détresse internationale.

« Dans le cadre de notre travail de l’année dernière, nous étions profondément conscients de l’intervention de la Divine Providence qui, face à l’incertitude mondiale croissante, a ouvert de plus en plus largement le cœur de nos bienfaiteurs ».

« En 2021, comme les années précédentes, l’Ukraine a été l’un des pays qui ont le plus bénéficié du financement de l’AED. Le fait que nous ayons eu autant de projets et de partenaires sur le terrain nous a placés dans une situation favorable pour envoyer immédiatement de l’aide en 2022, lorsque la guerre a commencé. L’AED continuera à travailler, partout où elle le pourra, pour aider les chrétiens qui ont besoin d’aide, tant que nos bienfaiteurs continueront à nous faire confiance par leurs dons et leur soutien », a-t-il ajouté.

Formation de religieuses en Inde.

Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN) est une œuvre pontificale internationale de bienfaisance. Fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour aider les réfugiés chrétiens d’Europe de l’Est, elle a maintenant des bureaux dans 23 pays et sert les chrétiens persécutés ou en détresse dans le monde entier.

Deuxième phase de la construction de la cathédrale Regina Mundi, Ouganda.
Au Brésil comme partout dans le monde, des religieuses reçoivent le soutien de l’AED. Comme cela elle peuvent s’occuper de la catéchèse, de l’accueil de tous, etc.

Articles récents