fbpx
X
Faire un don

Photo du haut: Icône de Notre-Dame de Kazan (crédit: Mospat.ru).

Rencontre entre le pape et le patriarche :

« La rencontre est un cri commun d’appel à la paix »

 

Peter Humeniuk, expert sur la Russie auprès d’Aide à l’Église en Détresse (AED), estime que la rencontre entre le pape François et Cyrille Ier, patriarche russe orthodoxe de Moscou et de Toute la Russie, est un « événement sensationnel et un moment de grande joie ». Elle réalise un rêve que caressait déjà Saint-Jean-Paul II. L’annonce de cette rencontre qui se déroule le 12 février à Cuba « a certes créé la surprise ». Mais d’autre part, « cela faisait plusieurs années que beaucoup de travaux préliminaires avaient été faits en ce sens. »

Peter Humeniuk, expert sur la Russie auprès d'Aide à l'Église en Détresse.
Peter Humeniuk, expert sur la Russie auprès d’Aide à l’Église en Détresse.

 

Peter Humeniuk a souligné que si cette rencontre est devenue réalité beaucoup plus rapidement que prévu, « c’est également dû à la situation géopolitique dramatique ». Il considère : « Nous sommes actuellement témoins d’une persécution des chrétiens d’une ampleur absolument unique et qui menace l’existence du christianisme dans quelques parties du monde. Quand le monde s’embrase, des questions singulières relatives à la politique des Églises ne jouent qu’un rôle subordonné. Le témoignage commun est plus important que jamais ! » La rencontre est un « cri commun d’appel à la paix ».

 

Si les chefs de ces deux Églises ne se sont pas encore rencontrés personnellement, ça ne signifie pas nécessairement qu’il n’y a pas eu de coopération jusqu’à maintenant. Cette rencontre constitue donc « l’apogée de ce qui a été atteint jusqu’à aujourd’hui, mais elle est fondée sur quelque chose qui s’est construit depuis plusieurs dizaines d’années déjà. »

 

Par le passé, les deux Églises s’étaient souvent exprimées d’une seule voix. Peter Humeniuk ajoute : « Par exemple au mois de septembre 2013, lorsque le pape François et le patriarche Cyrille ont élevé leurs voix en faveur de la paix en Syrie. À l’époque, le patriarche Cyrille a écrit au président Obama, tandis que le pape François écrivait au président Poutine. On peut s’attendre à ce que la coopération entre des deux Églises s’approfondisse et s’intensifie après cette rencontre de leurs deux représentants.» La signature d’une déclaration commune « montre le succès des travaux préliminaires. Il est permis d’espérer et de prier qu’elle produira des fruits abondants », ajoute Humeniuk.

Pour l’AED qui s’engage depuis presque 25 ans en faveur du dialogue entre les Églises catholique et russe orthodoxe, cette rencontre entre le pape et le patriarche de Moscou constitue « un encouragement et une confirmation de poursuivre dans cette voie », estime-t-il.  « En même temps, nous recherchons également de nouvelles formes de coopération, qui se manifesteront à travers de nouveaux projets et des actions conjointes. Des champs d’activité important émergent, par exemple l’intervention commune contre la persécution des chrétiens ou l’engagement en faveur de la famille chrétienne. Dans ce contexte, il y a beaucoup de choses à faire, et la volonté d’une recherche solidaire de solutions et de témoignages communs est forte dans chacune des deux Églises. Eu égard à la situation mondiale, les Églises ne peuvent faire entendre leur voix qu’en lançant ensemble leur cri d’appel à la paix. À l’AED, il est évident que nous continuerons d’apporter notre contribution pour avancer sur cette voie.»

 

 

Art workshop on the establishment of a rehabilitation center for drug addicts in Sapernoe Saint-Petersburg region

 

 

Entrevue: Eva-Marie Kolmann, ACN international
Adaptation: Mario Bard, AED Canada


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents