X
Faire un don

Génocide au Moyen-Orient 

L’AED salue la décision du Département d’État américain

 

ACN International – Aide à l’Église en Détresse (AED) salue la décision du Département d’État américain de reconnaître que la souffrance endurée par les chrétiens et les autres minorités religieuses, aux mains de l’État islamique (ÉI), est un « génocide ». L’utilisation du terme – dont le sens est très précis en droit international – pourrait ouvrir la porte à des actions afin de mettre fin aux groupes, dont l’ÉI, qui cherchent à éliminer le christianisme de ses terres d’origine. Une telle déclaration pourrait aussi ouvrir la porte à d’éventuels recours en justice pour les victimes.

 

L’AED a reçu régulièrement des rapports sur les attaques contre les communautés chrétiennes des représentants de l’Église catholique en Syrie, en Irak, en Jordanie, au Liban et, ces derniers temps, dans plusieurs pays africains et asiatiques où le soi-disant État islamique a tenté d’éliminer les chrétiens.

Johannes Freiherr Heereman, président exécutif d'Aide à l'Église en Détresse International.
Johannes Freiherr Heereman, président exécutif d’Aide à l’Église en Détresse International.

 

« La mort n’est pas la seule condition qui justifie [l’utilisation] du terme de génocide », a indiqué le président exécutif de l’AED International, Johannes Heereman. « La Convention des Nations Unies (pour la prévention et la répression du génocide) indique que l’intention déclarée de détruire en tout ou en partie un groupe ethnique, culturel, racial ou religieux signifie que l’acte de l’auteur est un génocide. On n’a pas besoin — et même on ne devrait pas! — attendre qu’il ne reste plus personne pour raconter l’histoire, afin d’appeler [de telles agressions] génocide ».

 

Les actes de génocide dont AED a été informée par ses partenaires de projet comprennent des assassinats, des dommages physiques et mentaux, des groupes forcer de vivre dans des conditions difficiles, la ségrégation des hommes et des femmes, et le transfert forcé d’enfants loin de leurs parents.

 

« Nul besoin de créer de nouveaux termes afin de décrire ce qui se passe pour nous », a déclaré Mgr Antoine Chbeir de Lattaquié en Syrie. « Tous les actes de génocide sont des crimes contre l’humanité, mais le contraire n’est pas nécessairement vrai. Et [si une situation est déclarée comme étant un génocide], l’ONU a clairement des directives à suivre et [le devoir] de prendre les actions [qu’il faut], avec ses membres [pour régler la situation], ce qui ne signifie pas nécessairement l’envoi de soldats sur le terrain ».

 

Pictures from Ignatio Zori - Trip Iraq March 2015 CommunicationLa Convention des Nations Unies exige que ses pays signataires arrêtent un génocide alors qu’il est en plein développement; non seulement doivent-ils arrêter les ceux qui le commettent directement, mais ont-ils aussi l’obligation d’arrêter les complices et les facilitateurs — y compris ceux qui les financent.

 

La décision du Département d’État des États-Unis s’ajoute à d’autres initiatives récentes, au sein d’un mouvement de plus en plus mondial afin d’arrêter le génocide contre les chrétiens et d’autres minorités religieuses en Syrie et en Irak. Des résolutions adoptées par le Parlement européen (4 février 2016) et le Conseil de l’Europe (27 janvier 2016) sont les premières véritables actions politiques entreprises en ce sens.

Au Canada, l’AED a fait parvenir une lettre au premier ministre Justin Trudeau afin que son gouvernement reconnaisse le génocide en cours. Pour l’instant, la directrice du bureau, Mme Marie-Claude Lalonde, a reçu un accusé de réception de la part du bureau du premier ministre.

Appuyer la campagne dans les réseaux sociaux grâce au mot clé #CallItGenocide.

 

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents