fbpx

Sri Lanka

 

Nouvelles de l’AED – Les chrétiens sont toujours sous le choc en Sri Lanka

27.06.2019 in ACN International, adaptation : Mario Bard, liberté religieuse, Sri Lanka

Nouvelles de l’AED – Sri Lanka

 

Les chrétiens sont toujours sous le choc

Par Matthias Böhnke, pour ACN International
adapté par Mario Bard pour AED-Canada
publié le 27 juin 2019

« Ces attaques ont ravivé chez beaucoup de gens les souvenirs de l’état d’urgence lié à la guerre civile. La population du Sri Lanka, et en particulier tous les chrétiens, est toujours sous le choc », résume Véronique Vogel, responsable de projets pour l’Aide à l’Église en Détresse (AED) dans ce pays d’Asie. Tout juste quatre semaines après les attaques terroristes du dimanche de Pâques qui ont fait plusieurs centaines de morts et de blessés au Sri Lanka, elle s’est rendue sur place afin d’évaluer la situation et de sympathiser avec certains partenaires qui ont été directement touchés par la violence.

 

Elle évoque une tension palpable dans tout le pays, des troubles réguliers et la peur : « Les mesures de sécurité étaient nombreuses au Sri Lanka lors de notre visite, marquée par l’omniprésence des forces de l’ordre et de l’armée. La population chrétienne en particulier vit toujours dans la peur. Les gens savent que les auteurs des attentats du dimanche de Pâques n’ont pas tous été identifiés et arrêtés. Donc, tout le monde sait qu’il y a des personnes extrêmement dangereuses en liberté qui peuvent attaquer à tout moment. »

 

Mgr Albert Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo au Sri Lanka, exhorte aujourd’hui la population à garder son calme et à s’abstenir de tout acte de vengeance. « Au cours de ce voyage, j’ai pu constater à maintes reprises que les chrétiens avaient entendu les paroles de leur archevêque et leur en étaient reconnaissants », affirme Véronique Vogel. En quelques jours, la petite délégation de l’AED a visité la région de Colombo, capitale du pays, et celle de la ville voisine de Negombo, où la plupart des attentats ciblant églises et hôtels ont eu lieu. « Le but de notre voyage était de nous permettre d’apprécier personnellement la situation des paroisses catholiques et de les assurer de notre solidarité. De fait, les chrétiens étaient spécifiquement visés par ces actes terroristes », ajoute Véronique Vogel. « Nous tenions à rendre compte nous-mêmes, à nos bienfaiteurs, de la situation sur place, pour que nous n’oubliions pas de prier pour le Sri Lanka et pour être capable de lui apporter notre soutien. »

 

Chrétiens : une grande foi malgré tout

Depuis le 21 mai, tout juste un mois après la série d’attentats, les églises sont à nouveau ouvertes aux fidèles, mais de nombreux chrétiens restent fortement traumatisés, comme l’explique Véronique Vogel : « Beaucoup de gens m’ont dit avoir peur d’aller à l’église ou être angoissés par le tintement des cloches. Ces témoignages déchirants montrent bien à quel point les événements de ce dimanche de Pâques ont marqué les esprits. » Elle a pu néanmoins constater que ces épreuves ont renforcé la foi de bon nombre de personnes, elles-mêmes victimes ou proches de victimes. « Certes, les gens ne comprennent pas pourquoi ils ont dû endurer de telles souffrances au Sri Lanka alors même que le pays a connu un calme

relatif ces dernières années. Mais ils ont une immense envie de vivre et sont animés d’une grande foi. Les chrétiens et toute la population du Sri Lanka ne veulent plus de la guerre civile, mais souhaitent au contraire s’engager sur la voie d’une paix durable », souligne la responsable de projets de l’AED.

 

Véronique Vogel s’est montrée particulièrement impressionnée par la visite du couvent des Franciscains à Negombo : « Ce couvent se trouve directement en face de l’église Saint-Sébastien, l’une des cibles principales où au moins 100 personnes ont trouvé la mort. Les Franciscains nous ont montré des vidéos avec des scènes terribles de la journée de l’attentat. Ils nous ont dit être allés sur place directement après les explosions pour s’occuper des blessés et des morts. » Et d’ajouter : « Malgré ces expériences traumatisantes, ils font preuve au quotidien d’un amour du prochain, déterminés à ne pas céder à la terreur et à la violence, vivant pleinement leur foi et cultivant leur esprit de service. »

 

Pays insulaire situé dans l’océan Indien, le Sri Lanka compte environ 22 millions d’habitants, dont 70 % sont bouddhistes, 12,5 % hindous, 9,5 % musulmans et 8 % sont chrétiens. Le dimanche 21 avril 2019, jour de Pâques, de nombreuses personnes ont été tuées ou grièvement blessées lors d’une série d’attentats ciblant notamment trois églises et trois hôtels de la capitale Colombo, de la ville voisine de Negombo et de Batticloa, localité située sur la côte est. Les estimations s‘élèvent actuellement à au moins 253 morts et quelque 500 blessés. Les autorités attribuent les attentats à un mouvement islamiste local et à des djihadistes.

 

Au cours des 15 dernières années, l’œuvre pontificale de charité Aide à l’Église en Détresse a investi plus de 12 millions de dollars dans des projets au Sri Lanka. Cet argent a permis de financer, entre autres, la construction d’institutions chrétiennes, des offrandes de Messe, des formations théologiques et l’achat local de littérature chrétienne.

 

Suite aux récentes attaques terroristes, l’AED poursuit et amplifie son engagement sur le long terme dans l’aide pastorale apportée dans le pays, pour que les blessures puissent guérir et les paroisses retrouver espoir et confiance.

Sri Lanka : Un crime contre l’humanité

23.04.2019 in AED, Aide à l'Église en détresse., Par Joop Koopman, Par Paulo Aido, persécution, Sri Lanka

SRI LANKA 

Les attentats à la bombe contre des églises le dimanche de Pâques sont « un crime contre l’humanité », déclare l’évêque de Chilaw à Aide à l’Église en Détresse.

Texte par Joop Koopman et Paulo Aido, AED International
Révision française au Canada : Marie-Claude Lalonde pour AED Canada
Mise en ligne : 23 avril 2019

Au moins 290 morts et plus de 450 blessés. C’est le bilan encore provisoire des attentats terroristes d’hier matin, commis contre des églises et des hôtels au Sri Lanka. Pour l’évêque de Chilaw, Mgr Devsritha Valence Mendis, il est difficile de comprendre la vague de violence qui a secoué le pays, le dimanche de Pâques. Le prélat a même parlé de « tragédie » et de « violence à l’état pur ».

Dans une déclaration faite à la Fondation pontificale AED peu après les attentats, Mgr Valence Mendis a expliqué que « tout le pays est en état de choc, et surpris par cette attaque brutale contre des innocents ». Et il a ajouté : « C’est quelque chose qui ne peut se comprendre ou s’expliquer. C’est de la violence à l’état pur. C’est une tragédie ».

Trois églises ont été la cible des terroristes lors des célébrations du matin du dimanche de Pâques. Les explosions, tout comme celles qui ont eu lieu dans certains hôtels, se sont produites dans un laps de temps relativement court, incitant les autorités à conclure qu’il s’agissait d’une attaque bien coordonnée.

Les églises touchées – l’église de Sion à Batticaloa, l’église Saint Antoine à Kochchikade (très populaire dans le pays et visitée chaque année par des milliers de personnes) et l’église Saint Sébastien à Negombo – étaient remplies de fidèles célébrant le dimanche de la Résurrection.

Pour l’évêque de Chilaw, il ne fait aucun doute que les auteurs des attentats ont tenté d’atteindre le plus grand nombre possible de personnes. « Dans les trois églises, les messes du matin étaient en train d’être célébrées, et elles étaient toutes remplies de fidèles », explique le prélat au téléphone.

La violence des attentats a surpris tout le pays. « Ces attaques étaient totalement inattendues, car nous vivions des temps paisibles, surtout ces sept, huit dernières années », déclare Mgr Valence Mendis, ajoutant que « les gens pleurent leurs proches ».

En raison des attaques, « les églises ont suspendu leurs offices liturgiques », tandis que dans tout le pays règne « un état d’alerte général ». Il est maintenant nécessaire de s’occuper de la sécurité de la population. « Il a été demandé aux gens de se disperser et de ne pas se rassembler en groupes, afin d’éviter de nouvelles catastrophes ».

Dans ses déclarations à la Fondation pontificale AED, l’évêque de Chilaw a qualifié l’ensemble des attentats commis au Sri Lanka – au total, huit bombes ont explosé – de « crime contre l’humanité », et a exprimé en ce moment si difficile la solidarité des chrétiens de son pays avec tous ceux qui, « partout dans le monde, souffrent pour l’amour de la foi ».

Les attentats au Sri Lanka ont été immédiatement condamnés au niveau international, tant par l’Inde que par le Pakistan, pays voisins, que par les principaux dirigeants européens, le Président des États-Unis et le Saint-Père.

Le Pape François a affirmé qu’il avait reçu « la nouvelle avec tristesse et douleur » et a exprimé sa « proximité affectueuse à la communauté chrétienne, atteinte alors qu’elle était rassemblée dans la prière, et à toutes les victimes d’une violence aussi cruelle ». Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également condamné les attentats et a exprimé l’espoir que les agresseurs soient « promptement traduits en justice ».

Au Sri Lanka, un pays majoritairement bouddhiste, le Christianisme est une religion minoritaire représentant à peine 9 pour cent de la population du pays. Les catholiques sont environ 7 pour cent de la population. Cependant, ce pourcentage est plus élevé dans certaines régions, comme la capitale Colombo ou la zone de la côte occidentale.

Malgré la tragédie qui a frappé le Sri Lanka, l’évêque de Chilaw a indiqué à la Fondation AED qu’il était nécessaire de « faire face à cette situation avec foi et courage ». Une foi et un courage que tous doivent partager, d’autant plus que parmi les morts et les blessés, il y a des fidèles de différentes religions. Mgr Valence Mendis remercie les bienfaiteurs et les amis de l’Aide à l’Église en Détresse de leur sollicitude et les assure de ses prières : « Merci de votre sollicitude et de votre solidarité ».

https://secure.acn-canada.org/fr/appuyer-aed/

Vous désirez aider ? Cliquez sur le bouton ci-dessous, et sélectionner ‘Aide au Sri Lanka’.