fbpx

Voyager avec l’AED

 

Voyager avec l’AED – Inde

26.06.2015 in Inde, Transport, Voyager avec l'AED

INDIA / ELURU 13/00348 Motorcycle and 10 bicycles for pastoral wVOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Inde

Un vélomoteur et dix vélos pour la pastorale

Quand le diocèse d’Eluru, dans l’Andhra Pradesh, a été fondé en 1977, il ne comptait que 25 paroisses pour 90 000 catholiques. Aujourd’hui, il y a 110 paroisses avec plus de 200 000 fidèles. La paroisse d’Elurupadu est encore nouvelle. Elle a dix stations extérieures. Jusqu’à présent, elle compte 3 500 fidèles catholiques, et le nombre est en forte augmentation. Il y a 250 personnes qui se préparent actuellement à recevoir le baptême !

Cependant, les gens vivent dans une extrême pauvreté. Il n’y a pas de véritables routes pour rejoindre les villages et les gens doivent parcourir de longues distances à pied pour acheter les choses dont ils ont besoin pour vivre. Des familles entières vivent dans de petites huttes au toit de chaume et il n’y a pas d’eau courante. Les gens travaillant comme journaliers et vivent au jour le jour. Les enfants doivent travailler dans les champs des propriétaires terriens, garder le bétail des riches ou s’engager comme domestiques. Ils ne peuvent pas aller à l’école. En moyenne, les familles ne disposent que de moins d’un dollar par jour. Elles se font souvent escroquer et ne touchent même pas leur maigre salaire journalier faisant en sorte que toute la famille se couche le ventre vide.

« Je vois leur combat quotidien pour survivre, et j’ai vécu la même souffrance ayant moi-même grandi dans la même situation. Je suis très ému par leur foi et je voudrais les aider autant que possible à échapper à cette situation », dit le père Yesudasu, qui vient lui-même d’une famille de Dalits (également connus sous le nom « d’intouchables »), lesquels sont au bas de l’échelle sociale indienne.

Pour arriver auprès des fidèles

INDIA / ELURU 13/00348 Motorcycle and 10 bicycles for pastoral w

Il est tout de même fier de ses parents : « Bien que mes parents aient été pauvres parce qu’ils travaillaient comme journaliers dans les champs, ils ont été enrichis par la foi catholique. Peut-être que leur foi et leurs prières m’ont encouragé à suivre ma vocation et à être ordonné prêtre. Par la grâce de Dieu, je réussis à prêcher la Parole de Dieu et à diriger vers le Royaume de Dieu les âmes qui aspirent à cela. Il y a ici beaucoup d’âmes qui cherchent à être guidées dans le parcours qu’elles effectuent en présence de Dieu. Mon plus grand objectif est d’amener la Parole de Dieu à ceux qui en ont le plus besoin. Mon père est mort quand j’avais six ans et mon frère aîné est mort lui aussi, ainsi que le fils de mon frère le plus âgé. Cela s’est passé quand j’étais encore petit, mais je ressens encore cette perte. Cependant, je sens que Dieu sera toujours avec moi pour travailler à sa vigne. »

Comme les distances sont grandes, dix catéchistes l’aident dans son travail, le prêtre ne pouvant être partout en même temps. Les catéchistes visitent les malades, enseignent la foi aux gens, les préparent à recevoir les sacrements. Ils prient avec eux, se chargent de la liturgie de la parole et des prières, et enseignent le catéchisme.

Pour que le prêtre et les catéchistes puissent plus facilement arriver auprès de leurs fidèles, nos bienfaiteurs ont offert 1 900 $. C’est ainsi que chacun des dix catéchistes a pu recevoir un vélo, et le prêtre, qui se déplace encore plus qu’eux, un vélomoteur. Maintenant, ils perdent moins de temps sur les chemins ardus et peuvent passer plus de temps avec les gens.

Le Père Yesudasu remercie tous les bienfaiteurs du fond du cœur : « La charité que vous nous avez témoignée sera une aide pour le Christ et pour la propagation de son Évangile. Votre main généreuse nous est très précieuse. Elle a renouvelé en nous le dévouement au service des pauvres, des opprimés et des personnes défavorisées pour que nous devenions une société guidée par l’esprit. Que Dieu bénisse tous les bienfaiteurs de sa grâce spéciale. S’il vous plaît, priez pour nous. »

faire-un-don

 

Cameroun – Une salle pour servir d’église

19.06.2015 in AFRIQUE, Cameroun, Persécution, PROJETS AED, Voyager avec l'AED

Bishop Bruno Ateba Edo CAMEROON / MAROUA-MOKOLO 15/00094 ConstruVOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Cameroun

Une salle pour servir d’église aux catholiques ayant fui Boko Haram

 

Non seulement le Nigeria souffre des violentes attaques de l’organisation terroriste Boko Haram, mais aussi le nord du pays voisin, le Cameroun. Pourtant, ces attentats n’attirent que peu l’attention du public.

Mgr Bruno Ateba, évêque de Maroua-Mokolo, un diocèse frontalier, le déplore : « Ce qui s’est passé à Paris, lors des attentats, nous le vivons tous les jours ici et personne n’en parle dans le monde. » Le monde entier tourne plutôt son regard vers le Moyen-Orient. Rien que dans son diocèse, deux employés, trois catéchistes et plus d’une trentaine d’autres chrétiens ont été tués depuis l’automne de l’année 2014. À cela s’ajoutent de nombreux enlèvements.

Boko Haram enlève notamment beaucoup d’enfants et de jeunes pour qu’ils servent de « chair à canon ». D’autres sont remis aux terroristes par leurs familles contre de l’argent et de fausses promesses. Ces derniers mois, à peu près 2 000 enfants et adolescents de 5 à 15 ans ont été initiés de cette manière à la violence de Boko Haram. Il y a aussi des filles parmi eux.

CAMEROON / MAROUA-MOKOLO 15/00094 Construction d'un hangar comme

Si les chrétiens sont touchés par la terreur, beaucoup de musulmans en sont également les victimes. Dans plusieurs localités, des mosquées ont été incendiées et des imams égorgés parce qu’ils ne voulaient pas suivre les consignes de Boko Haram. Depuis décembre 2013, la communauté musulmane camerounaise se positionne de plus en plus clairement contre Boko Haram, lui refusant toute autorisation de se prétendre musulman. Il arrive souvent que des musulmans aident des chrétiens en danger, raconte l’évêque de Maroua-Mokolo : « C’est avec eux que nous portons cette souffrance ».

L’infrastructure de la région concernée, qui est l’une des plus pauvres du Cameroun, a été gravement endommagée. À cause de la terreur, plus de 110 écoles et 13 centres de santé ont été fermés, et des postes de police ont été détruits. Beaucoup de gens sont en fuite. Rien que dans le diocèse de Maroua-Mokolo, plus de 55 000 personnes ont pris la fuite. Beaucoup ont trouvé à se loger auprès d’amis ou de parents, et plus de 22 000 ont trouvé refuge quelque part en pleine nature.

CAMEROON / MAROUA-MOKOLO 15/00094Construction d'un hangar comme

À la population locale en fuite s’ajoute l’afflux de dizaines de milliers de réfugiés du Nigeria, qui tentent également d’échapper à la violence de Boko Haram. Au total, plus d’un million de personnes doit être en train de fuir Boko Haram et des milliers d’entre elles viennent dans le nord du Cameroun.

Mgr Ateba, évêque de Maroua-Mokolo, lance un appel à la communauté internationale : « Aujourd’hui, nous implorons votre attention, votre prière et votre aide. Aidez-nous à faire cesser cette brutalité sans nom qui détruit tout espoir d’avenir et réduit à néant le travail de plusieurs générations de croyants qui travaillent au coude à coude. » Et l’évêque d’ajouter : « Cependant. nous notons avec admiration que, malgré la peur et le danger, de nombreuses communautés chrétiennes continuent à se rassembler pour la prière, comme autant de petites lucioles de foi allumées dans la nuit ».

20 230 $ permettraient à l’Aide à l’Église en Détresse de soutenir la construction d’une grande salle dans laquelle les 5 200 réfugiés catholiques actuels du camp de Minawao pourraient se réunir pour prier et assister à la messe, et être pris en charge pastoralement.

faire-un-don

 

Voyager avec l’AED – Ukraine

12.06.2015 in Prière, PROJETS AED, Voyager avec l'AED

UKRAINE / IVANO-FRANKIVSK-UCR 14/00596Construction of a parishVOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Ukraine

Une aide pour achever le nouveau centre paroissial

La paroisse « Saints Cyrille et Méthode », à Krekhivtsi, a été fondée en 2004. Elle est dirigée par des prêtres de l’Institut du Verbe incarné. Des sœurs de cet Institut avaient déjà leur noviciat sur le terrain de la paroisse depuis l’an 2000. La Communauté, qui a été fondée en Argentine en 1984, jouit de vocations nombreuses en Ukraine. Elle suit les deux rites, ce qui signifie que les offices sont célébrés dans le rite latin et le rite byzantin. L’église paroissiale n’a été consacrée qu’en 2013.

La communauté est très active dans le travail auprès des enfants et des jeunes. Elle a en même temps organisé une « école de la foi », c’est-à-dire une catéchèse pour adultes. En effet, l’éducation athée de l’époque soviétique a conduit à ce que plusieurs générations grandissent sans connaître la foi. Beaucoup de parents ne peuvent pas répondre aux questions de leurs enfants. Certains disent : « Comment puis-je apprendre à prier à mes enfants, alors que je viens moi-même tout juste d’apprendre le Notre Père par la télévision ? » Mais le désir d’en apprendre plus sur Dieu est très prononcé chez beaucoup de gens. C’est à ce besoin que les pères et les sœurs du Verbe incarné répondent par leurs offres catéchétiques.

UKRAINE / IVANO-FRANKIVSK-UCR 14/00596 Construction of a parish

Cependant, il n’y a aujourd’hui pas assez de locaux pour faire la catéchèse. La construction d’un centre paroissial a donc commencé et 200 familles profiteront du bâtiment. Aide à l’Église en Détresse (AED) aide à l’installation des fenêtres à concurrence de 9 500 $.

Mgr Volodymyr Vijtyshyn, archevêque d’Ivano-Frankivsk, nous a chaudement recommandé le projet, et a en même temps remercié tous les bienfaiteurs de l’AED pour tous ce qu’ils avaient déjà fait dans le passé pour son éparchie : « Nous vous remercions très chaleureusement pour votre solidarité et votre aide généreuse que nous ressentons constamment. Nous vous remercions aussi pour votre grande contribution au développement de l’Église catholique, et nous prions chaque jour pour vous. Notre prière est un petit signe de notre profonde gratitude. »

faire-un-don

Bosnie-Herzégovine – Témoignages de cinq jeunes sur la visite du Pape

05.06.2015 in Bosnie, Pape, Voyager avec l'AED

Group picture with youth in front of the future Youth ministry CBosnie-Herzégovine

Témoignages de cinq jeunes sur la visite du Pape

 Vingt ans après la fin de la guerre de Bosnie, les jeunes du pays se réjouissent tout particulièrement de la visite du Pape, prévue pour demain. Nous terminons aujourd’hui notre série de cinq témoignages d’entre eux qui révèlent leur enthousiasme quant à la venue du Saint-Père en Bosnie-Herzégovine.

 5e témoignage

Suzana Katava

Portrait of Suzana Katava, one of the young people who are activUn individu doit commencer à partir de lui-même, se changer lui-même en meilleur et donner ce changement comme un exemple pour les autres. Par conséquent, je suis sûre que le Pape François sera une source d’inspiration pour les changements qui sont tous très nécessaires, mais j’espère aussi qu’il apportera la beauté, la clarté et la paix, afin que nous puissions chasser les péchés qui nous séparent toujours et encore, et j’espère que cette visite aidera les gens à tourner leurs pensées et leur cœur vers Dieu avec la prière.

Moi-même, en tant que théologien, et par-dessus tout en tant que bénévole qui suit l’exemple et le travail de la Mère Teresa, je suis prête, spirituellement et physiquement, à accueillir un grand homme, qui a dit quelque chose à propos des bénévoles : la gentillesse peut offrir beaucoup plus que l’argent qui souvent déçoit tous ceux qui font confiance au pouvoir, à la gloire et à l’argent. La gentillesse est, par défaut, une récompense et cette récompense nous conduit toujours vers Dieu.

Merci pour ces paroles d’encouragement et bienvenue au Pape !

Voyager avec l’AED – Haïti

05.06.2015 in PROJETS AED, Transport, Voyager avec l'AED

HAITI / PORT-AU-PRINCE 14/00605Popular missions and catechism,VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Haïti

Être présent pour l’évangélisation

Le Concile Vatican II a souligné que l’Église était par essence missionnaire. Le père Gilbert Peltrop, de la paroisse de Saint-Gérard, à Port-au-Prince, a pris cela très à cœur. « Sans la mission, l’Église est morte », dit-il.

Il appartient lui-même à l’ordre des Rédemptoristes qui, comme il le dit, « est présent pour l’évangélisation, surtout auprès de ceux qui sont spirituellement et matériellement abandonnés ». C’est pourquoi, il organise dans sa paroisse la catéchèse et des missions qui atteignent un grand nombre de fidèles.

Le but est « de renforcer la foi de ceux qui sont dans le besoin dans tous les recoins de la paroisse et de partager avec eux l’expérience quotidienne de la foi que nous faisons avec Jésus- Christ, Bon Berger et libérateur ». Il faut aussi et surtout atteindre les gens qui ne pratiquent pas la foi ou qui ne connaissent que peu de choses sur Jésus. Par ailleurs, les gens qui n’ont pas encore reçu les sacrements doivent être encouragés à se joindre entièrement à la famille de l’Église. Mais tout cela est impossible sans le matériel approprié. Les frais de transport, haut-parleurs, matériel de travail – tout cela coûte de l’argent.

HAITI / PORT-AU-PRINCE 14/00605Popular missions and catechism,

En 2014, les bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse ont soutenu la mission dans la paroisse Saint-Gérard à hauteur de 8 150 $. Les fruits sont considérables : d’innombrables personnes ont été affermies dans la foi, 475 enfants ont été baptisés et neuf couples se sont mariés à l’église en une seule journée.

Le père Gilbert Peltrop écrit : « Nous vous remercions du fond du cœur et vous prions de transmettre nos remerciements aux bienfaiteurs qui nous ont permis de semer la Parole de Dieu dans tous les recoins de la paroisse. »

faire-un-don

 

Voyager avec l’AED – Russie

29.05.2015 in PROJETS AED, Russie, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Russie

Construction d’un église dédiée à Saint Jean-Paul II à Toljatti

RUSSIA / SARATOV-LAT 14/00266 Build a church "Blazhennogo IoannaLa ville de Toljatti se situe à environ 1 000 kilomètres de Moscou, dans le sud de la Russie, sur les rives de la Volga. Elle compte plus de 700 000 habitants et se caractérise par son industrie automobile. Son centre industriel attire beaucoup de monde, car il propose des emplois.

La paroisse catholique Notre-Dame de Fatima a été fondée en 1997. Cependant, sa petite chapelle de bois s’est rapidement avérée insuffisante pour les besoins de la paroisse qui est florissante. Compte tenu que la messe y est célébrée tous les jours, les enfants, les adolescents et les adultes y reçoivent un enseignement catéchétique après la messe dominicale, et il y a plusieurs groupes de prière, un groupe d’enfants de chœur et une chorale. Au moment de l’avent et du carême, les fidèles organisent l’opération humanitaire « Partage ton cœur » pour récolter des secours pour les pauvres. Plus de 200 kilogrammes de biens sont à chaque fois rassemblés.

La paroisse compte actuellement 150 membres, mais la ville compte encore plus de catholiques qui ne sont cependant pas encore en contact avec la paroisse. À cela s’ajoutent des étrangers (coréens, américains, français et autres), qui viennent dans la ville pour l’industrie automobile. Hélas, la chapelle qui est actuellement utilisée par la paroisse est déjà bien trop petite pour les gens qui viennent régulièrement à l’église.

En 2008, la municipalité a promis une parcelle de terrain à la paroisse. En 2012, les fondations de la nouvelle église ont été jetées. Elle sera consacrée au Pape Jean-Paul II, qui avait tant à cœur la Russie et les bons contacts avec l’Église sœur orthodoxe russe. La paroisse entretient de très bonnes relations avec l’Église orthodoxe, et même l’archevêque orthodoxe Sergueï se réjouit de voir enfin surgir dans sa ville une plus grande église catholique. Aide à l’Église en Détresse a soutenu dès le départ la construction, et a fourni une aide de 66 160 $ en 2012, et de 39. 690 $ en 2014. Maintenant, la paroisse a à nouveau besoin d’aide pour pouvoir enfin achever les travaux. C’est pourquoi nous avons encore promis 66 160 $.

faire-un-don

 

Voyager avec l’AED – Centrafrique

22.05.2015 in Centrafrique, Formation religieux, PROJETS AED, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Centrafrique

Des livres pour la formation des jeunes vocations

Central African Republic, Bangui: Holy Mass at the refugee CampLe père Anastasio Roggero est une légende vivante. Ce missionnaire de 76 ans de la province liturgique des Carmes Déchaux n’est certes pas missionnaire au sens strict, vu qu’il ne travaille pas en permanence en Afrique. Cependant, son cœur est en République centrafricaine, et là-bas, presque tout le monde le connaît. Il est l’un des pionniers des missions fondées par les Carmes en République centrafricaine il y a quarante ans en plus d’être le fondateur du couvent des Carmes de Bangui. Il en avait rêvé depuis longtemps, mais ce n’est qu’en 2006 que s’est réalisé son rêve de voir apparaître dans la capitale de ce pays un couvent en plus des quatre stations missionnaires carmélitaines qui y existaient déjà.

 

 

Il y a une colline au milieu du site qui se trouve près de l’aéroport. Le mot « Carmel » est écrit sur son versant en lettres de 12 mètres de hauteur. On peut même le lire depuis l’avion. Quand le Père Anastasio vient rendre visite à ses confrères, on entend d’innombrables enfants crier « ciao », le seul mot d’italien qu’ils connaissent. Pour eux, c’est tout simplement le « Père Ciao ». Même les adultes exultent de joie quand il arrive.

Le père Anastasio se réjouit lui aussi de constater que « son » monastère est florissant en accueillant désormais également des vocations locales. C’est ainsi que 12 religieux qui ont déjà prononcé leurs vœux perpétuels y vivent aujourd’hui. D’autres jeunes hommes ont rejoint le monastère où ils sont encore en formation.

 CENTRAL AFRICAN REPUBLIC / NATIONAL 13/00131 Renewing of the lib

Cependant, le monastère des Carmes de Bangui n’a pas été épargné par la guerre. Depuis décembre 2012, le terrain est devenu un camp de réfugiés. « Imaginez-vous 10 000 personnes qui organisent pendant des mois une sorte de pique-nique dans votre jardin : il est inévitable qu’il y ait quelques tonnes de déchets et que l’herbe en garde des traces », dit le père Federico Trinchero, qui était prieur quand les réfugiés sont arrivés par milliers. Toutefois, la vie monastique continue, même si entretemps des bébés sont nés dans la chapelle et dans la salle capitulaire, et que la vie quotidienne a été bouleversée à bien des égards.

Malgré la guerre, les vocations ne manquent pas. C’est ainsi qu’un groupe de dix jeunes aspirants a été accueilli à Pâques 2014 au monastère. Ce qui, à vrai dire, a été une joie et une bénédiction de Dieu pour la communauté, même si elle a été en même temps un défi. En effet, où les religieux vont-ils héberger ces jeunes hommes alors que le monastère est bondé de réfugiés ?

Central African Republic, Bangui: Refugee Camp on the compound o

Heureusement, ils savent se débrouiller : ils ont sans hésiter mis en place un dortoir dans le réfectoire. Sauf qu’il faut aussi former cette jeune génération de l’ordre. « Nous ne nous laissons pas décourager », écrit le père Federico. « Nous sommes très heureux d’être ici et de pouvoir servir l’Église et le peuple de ce pays. Et surtout, nous ne voulons pas que les tristes événements qui secouent encore le pays empêchent nos jeunes frères de suivre aussi calmement et dignement que possible leur formation théologique et philosophique. »

Les jeunes hommes qui sont aujourd’hui en formation seront ceux qui aideront un jour leur peuple à vivre en paix. Le père Federico a demandé une aide pour la formation des jeunes religieux, afin que la bibliothèque du monastère puisse être complétée. Aide à l’Église en Détresse les assiste à hauteur de 8 600 $.

faire-un-don

 

Voyager avec l’AED – Argentine

15.05.2015 in PROJETS AED, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Argentine

Success Story : Soutien à la pastorale des jeunes du diocèse d’Añatuya


ARGENTINA / AÑATUYA 13/00188Pastoral activities for young peopL’Église en Argentine, patrie du Pape, a besoin d’aide. Le pays est dominé par des crises politiques, économiques et sociales. De vastes couches de la population sont pauvres. La détresse en a conduit beaucoup dans les bras des sectes qui les séduisent par leur argent et leurs grandes promesses.

Ce sont surtout les personnes les plus faiblement enracinées dans leur foi catholique, et peu familiarisées avec les vérités de la foi, qui sont le plus facilement victimes de ces sectes. Cela représente un défi majeur pour l’Église catholique. L’Église d’Argentine assume ce défi, bien que le manque flagrant de prêtres et les distances parfois énormes à parcourir dans les différents diocèses compliquent sa tâche.

 

Le diocèse d’Añatuya, l’un des plus pauvres du pays, se trouve à environ 200 km de la capitale provinciale, Santiago del Estero, dans le Nord-Ouest de l’Argentine qui est sec et assez stérile. Le revenu annuel moyen s’élève ici tout juste à 300 pesos, soit environ 53 $ par mois. Le chômage atteint un taux aussi bas que 65 %. Cela fait de nombreuses années que l’Aide à l’Église en Détresse (AED) soutient le travail de l’Église catholique dans le diocèse.

Ce dernier s’étend sur une vaste zone de 68 000 km², mais n’a une population que de 120 000 habitants, dont environ 85 % de catholiques. La région est aride, les infrastructures sont mauvaises et les voyages représentent des défis, surtout pendant la saison des pluies. Les 33 prêtres du diocèse sont heureux lorsqu’ils peuvent se rendre au moins une fois par mois dans chaque paroisse pour y célébrer la messe.

Des activités de toutes sortes

ARGENTINA / AÑATUYA 13/00188 Pastoral activities for young peop

Des milliers d’enfants et de jeunes gens qui ne sont pas encore acquis à la foi ni à l’Église vivent aussi dans ces paroisses. Des activités leur sont proposées dans les paroisses (par exemple à Los Juríes, Huachana et Tucumán) ainsi que dans les écoles. Il est question des problèmes sociaux et des valeurs chrétiennes quand des camps de jeunes et des olympiades sont organisés pour aborder, par exemple, les problèmes d’alcool et de drogues dans la société.

Ce sont en revanche des questions spirituelles qui sont abordées quand environ 300 jeunes accomplissent, par exemple, un pèlerinage à Matará, visitent le lieu de pèlerinage de Huachana, se rassemblent à Quimilí pour la Pentecôte, ou quand les jeunes filles participent à des journées de retraite sur le thème des vocations à Tintina.

Six fois par an, des rencontres de trois jours et des ateliers – non mixtes entre les garçons et les filles – permettent la formation de moniteurs dans les domaines de la catéchèse et de l’étude de la Bible. Compte tenu du manque de prêtres, ils jouent un rôle important de démultiplicateurs. Un autre cours de deux jours est destiné à 80 responsables de groupes de jeunes. De grandes rencontres de jeunes ont aussi lieu à Añatuya et Monte Quemado.

Toutes ces activités coûtent de l’argent. Il faut payer la nourriture, les transports, le matériel de travail. Les jeunes participants, les prêtres et l’évêque remercient du fond du cœur les donateurs de l’AED pour les 15 880 $ qu’ils ont offerts pour financer ces programmes. Il s’agit là d’un investissement dans l’avenir de l’Église de ce diocèse. « C’est incroyable de voir arriver des jeunes qui rayonnent autant de joie et qui désirent non seulement partager avec d’autres et apprendre à se connaître les uns les autres, mais aussi qui sont toujours conscients que c’est le Christ qui au centre », nous relate l’un des organisateurs. Et Mgr Adolfo Uriona de nous écrire : « Que Dieu vous bénisse ainsi que tous les bienfaiteurs pour tout le bien que vous faites à l’Église en détresse partout dans le monde. Je vous remercie pour votre solidarité. »

faire-un-don

Voyager avec l’AED – Pakistan

08.05.2015 in Persécution, PROJETS AED, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Pakistan

Success-Story : édition de missels en langue ourdou

PAKISTAN / NATIONAL 11/00173 Printing of Bible Diary in Urdu for

 

Beaucoup de chrétiens au Pakistan appellent « sœurs de la Bible » les sœurs de Saint-Paul, et les religieuses sont fières de ce nom ! Non seulement elles tiennent des librairies, mais elles se déplacent aussi dans les paroisses, les villages et les écoles catholiques pour y distribuer des Bibles et livres religieux. Elles sont entièrement consacrées à l’apostolat biblique et médiatique. Elles publient également des livres et du matériel pédagogique audio-visuel pour la catéchèse, ce que désapprouvent de nombreux musulmans.

 

 

Le danger est grand. En effet, la librairie1 des sœurs de Saint-Paul à Karachi a été perquisitionnée en juin 2005 quand un journal a affirmé que des vidéos chrétiennes dénigraient la vie du prophète Mohammed. La police a alors confisqué les films et les CD et arrêté un vendeur. Le vendeur a été détenu pendant 24 heures et les sœurs qui ont été intimidées ont eu très peur.

Un jour, la librairie, qui existe depuis 1948, a dû être fermée car elle avait été visée par des coups de feu. La librairie des sœurs de Saint-Paul à Lahore a été presque détruite le 11 mars 2008 lors d’un violent attentat à la bombe qui visait un poste de police voisin, et qui a aussi gravement endommagé la cathédrale de Lahore et plusieurs bâtiments ecclésiastiques à proximité. De plus, 30 personnes ont été tuées en plus de 250 blessés.

Sœur Timothy Villaram raconte : « Une sœur s’était penchée pour ramasser quelque chose par terre. C’est à cet instant que les fenêtres ont volé en éclats à travers la pièce. Si elle s’était tenue debout, elle aurait eu la tête coupée ». Le magasin entier a été détruit, le toit, le plafond et les murs se sont effondrés, et même les fondations du bâtiment ont été endommagées par l’explosion. Seules les icônes sont restées intactes. « Cela a convaincu nos sœurs une fois de plus qu’elles étaient sous la protection de notre Sainte Patronne. Nous demandons à chacun de remercier le Seigneur d’avoir démontré sa présence aimante parmi nous », déclare Sœur Timothy. Aide à l’Église en Détresse (AED) a ensuite aidé à la reconstruction de la librairie.

PAKISTAN / NATIONAL 11/00173 Printing of Bible Diary in Urdu for

Les sœurs ne se sont toutefois pas laissées décourager puisqu’elles ont poursuivi leur travail. C’est ainsi qu’elles viennent de publier, avec l’aide de l’AED, un missel contenant les lectures du jour de chaque année liturgique en ourdou, la langue nationale du pays. Nos bienfaiteurs y ont participé par leurs dons à concurrence de 26 460 $. « Cela a permis de combler les désirs de nos pauvres chrétiens de pouvoir méditer et pratiquer la Parole de Dieu », écrit Mgr Sebastian Francis Shaw, archevêque de Lahore qui poursuit : « Les prêtres, les catéchistes et les parents sont heureux de pouvoir l’utiliser pour la Lectio Divina, et ils l’utiliseront principalement pour apprendre aux jeunes apôtres à respecter la Parole de Dieu et à prier avec Elle. » L’archevêque, les sœurs et les fidèles remercient du fond du cœur tous les bienfaiteurs pour leur aide généreuse.

_____________________________________

PAGE COUVERTURE - Une initiative de Dieu - histoires de religieuses exceptionnelles1Pour en savoir plus sur cette librairie et surtout sur la religieuse qui en a la responsabilité (Soeur Daniela Baronchelli), nous vous invitons à lire Une Initiative de Dieu – histoires de religieuses exceptionnelles, livre publié par l’AED et dont le lancement est prévu pour le jeudi 14 mai prochain.

 

Voyager avec l’AED – Slovaquie

01.05.2015 in CONSTRUCTION, PROJETS AED, Slovaquie, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

 Slovaquie

Agrandissement d’un centre pastoral pour des enfants roms

SLOVAKIA / ROZNAVA 14/00418Expansion of the Pastoral Center ofEn Slovaquie, l’Église catholique fait face à un défi particulier qui est celui de la prise en charge pastorale des personnes faisant partie de l’ethnie des Roms. Le père Jozafat Jozef Brigan et le père Lorenz Reinhard Brecher, qui ont la charge de 22 villages du diocèse de Roznava où vivent la plupart des familles Roms, sont deux des prêtres qui s’occupent spécifiquement d’eux dont la plupart sont au chômage et vivent dans la pauvreté. Ils ont presque tous plusieurs enfants avec lesquels ils cohabitent dans une seule pièce n’ayant même pas l’eau courante ni l’électricité. Quand l’argent vient à manquer, ils souffrent même de la faim.

 

Le père Jozafat raconte : « Les parents sont si souvent impuissants et frustrés par cette situation qu’ils négligent leurs enfants. Malheureusement, plusieurs sombrent également dans l’alcool. Les enfants en souffrent encore plus et passent plus de temps dans la rue qu’à la maison. » Une fois, un garçon de 11 ans s’est même enfui de chez lui et a supplié un foyer pour enfants de l’accueillir parce que son domicile était devenu invivable. « Nous nous sommes bien sûr occupés de ce garçon qui est resté au foyer, explique le père Jozafat. Il rend régulièrement visite à sa famille, mais ne veut pas se réinstaller chez elle. Cette affaire montre à quel point les enfants grandissent dans des situations familiales difficiles ».

Pour les protéger contre les mauvaises influences

En 2005, la construction d’un centre pastoral pour les enfants et les jeunes a commencé. Depuis 2009, le centre pastoral Don Bosco est devenu une deuxième maison pour un grand nombre d’enfants. Environ 200 enfants de plusieurs villages y viennent désormais après l’école. Ils sont divisés en groupes qui viennent à tour de rôle, selon les jours. Le bus de la paroisse va les chercher à l’école des villages les plus éloignés.

Au centre ils jouent, font leurs devoirs, prient ensemble, font du sport, bricolent, vont à la messe et sont préparés à la réception des sacrements. Le père Jozafat raconte : « Ils apprennent les vertus chrétiennes afin d’assumer un jour eux-mêmes des responsabilités et pouvoir fonder une famille. Ils ont un endroit où ils peuvent passer leur temps libre et leurs week-ends, apprendre quelque chose de nouveau, développer leurs compétences et grandir dans la foi. Nous souhaitons les protéger des mauvaises influences auxquelles ils sont exposés dans la rue ou à cause de l’ennui, parce que nous constatons que beaucoup d’enfants et d’adolescents commencent très tôt à fumer et renifler des solvants. Plusieurs partent dès leurs 14, 15 ou 16 ans pour vivre avec un copain ou une copine. Les conditions de vie des enfants à la maison leur donnent peu d’occasions non seulement de s’épanouir, mais aussi de grandir en bonne santé. Nous nous efforçons de soulager cette souffrance dans les familles. Les enfants reçoivent de nous de quoi manger, mais aussi des vêtements ou des chaussures. »

Comme de plus en plus d’enfants y viennent au centre pastoral, celui-ci est maintenant devenu trop petit. Il est donc nécessaire de l’agrandir. « Nous avons besoin d’une plus grande salle à manger et de chambres où les enfants puissent dormir quand ils passent la nuit chez nous à différentes occasions (week-end, camps d’été, retraites, fêtes du nouvel an). » Nous souhaiterions les aider à effectuer les travaux d’agrandissement à hauteur de 66 160 $.

 

faire-un-don