fbpx
X
Faire un don

Nigeria

Infiltration terroriste au gouvernement ?

Montréal/Surrey/Königstein, 05.05.2017 – Dans une entrevue exclusive accordée à Aide à l’Église en Détresse, un évêque accuse les autorités nigérianes de livrer des armes à un réseau terroriste islamiste qui aurait infiltré les gouvernements régionaux et le fédéral*.

Ces accusations font suite à l’attaque du 15 avril dernier à l’extérieur d’une église de village, située près de la ville de Kaduna (plus d’un million d’habitants). Les assaillants, des bergers islamistes peuls, ont tué 12 personnes, dont 10 catholiques en pleine célébration de la Veillée pascale.

 

Mgr Joseph Bagobiri, évêque de Kafanchan, dans l’État de Kaduna (nord du pays), a déclaré que le gouvernement ne fait presque rien pour enrayer « une vague de terreur » lancée par les bergers islamistes peuls, entre autres contre les chrétiens. Il estime que cette vague a coûté la vie à 1 000 personnes juste l’année dernière.

 

Décrivant les extrémistes peuls comme une « organisation sœur » du groupe terroriste Boko Haram, Mgr Bagobiri affirme que malgré de nombreux signalements concernant les assaillants, aucune arrestation n’a eu lieu. L’évêque a qualifié les « bergers islamistes peuls… de troisième organisation terroriste la plus meurtrière au monde actuellement ».

 

« … les charniers s’accumulent autour de nous » 

Nigeria, village d’Asso: les corps de trois des 12 victimes, lors de leur enterrement.

 

Selon lui, « étant donné la nature complexe des armes utilisées pendant les opérations [des islamistes], il y a lieu de penser que des proches au gouvernement et dans l’armée aient pu leur fournir ces armes. Au Nigeria, les Peuls sont actuellement responsables des douanes, de l’immigration et du Ministère de l’Intérieur. Il est donc aisé de transporter des armes dangereuses à travers nos frontières, sans que personne ne les empêche. Quand des armes sont découvertes, elles sont souvent remises à la police ou à d’autres organismes de sécurité, et l’on n’entend plus parler de ces armes.» L’évêque estime que les gouvernements, tant fédéral que ceux des États, ont « plus de sympathies pour les agresseurs que pour les victimes ».

 

À propos des chrétiens assassinés ainsi que des déplacements de population au Nigeria, il a déclaré : « C’est exactement ce que les djihadistes peuls font aujourd’hui dans le sud de l’État de Kaduna, région de la ceinture centrale, ils font aussi des incursions dans le sud-est et le sud-ouest du Nigeria ». Selon lui, « le nombre de décès semble augmenter de jour en jour, et les charniers s’accumulent autour de nous ».

 

Charcutage islamique et fraude électorale

 

Selon Mgr Bagobiri, la stratégie des terroristes peuls et les moyens utilisés lors de la dernière attaque incluaient un véhicule pour pouvoir s’enfuir, et des « armes sophistiquées » pour tuer les chrétiens réunis en prière. Dans l’homélie prononcée lors des funérailles de certaines des victimes, il a déclaré : « Nous pouvons voir qu’il existe un programme bien rodé et fortement subventionné d’élimination systématique ». Il a appelé le gouvernement à inverser le charcutage électoral islamiste qui, estime-t-il, est une politique de fraude électorale imposée au peuple afin d’exclure les chrétiens. « La délimitation des circonscriptions et l’implantation des bureaux de vote, qui dans le passé ont été réalisées de manière arbitraire et frauduleuse afin d’assurer en amont un trucage du vote en faveur d’une religion et d’une partie de la population de l’État de Kaduna, doivent être revues et corrigées à l’aide de données tant géographiques que numériques jusqu’à présent ignorées ».

Les funérailles de victimes des attaques du 15 avril, tués lors de la Veillée pascale.

 

« S’il vous plaît, trouvez un moyen d’attirer l’attention du monde sur cette menace des activités terroristes des bergers peuls », a-t-il demandé.

 

Aide à l’Église en Détresse aide les chrétiens persécutés au Nigeria – en soutenant les victimes d’atrocités, en remettant des honoraires de messe aux prêtres pauvres et persécutés, en aidant à réparer les églises et en soutenant l’achat de véhicules pour des membres du clergé afin qu’ils puissent exercer leur ministère dans les régions éloignées.

 

*Le Nigeria est une République fédérale dont le modèle s’inspire des États-Unis.

 

Article original en anglais écrit par Murcadha O’Flaherty et John Pontifex, ACN International
Adaptation française pour le Canada: Mario Bard, Aide à l’Église en Détresse Canada


 

Articles récents