X
Faire un don

COMMUNIQUÉ : Zimbabwe – L’économie en très mauvais état

Reinhard Baches, AED International

Adaptation Robert Lalonde, AED Canada

Aide à l’Église en Détresse (AED) renforce la pastorale au nord du Zimbabwe – les prêtres sont pauvres comme JobZIMBABWE 1

Montréal, le mardi 25 novembre 2014 – Comme la plupart des Zimbabwéens, le Père Felix Tachiona Mukaro est déçu des politiciens de son pays : « Ce qui compte pour eux, c’est l’influence et le pouvoir, pas le pays en soi, alors que l’économie est en très mauvais état, et que les gens ne savent pas comment passer la journée. »

Depuis 2007, le Père Mukaro est prêtre catholique, et actuellement responsable du développement dans le diocèse de Chinhoyi, au nord du Zimbabwe. Le prêtre vit tous les jours les conséquences des longues années de stagnation dont souffre ce pays d’Afrique de l’Est, et qui est aujourd’hui paralysé par la querelle ayant maintenant ouvertement éclaté pour l’héritage de Robert Mugabe, âgé de 90 ans et président du pays depuis de longues années. « Durant nos activités pastorales, nous ressentons nettement à quel point la majorité de la population souffre de cette situation. »

Selon le Père Mukaro, des millions de personnes ont entre-temps quitté le Zimbabwe et émigré dans les États voisins du Botswana, du Mozambique, de Zambie et en Afrique du Sud, ainsi qu’aux États-Unis ou en Europe. Comme la population ne fait plus confiance à la monnaie locale, le dollar zimbabwéen, ceux qui peuvent se le permettre ont recours au dollar américain, à l’euro, à la livre sterling ou au rand sud-africain.

Même pas un dollar par jour pour survivre

ZIMBABWE 2

De nombreux Zimbabwéens qui vivent à l’étranger envoient de l’argent dans leur patrie, mais « ils n’ont pas tous la chance d’avoir une famille à l’étranger qui peut leur envoyer de quoi les aider », comme le souligne le Père Mukaro dans un entretien avec les collaborateurs de l’AED. Il donne des exemples qui montrent à quel point la situation est tendue : « Beaucoup n’ont même pas un dollar par jour pour survivre. Lorsque des prêtres évoquent l’injustice qui règne partout, ils sont menacés et parfois même agressés. »

Dans le diocèse de Chinhoyi, qui a une superficie de 56 000 kilomètres carrés et dont 95 % sont de caractère rural, la régression économique est tangible : des mines ont été fermées, des exploitations agricoles auparavant bien gérées ont été expropriées et reprises par des tenants du parti au pouvoir. Maintenant, le pays est en friche. Le Père Mukaro ne s’attend pas à de rapides modifications politiques, car selon lui, cela exigerait nécessairement un changement de mentalité. Il mise sur le ministère pastoral laborieux assuré tous les jours dans les 19 paroisses du diocèse où travaillent  actuellement 48 prêtres.

Toutefois, ils ne disposent que de très maigres ressources. Les distances sont grandes, et souvent, il n’y a pas de moyen de transport. « Notre diocèse dépend de l’aide. Les offrandes de messe, que nous recevons par exemple de la part de l’AED, sont très importantes pour nos prêtres, parce qu’ils sont vraiment pauvres comme Job », assure le Père Mukaro. Selon lui, ceux qui exercent le ministère pastoral ne peuvent pas assurer eux-mêmes leur subsistance parce qu’ils n’ont aucun revenu. De même, ils ne peuvent compter sur le soutien de leurs fidèles, puisque ceux-ci disposent eux-mêmes à peine de quoi pour vivre.

ZIMBABWE 3

L’AED a donc accordé pour 2013 et 2014 des fonds de 28 000 dollars par an au diocèse de Chinhoyi sous forme d’offrandes de messe. Elle assure la subsistance des prêtres et donc le maintien de la pastorale dans les régions rurales. Le Père Mukaro exprime sa reconnaissance comme ceci : « Nous nous appuyons entièrement sur l’Évangile, nous défendons ces valeurs. Mais si nous acceptions des fonds en provenance de personnalités politiques, cela affaiblirait notre ministère pastoral, parce que nous devrions alors justifier le comportement de ces gens. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents