fbpx
X
Faire un don

COMMUNIQUÉ: Ouganda – Retour compliqué pour les enfants-soldats ougandais

Eva-Maria Kolmann, AED International

Adaptation Robert Lalonde, AED CanadaOUGANDA -1 copie

Montréal, 22 octobre, 2013 – Après le coup d’État en République centrafricaine, il est devenu plus compliqué pour les enfants soldats d’origine ougandaise, qui avaient été enlevés et déplacés en Centrafrique, de retourner dans leur pays, comme le déplorait Mgr Cosmas Alule, recteur du grand séminaire national d’Alokolum (dans le nord de l’Ouganda), au cours d’un entretien avec l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en Détresse.

Les enfants soldats enlevés, déportés et retenus en République centrafricaine par les rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) pendant la guerre civile en Ouganda, se seraient enfuis par le passé pour chercher refuge auprès des soldats ougandais qui y étaient sur place, a expliqué le recteur. Toutefois, le nouveau gouvernement de Centrafrique, issu de l’alliance de rebelles « Séléka » et arrivé au pouvoir le 24 mars de cette année à la suite d’un coup d’État, aurait « beaucoup de sympathie pour Joseph Kony, chef de la LRA », et aurait expulsé les troupes ougandaises.

Tandis que la situation en Ouganda même se serait améliorée aux dires de Mgr Alule, et que « les gens n’auraient plus peur », l’Armée de résistance du Seigneur serait encore « très active » dans la République centrafricaine et au Soudan, et y poserait des problèmes, comme assure le recteur du séminaire situé dans une région du pays qui avait été gravement touchée par la guerre civile entre 1988 et 2008.

Le 11 mai 2003, le « petit séminaire » du diocèse de Gulu, où se trouve aussi le Grand séminaire d’Alokolum, avait été attaqué par des rebelles de la LRA et 41 séminaristes ont alors été enlevés. Jusqu’à aujourd’hui, il manque encore toute trace des douze adolescents kidnappés. Cependant, il « resterait encore de l’espoir pour que certains des anciens enfants soldats reviennent », déclare Mgr Alule.

ouganda -2 copieDurant les vingt années de guerre civile entre l’Armée de résistance du Seigneur et le gouvernement ougandais, plus de 30 000 enfants et adolescents avaient été enlevés dans le nord de l’Ouganda par les rebelles de la LRA. Ce mouvement, fondé en Ouganda en 1987 sous la direction de Joseph Kony, a entre-temps été largement repoussé hors des frontières du pays. De nos jours, la LRA est surtout active au Soudan, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents