fbpx

Slovaquie

 

Projet de la semaine de AED : nouvelle église de Cizatrice

03.07.2018 in ACN International, Adaptation Mario Bard, Construction, PROJETS AED, Slovaquie

Slovaquie

Histoire de succès de l’AED
Achèvement des travaux de la nouvelle église de Cizatrice

 

La paroisse de Kecerovce se trouve dans l’archidiocèse de Kosice, situé dans la partie orientale de la Slovaquie, non loin de la frontière hongroise. Sept chapelles dépendent de cette paroisse. Avec l’aide de nos bienfaiteurs, deux de ces chapelles ont pu être rénovées : 22,650 dollars ont été offerts pour l’église d’Herl’any et 15,100 dollars pour l’église de Bolianov. Ce soutien a enthousiasmé les fidèles et les a incités à s’engager encore plus pour que la paroisse soit plus vivante, raconte le curé.

 

La paroisse comprend également la localité de Cizatrice. Cent catholiques pratiquants y vivent. Ils utilisent actuellement l’église de la paroisse gréco-catholique, une situation qui, à long terme, n’est pas viable. La communauté catholique romaine a donc besoin de sa propre église, où elle puisse célébrer les offices religieux et faire la catéchèse. Les fidèles ont fait de nombreuses quêtes en paroisse et récolté de l’argent pour la nouvelle église.

 

Maintenant, elle est presque achevée, mais la paroisse n’a plus d’argent. Pourtant, il reste encore les fenêtres et les portes à installer pour que les travaux soient terminés. Nos bienfaiteurs ont donc soutenu jusqu’à la fin et donné 22,650 dollars. L’archevêque de Kosice, Mgr Bernard Bober, nous écrit : « Chaque jour, je vous inclus dans ma prière et je pense à tous les bienfaiteurs lors de la messe. Que Dieu vous le rende ! »

 

 

Vous êtes inspiré par cette histoire à succès d’AED ? Vous souhaitez DONNER pour un projet similaire ?

 

Projet de la semaine AED : hébergement pour des religieuses âgées

25.01.2017 in Adaptation Mario Bard, AED, Construction, PROJETS AED, Slovaquie, Voyager avec l'AED

Slovaquie

Aide à l’hébergement des religieuses âgées, malades et dépendantes

La Slovaquie – alors Tchécoslovaquie – a fait partie des pays d’Europe orientale dans lesquels l’Église a été persécutée avec une très grande brutalité pendant l’ère communiste. Les fidèles y ont subi des représailles, beaucoup de prêtres y ont été condamnés à des peines de prison ou au travail forcé et les monastères y ont été dissous en 1950. Les membres d’ordres religieux ont alors été déportés dans des « monastères collectifs » au cours d’une opération coup de poing.

L’historien de l’Église Vaclav Vasko écrit à propos de ces « monastères collectifs » qu’ils n’étaient « rien d’autre que des camps de concentration sous surveillance pour moines ». Les religieuses ont été sommées de renoncer à leurs vêtements religieux.

Le 20 février 1969, le journaliste athée Milos Vetvicka a osé exiger dans la revue « Reporter » la réhabilitation des 7 646 religieuses de Tchécoslovaquie. « Elles portent une longue robe et une grande croix sur la poitrine. Elles vivent opprimées et discriminées, mais elles endurent leur sort en souriant parce que le Calvaire faisait partie de leur mission. Elles ont l’espoir d’un autre monde, parce que le nôtre leur a montré que la justice n’existait pas sur terre ».

Des religieuses ont besoin de nous

Après les changements politiques en Europe de l’Est, l’ex-Tchécoslovaquie a été divisée en deux pays : la République tchèque et la Slovaquie. Aujourd’hui, la foi peut de nouveau être vécue librement en public. Les religieux qui ont vécu l’époque de l’oppression sont désormais âgés.

Les religieuses prémontrés de la ville slovaque de Vrbove s’occupent avec amour de leurs sœurs âgées. Cependant, ces religieuses, dont certaines sont complètement dépendantes pour tous leurs besoins, ont récemment dû subir un déménagement parce que la maison dans laquelle elles étaient hébergées était délabrée et ne pouvait plus être utilisée. Les vieilles religieuses ont alors été logées dans un centre d’évangélisation de la congrégation.

Par contre, ce n’est pas une solution durable. En effet, ces salles sont habituellement utilisées pour la pastorale auprès des laïcs et ce travail d’évangélisation est essentiel pour approfondir la foi des fidèles. L’Ordre voudrait donc construire des salles dans lesquelles les religieuses âgées et malades pourront habiter et être pris en charge avec dignité.

Aide à l’Église en Détresse souhaiterait apporter son aide. Sœur Akvitna tient à vous remercier d’avance : « Que le Seigneur vous rende ce que vous faites pour l’Amour de la Sainte Église ».

Nous avons promis 21 750 dollars.

Pour soutenir ce projet, ou tout autre projet semblable, merci de cliquez sur le bouton Donnez.

 

 


 

Projet de la semaine: vite, un endroit pour les familles et les jeunes!

30.03.2016 in Adaptation Mario Bard, Aide à l'Église en détresse., Catéchèse, Construction, PROJETS AED, Slovaquie, Voyager avec l'AED

Slovaquie

Pour les jeunes et les familles :
un centre, ça presse! 

 

La paroisse Saint-Stéphane, à Kamenica nad Cirochou, compte 2 600 fidèles. La paroisse se situe dans l’est du pays, à seulement 35 km de la frontière ukrainienne. La région est économiquement plus faible que les autres parties du pays, et le chômage y est élevé. Beaucoup d’enfants se retrouvent avec un seul de leurs parents parce que leur père ou leur mère doivent aller chercher du travail dans une autre partie du pays, ou même à l’étranger, afin de nourrir la famille. Cette situation est un gros problème, et les familles en souffrent.

 

À cela s’ajoutent trois communautés de Roms qui vivent sur le territoire de la paroisse. Dans l’ensemble, la prise en charge pastorale et sociale des membres de l’ethnie des Roms est aussi un défi majeur pour l’Église catholique en Slovaquie.

 

Ce sont deux des raisons pour lesquelles le Père Peter Sepesi se concentre surtout sur la pastorale de la jeunesse et des familles. Il organise des rencontres d’enfants et de jeunes, ainsi que de nombreuses activités pastorales et sociales. Mais il y a un gros problème, parce que la paroisse ne dispose pas d’installations appropriées pour ces événements. C’est pourquoi le sous-sol du presbytère a été aménagé il y a quelques années.

De jeunes communiants en Slovaquie.

De jeunes communiants en Slovaquie.

 

Par contre, les deux pièces sont loin d’être idéales, parce les plafonds y sont bas et qu’elles sont mal éclairées, mal aérées et froides. Malgré tout, ces pièces sont utilisées tous les jours, car c’est là qu’ont lieu les rencontres de jeunes et d’enfants, les réunions de servants de messe, les cours pour les confirmands, les répétitions de la chorale, les cours d’évangélisation et encore bien d’autres choses.

 

S’il y a trop de participants, la réunion doit être transférée à la cantine de l’école; mais alors, la paroisse doit chaque fois se coordonner avec l’école! De plus, le camp d’été pour enfants, que la paroisse organise chaque année en plantant des tentes dans le jardin, rencontre aussi des difficultés dans la mesure où il est difficile, surtout par mauvais temps, de trouver des solutions de rechange au programme.

 

La paroisse aimerait donc construire sur son terrain un bâtiment supplémentaire
qui disposerait d’une salle pour 60 personnes en plus d’autres locaux.
À l’avenir, c’est là que les activités de la paroisse devraient avoir lieu.
Le Père Sepesi, curé, nous a demandé de l’aide pour la construction de ce Centre pastoral.
Nous avons promis l’équivalent de 72 500 dollars canadiens.

 


 

Voyager avec l’AED – Slovaquie

01.05.2015 in CONSTRUCTION, PROJETS AED, Slovaquie, Voyager avec l'AED

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

 Slovaquie

Agrandissement d’un centre pastoral pour des enfants roms

SLOVAKIA / ROZNAVA 14/00418Expansion of the Pastoral Center ofEn Slovaquie, l’Église catholique fait face à un défi particulier qui est celui de la prise en charge pastorale des personnes faisant partie de l’ethnie des Roms. Le père Jozafat Jozef Brigan et le père Lorenz Reinhard Brecher, qui ont la charge de 22 villages du diocèse de Roznava où vivent la plupart des familles Roms, sont deux des prêtres qui s’occupent spécifiquement d’eux dont la plupart sont au chômage et vivent dans la pauvreté. Ils ont presque tous plusieurs enfants avec lesquels ils cohabitent dans une seule pièce n’ayant même pas l’eau courante ni l’électricité. Quand l’argent vient à manquer, ils souffrent même de la faim.

 

Le père Jozafat raconte : « Les parents sont si souvent impuissants et frustrés par cette situation qu’ils négligent leurs enfants. Malheureusement, plusieurs sombrent également dans l’alcool. Les enfants en souffrent encore plus et passent plus de temps dans la rue qu’à la maison. » Une fois, un garçon de 11 ans s’est même enfui de chez lui et a supplié un foyer pour enfants de l’accueillir parce que son domicile était devenu invivable. « Nous nous sommes bien sûr occupés de ce garçon qui est resté au foyer, explique le père Jozafat. Il rend régulièrement visite à sa famille, mais ne veut pas se réinstaller chez elle. Cette affaire montre à quel point les enfants grandissent dans des situations familiales difficiles ».

Pour les protéger contre les mauvaises influences

En 2005, la construction d’un centre pastoral pour les enfants et les jeunes a commencé. Depuis 2009, le centre pastoral Don Bosco est devenu une deuxième maison pour un grand nombre d’enfants. Environ 200 enfants de plusieurs villages y viennent désormais après l’école. Ils sont divisés en groupes qui viennent à tour de rôle, selon les jours. Le bus de la paroisse va les chercher à l’école des villages les plus éloignés.

Au centre ils jouent, font leurs devoirs, prient ensemble, font du sport, bricolent, vont à la messe et sont préparés à la réception des sacrements. Le père Jozafat raconte : « Ils apprennent les vertus chrétiennes afin d’assumer un jour eux-mêmes des responsabilités et pouvoir fonder une famille. Ils ont un endroit où ils peuvent passer leur temps libre et leurs week-ends, apprendre quelque chose de nouveau, développer leurs compétences et grandir dans la foi. Nous souhaitons les protéger des mauvaises influences auxquelles ils sont exposés dans la rue ou à cause de l’ennui, parce que nous constatons que beaucoup d’enfants et d’adolescents commencent très tôt à fumer et renifler des solvants. Plusieurs partent dès leurs 14, 15 ou 16 ans pour vivre avec un copain ou une copine. Les conditions de vie des enfants à la maison leur donnent peu d’occasions non seulement de s’épanouir, mais aussi de grandir en bonne santé. Nous nous efforçons de soulager cette souffrance dans les familles. Les enfants reçoivent de nous de quoi manger, mais aussi des vêtements ou des chaussures. »

Comme de plus en plus d’enfants y viennent au centre pastoral, celui-ci est maintenant devenu trop petit. Il est donc nécessaire de l’agrandir. « Nous avons besoin d’une plus grande salle à manger et de chambres où les enfants puissent dormir quand ils passent la nuit chez nous à différentes occasions (week-end, camps d’été, retraites, fêtes du nouvel an). » Nous souhaiterions les aider à effectuer les travaux d’agrandissement à hauteur de 66 160 $.

 

faire-un-don

VOYAGER AVEC L’AED – SLOVAQUIE

27.03.2015 in AED, Aide à l'Église en détresse., Français, PROJETS AED, Slovaquie, Subsistance

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui: Slovaquie

Aide aux soins et au traitement médical de 20 religieuses âgées

L’ordre des missionnaires de Steyl (les « Servantes du Saint Esprit ») a été fondé en 1889 et s’est propagé rapidement opérant aujourd’hui dans 47 pays. Au début, les sœurs missionnaires travaillaient surtout dans l’éducation et les soins de santé. Ensuite se sont rajoutées des tâches pastorales et socio-caritatives. Compte tenu du fait que la foi diminue de plus en plus en Europe et dans le monde occidental, la conception de la mission a été étendue : la « mission » n’avait plus lieu uniquement dans les pays de mission « classiques », mais aussi « devant sa propre porte ».

Slowakei/Nitra 10/414 Priesteraltersheim in NitraSlowakeireiseL’ordre est également présent en Slovaquie. Quelques-unes des sœurs sont engagées dans la mission à l’étranger, mais il est nécessaire que d’autres travaillent dans l’Église de leur pays. En effet, bien qu’environ 60 % des 5,4 millions de Slovaques soient catholiques et que la moitié d’entre eux aille à l’église le dimanche, il existe également des tendances inquiétantes. Les valeurs chrétiennes sont de plus en plus sapées au sein de la société, particulièrement par les médias de masse, dont certains se trouvent encore aux mains des communistes, et qui répandent une image du monde relativiste et libertaire.

Steyler Missionsschwestern in Ivanka ori Nitra. The house is theUne santé qui se détériore

L’attitude consistant à dire « Dieu oui, mais pas l’Église » se répand également de plus en plus, surtout parce que certains médias, comme c’est le cas dans les pays occidentaux, soulignent les fautes mineures, voire imaginaires, de l’Église, et ne parlent pas de ce qu’elle fait de positif.

Il y a 20 sœurs âgées, dont malades, qui vivent actuellement dans la maison des missionnaires de Steyl de la province d’Ivanka pri Nitre. Elles ont commencé leur vie religieuse à l’époque du gouvernement communiste de ce qui était encore alors la Tchécoslovaquie, et ont suivi leur vocation consistant à servir Dieu et leur prochain, malgré l’anticléricalisme de l’époque.

Maintenant, elles ont besoin d’aide, car leur état de santé se détériore et elles ont un besoin croissant de soins. Certaines jeunes sœurs s’occupent de leurs consœurs plus âgées, mais elles n’y arrivent pas seules. C’est pourquoi elles emploient aussi sept infirmières laïques pour les soins, et doivent donc bien sûr les payer. À cela s’ajoutent aussi des dépenses de médicaments et de traitements médicaux.

Les sœurs âgées reçoivent chacune une pension mensuelle de 468 $, mais cela ne couvre pas les dépenses engagées pour leurs soins et traitements médicaux. Le coût mensuel des soins est d’environ 780 $ par sœur. C’est pourquoi Sœur Lucia, la Supérieure provinciale, a fait une demande d’aide à l’Aide à l’Église en Détresse ». Notre aide de cette année s’élèvera à 4 260 $.

faire-un-don