fbpx
X
Faire un don

COMMUNIQUÉ : Égypte – « Ce n’est pas un conflit religieux ! »

 Oliver Maksan, AED International

ACN-20131016-01802
©AED/ACN

Montréal, le lundi 28 octobre  2013 – Après un attentat perpétré contre des chrétiens au Caire, le Père Hani Bakhoum Kiroulos, secrétaire du patriarche copte catholique, a réfuté l’opinion selon laquelle l’Égypte vivrait actuellement un conflit religieux. « Prétendre qu’il s’agit d’un conflit entre musulmans et chrétiens va simplement à l’encontre de la réalité. Les chrétiens ne sont pas les seuls à subir des agressions, celles-ci visent aussi des institutions de l’État. », a souligné l’ecclésiastique dans un entretien accordé à l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en Détresse (AED). Rappelons que le dimanche 20 octobre dernier, des inconnus avaient ouvert le feu sur les invités d’un mariage copte et tué quatre personnes.

Le Père Hani Bakhoum Kiroulos a dit : « Les auteurs de l’attentat veulent nous provoquer, nous autres chrétiens, afin que nous demandions une intervention de la part de l’Occident, notamment des États-Unis ou des pays européens. Le conflit serait alors internationalisé et l’unité nationale scindée. Par ailleurs, leur objectif est d’impliquer les chrétiens dans une guerre civile. Cette tactique ne fonctionnera toutefois pas. Nous, les chrétiens, avons montré que nous étions de vrais Égyptiens. » La source du problème résiderait dans le refus des fondamentalistes de respecter le souhait de la majorité des Égyptiens, qui demandent un État civil et démocratique.

Trois étapes pour surmonter la crise

Les Frères musulmans avaient exprimé leurs condoléances après cette attaque récente. Le Père Hani Bakhoum Kiroulos se dit incapable de juger de la sincérité de ces condoléances, tout en ajoutant : « Mais je peux dire que de nombreux terroristes sont entrés dans le pays durant la période du gouvernement des Frères musulmans. Nous souffrons maintenant des conséquences de leur gouvernement. »

ACN-20130819-00221
©AED/ACN

Le Sinaï serait plein de terroristes. Entre-temps, ils opéreraient dans tout le pays. À la question si les forces de sécurité entreprenaient suffisamment pour assurer la protection des chrétiens, le Père Hani Bakhoum Kiroulos a déclaré : «  En fait, des policiers sont postés devant de nombreuses églises, mais dans la plupart des cas, les terroristes frappent de manière totalement imprévue. C’est un problème de terrorisme qui touche pareillement tous les Égyptiens, et pas seulement les chrétiens. L’Égypte mène une guerre contre le terrorisme. »

Selon le Père, l’Égypte ne pourrait surmonter qu’en trois étapes la crise intérieure actuelle, survenue après la destitution du président Morsi : « Premièrement, nous avons besoin d’une nouvelle Constitution ainsi que d’élections présidentielles et législatives ; deuxièmement, les éléments terroristes qui déstabilisent le pays doivent être éliminés, les criminels doivent être punis ; et troisièmement, tous les groupes d’Égypte doivent véritablement se réconcilier. Pour cela, les Frères musulmans doivent accorder la priorité aux intérêts de l’Égypte face à leurs propres intérêts. C’est la seule voie pour nous afin d’obtenir un État véritablement démocratique et civil. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents